Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - Copenhague

Fil des billets - Fil des commentaires

Pour la création d’une Organisation mondiale de l’environnement, par Hervé Bramy (PCF)

diablotin350.jpg
Hervé Bramy est responsable national à l’écologie du PCF, conseiller général de Seine-Saint-Denis.

Le mouvement de mobilisation (ONG, collectivités territoriales, forces sociales et politiques progressistes) lors du sommet de Copenhague a largement contribué à l’émergence d’une conscience citoyenne mondiale sur les enjeux du réchauffement climatique.
Ainsi deux idées ont cheminé jusqu’à perturber le bal des négociations étatiques. L’une est que l’urgence climatique ne peut se concevoir sans justice sociale si on ne veut pas accroître les inégalités individuelles, collectives et territoriales.
L’autre est relative à l’absence de volonté politique pour accorder à cet enjeu déterminant pour la survie de la planète les moyens financiers nécessaires.

Lire la suite...

 

Hervé Bramy (PCF) : pour des régions écologiques

Pifmesures350.jpg
Une certitude est au coeur du rassemblement des forces et personnalités qui composent les listes Pour des régions à gauche, solidaires, écologiques, citoyennes : la crise est loin d’être terminée et celle-ci appelle des choix de société nouveaux, des choix alternatifs à ceux du capitalisme.
Si les collectivités territoriales en général, et les régions en particulier, ne peuvent pas à elles seules résoudre l’ensemble des problèmes, pour autant leurs décisions, compte tenu de leur poids politique, sont de nature à en accroître les effets dans un sens ou dans un autre.
Cette crise financière, économique, sociale est également écologique.

Lire la suite...

 

Retour sur Copenhague : "Il est impératif d’agir dans un même mouvement pour réduire les inégalités environnementales et sociales"

Sarkopenhague300.jpg
Copenhague a accouché d'une souris verte.
Faute de s'attaquer au capitalisme.
Les USA ont imposé leurs vues et leur façon méprisante de travailler en cour-court-circuitant les participants, en piétinant les pays en voie de développement, au mépris des règles habituelles de travail collectif de l'ONU.
Le show médiatisé des dirigeants capitalistes n'a débouché sur rien de concret. Beaucoup de gesticulations devant les caméras, mais nulle remise en cause du capitalisme et de sa logique congénitale de recherche du profit à tout prix.
La Planète attendra.
Pour l'essentiel donc, du pipeau..malgré les rodomontades de Sarkozy et de l'illusionniste Borloo .
Hervé Bramy, responsable du pôle écologie du PCF, tire quelques enseignements du Sommet de Copenhague...

Copenhague quel bilan ? Quelles suites ?
Hervé Bramy. L’échec est patent. Pas d’accord juridiquement contraignant, ni d’objectifs globaux sur la nécessaire réduction de 50% des gaz à effet de serre (GES) en 2050.
Simplement deux petits feuillets sur la volonté de limiter l’augmentation de la température à 2°C en référence au GIEC. Chaque pays est convié d’ici au 31 janvier à faire connaitre ses propres engagements sans contrainte de vérification.
( lire la suite de l'analyse d'Hervé Bramy)

Lire la suite...

 

Copenhague : lamentable échec qui montre la surdité des gouvernements capitalistes, par Pierre Laurent

co2.jpg"Présent pour mener la délégation PCF à Copenhague, j’ai pu mesurer les attentes des peuples concernant le réchauffement climatique. Ce sommet de Copenhague est un lamentable échec qui montre a surdité des gouvernements capitalistes, incapables de remettre en cause leur logique financière.
Les dirigeants des principales puissances mondiales ont fui leurs responsabilités en repoussant les décisions qui devaient s’imposer. Il faudra redoubler les mobilisations, seul moyen pour aboutir aux urgences climatiques :
Il faut réduire de 40% les émissions de CO2 (par rapport à 1990) d’ici 2020 dans les pays développés et interdire la marchandisation du droit de polluer. Un soutien financier et technologique aux pays en voie de développement qui pourrait être géré par l’ONU est indispensable.
Pour financer ces mesures de transformations, le PCF propose la réduction des dépenses militaires et une taxation des transactions financières.
Au niveau européen, le PCF a travaillé avec la gauche européenne et soutient l’idée d’un secteur énergétique public fort, le développement des transports en commun et du fret ferré ainsi que l’isolation massive des bâtiments.
Ces transformations ne pourront être obtenues sans une pression populaire sur les institutions européennes et la remise en cause d’une série de règles imposées par le Traité de Lisbonne.
Dans les régions, il est nécessaire de mettre les politiques régionales sous contrôle citoyen pour que chaque région à l’échelle de son territoire s’engage sans attendre à la réalisation d’un bilan carbone et d’un plan climat qui contribue à la réduction, pour 2020, de 30 à 40% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990."

