Dans un contexte de concurrence entre les métropoles européennes et mondiales, ils veulent un grand Paris à la botte des marchés financiers.

Et, s’il y a 20 ans, les projets pour un grand Paris ont capoté, c’est tout simplement parce que le rapport des forces droite-gauche d’alors ne le permettait pas malgré une capitale dirigée par la droite. Le permet-il aujourd’hui ?