Pomplan_te-2.jpg
La mondialité est au cœur de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Elle se fit jour comme enjeu et donnée de civilisation dès l’origine ; elle s’imposa comme condition de la pensée créatrice contre l’Inquisition puis contre toute domination de type étatiste, économique, religieux , idéologique.
Les rencontres entre cet enjeu et le mouvement progressiste sont nombreuses, essentielles, non exemptes de contradictions et tensions importantes. L’examen critique de ces rencontres devrait constituer un fil d’Ariane pour tout esprit progressiste .

Dans la période contemporaine, après le désastre des deux guerres mondiales, la question centrale qui fédéra les plus éminents représentants de la pensée fut celle de la paix, donc du désarmement.

Les esprits mobilisés devant la menace de l’autodestruction de l’humanité marquèrent des points ; puis, la guerre froide disparut ; mais la menace demeura, réanimée à jets continus jusqu’à la réintégration de la France dans l’Otan, aux implications directes sur les rapports mondiaux. A cet effet, on trouve des causes.