Ecoleresis.jpg
Dans les slogans et les analyses des réformes actuelles, on entend beaucoup parler de casse, de démantèlement.
Bien sûr, pour réserver l’argent aux logiques du profit, le pouvoir abandonne de nombreuses missions assignées précédemment au système scolaire.
Il est donc évident qu’il faut tout faire pour résister à ces logiques.
Mais cette approche reste insuffisante pour deux raisons.
D’abord, se limiter à résister à la casse de l’Éducation nationale, c’est faire l’impasse sur les insuffisances précédentes dont la droite s’est servi comme prétexte pour avancer des réformes censées « répondre » aux problèmes, tout en les aggravant.