creditrech350.jpg
Les chercheurs en lutte ont adressé à toutes les listes une lettre ouverte pour connaitre les positions de chacune sur leurs revendications et sur leur refus de voir s'installer la marchandisation des savoirs, comme le prévoit la "stratégie de Lisbonne" dont s'inspirent V. Pécresse et X. Darcos.
Dialogue Clichois met en ligne la réponse de Patrick Le Hyaric, tête de liste du Front de Gauche et directeur de l'Humanité.
« Le Front de gauche est la liste unitaire de gauche qui s’oppose au traité de Lisbonne, au pacte de stabilité et à la stratégie de Lisbonne. Nous proposons l’élaboration démocratique d’un nouveau traité pour lequel les peuples des Etats membres devraient pouvoir se prononcer à l’issue d’un large débat.
La stratégie de Lisbonne devait à l’horizon 2010 faire de l’Union européenne, la grande puissance de la connaissance dans le monde. Cet objectif ne sera pas atteint.
Pire, la stratégie adoptée organise au contraire le déclin de l’enseignement, démantèle l’école et l’université publique, accroit la précarité des professions universitaires et de recherches, organise la mainmise des multinationales sur les politiques d’innovation et de recherche délaissant la recherche fondamentale, réduisant les budgets consacrés par l’Etat à ces secteurs, vouant les universités, les enseignants et les étudiants à la paupérisation.
Avec la stratégie de Lisbonne, le projet d’Espace Européen de la Recherche organise la concurrence entre les chercheurs, les institutions, les laboratoires supposant qu’elle sera la garantie de la « compétitivité » des activités de recherche. Y sont également légitimée la précarisation des emplois.