plancheabillets350.jpg
Monnaie : Le gonflement de la dette publique américaine et la politique monétaire de la BCE renchérissent la devise européenne. L’euro a atteint ces jours-ci son plus haut depuis un an face au dollar. Jeudi soir, elle est montée à plus de 1,4740 dollar. Dans les faits, pour ce qui concerne les évolutions actuelles, il s’agit plutôt d’un mouvement de baisse de la devise américaine que de hausse de l’européenne vis-à-vis de la plupart des autres monnaies.
Comment expliquer ce reflux du billet vert et cet attrait de l’euro ?
Cela n’est pas dû à ce qui pourrait être une « sortie » de crise plus rapide sur le Vieux Continent. En juillet, la production industrielle de la zone euro a baissé de 0,3 %. Elle reste inférieure de 15 % à son niveau d’il y a un an.
1,4 million de personnes ont perdu leur emploi et le taux de chômage s’est établi à 9,5 %, contre 7,5 % en juillet 2008. Par ailleurs, l’excédent de la balance commerciale de la zone euro vis-à-vis des États-Unis a diminué de moitié en un an.
Au total, la situation reste très dégradée des deux côtés de l’Atlantique.
(lire les explications de P. Ivorra)