Pierre Laurent, Coordinateur national du PCF

 

L'urgence sociale et climatique à Copenhague: "Changez le système, pas le climat!"

dupclim.jpg
Çà patine à Copenhague. Les chefs d'état réunis ne sont pas prêts à prendre les mesures à la hauteur des défis du réchauffement.
Ils ont tous en tête le souci de défendre les intérêts des multinationales et des marchés financiers.
Barack Obama le premier, qui malgré son prix Nobel "tout chaud" est venu les mains quasiment vides.
Ce n'est pas par le capitalisme vert qu'on relèvera le défi, au contraire.
La Chine consent un petit effort. C'est mieux que rien.
Pour le reste....les Organisations non gouvernementales (ONG) mettent la pression dans la rue, sur les gouvernements pour obtenir un accord et une baisse massive des émissions de CO2.%%% Les organisations syndicales et politiques, présentes en nombre à Copenhague, voient émerger le climat comme une question politique et sociale majeure pour le XXIe. Les agissements provocateurs des "black blocks" sont utilisés par les médias pour discréditer les manifestants aux yeux de l'opinion.
Mais un mot d'ordre juste fait son chemin :« changer le système, pas le climat ». En effet le capitalisme est incompatible avec la révolution écologique.
Le premier projet officiel d’accord prévoit que les 192 pays membres de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques limite la hausse de la température moyenne de la planète à 1,5°C ou 2°C par rapport au niveau de l’ère préindustrielle, soit le milieu du XIXe siècle.
Sont aussi évoquées : une aide de l’Union européenne (UE) de 7,2 milliards d’euros sur trois ans aux pays les plus pauvres et les plus vulnérables et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 50 %, 85 % ou 95 % d’ici 2050, par rapport au niveau de 1990, qui est l’année de référence du protocole du Kyoto.
La négociation engagée au sein de l'ONU s'achèvera fin décembre et doit déboucher sur des engagements contraignants pour une réduction des gaz à effets de serre.
Tout cela n'est pas à la hauteur.
Le texte adopté remplacera le protocole de Kyoto aux résultats décevants et non ratifié par les Etats-Unis.
Pour le PCF, justice sociale et environnementale ont partie liée.
Une délégation du PCF, conduite par P. Laurent et H. Bramy, participe à la conférence de Copenhague.
(lire la suite sur Copenhague)

Lire la suite...

 

Copenhague : le sommet du "Capitalisme Vert", par Aurélien BERNIER

Aurelien350.jpg
Plus la conférence de Copenhague approche, plus il semble évident qu’il s’agira d’un échec.
Rien d’étonnant à cela, puisque la communauté internationale s’est enfermée dès le protocole de Kyoto dans des mécanismes inefficaces et dangereux, et refuse obstinément d’en sortir.
Mais certains mouvements contestataires portent également une part de responsabilité pour ne pas avoir posé les véritables termes des débats. Depuis les années 1970, toutes les négociations internationales sur l’environnement obéissent à une loi fondamentale : aucune mesure adoptée ne doit entraver le commerce mondial et la concurrence.
Pour cette raison, les objectifs de réduction des gaz à effet de serre adoptés en 1997 par les pays développés à Kyoto sont dérisoires : 5,2% d’ici fin 2012 par rapport à l’année de référence 1990.
Or, pour contenir le changement climatique dans des limites supportables, il faudrait diviser par deux les rejets mondiaux avant 2050.

Lire la suite...

 

COPENHAGUE : Réchauffement climatique, développement durable, innovation, recherche, par Pascal LEDERER, physicien

rechauffement-climatique.jpg
Selon le GIEC (Groupe international d’experts sur le climat), il est très probable que le réchauffement climatique observé depuis la moitié du XXème siècle est dû aux activités humaines, en particulier à l’utilisation de combustibles fossiles (charbon, fuel, gaz) pour la production d’énergie, les transports, l’industrie, l’habitat.
Si les peuples n’imposent pas des mesures efficaces, le réchauffement climatique pourrait dépasser 4°C en 2050, provoquant des catastrophes climatiques, sociales, et économiques, des centaines de millions de victimes, morts ou réfugiés « climatiques ».
Sans compter la possibilité d’un dérapage encore plus violent du réchauffement que celui prévu par les modèles linéaires actuels.
(lire la suite de la réflexion de Pascal Lederer, membre de la commission recherche du Pcf)

Lire la suite...

 

ECOLOGIE : UN ATELIER POUR PREPARER COPENHAGUE

HB250.jpg
Le 15 octobre le PCF organise à Paris un atelier consacré au rendez vous de Copenhague sur la lutte contre le réchauffement climatique. Cette réunion planétaire doit donner une suite aux engagements (non tenus!) de Kyoto.

Cet atelier intitulé Climat : est il déjà trop tard? est ouvert à toutes les forces populaires et aux militants de gauche désireux d'agir efficacement pour sauver la planète. Hervé Bramy, responsable des enjeux écologiques au PCF s'explique.
.''Copenhague, en deux mots ?''
Hervé Bramy : La réussite politique du sommet de Copenhague, en décembre, est déterminante pour l’avenir de la planète. Il est impératif que les Etats les plus pollueurs, notamment les USA, s’engagent sur des objectifs très contraignants pour la réduction des gaz à effet de serre.
Les enjeux financiers ne sont pas mineurs car il s’agit d’envisager un nouveau mode de développement et de consommation. Enfin, les Etats riches doivent aider les pays en développement par des aides financières et de transfert de technologies. Voilà l’enjeu !
Voir la suite de l'entretien.

Lire la suite...

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs