europeecologie-.jpg

J. Bové et Cohn-Bendit, un attelage rallié au système
On peut s'étonner de voir le grand pourfendeur de la mondialisation, J. Bové rejoindre le libéral Cohn Bendit, l'anarchiste mondain rallié au système et chaud partisan du OUI, et se présenter ensemble aux européennes.
Les convictions anticapitalistes du patriarche du Larzac n'étaient donc pas si solides que d'aucuns l'imaginaient. On se souvient que ce personnage prétendait représenter les Comités unitaires, de préférence à M.G. Buffet aux dernières présidentielles.
A croire certains communistes refondateurs et donneurs de leçon ès rassemblement, il fallait, séance tenante, arrimer le mouvement populaire derrière cet homme providentiel... Qu'en pensent aujourd'hui P. Braouezec et J. Perreux qui ont fait la campagne de ce dernier ? Et Patrice Leclerc, regrette-t-il aujourd'hui son parrainage de la candidature Bové ?
Une chose est certaine : relever les défis écologiques suppose de refuser le Traité de Lisbonne et de rompre avec le dogme de la concurrence libre et non faussée et la logique de la rentabilité capitaliste. Mieux vaut donc se prononcer pour la liste Le Hyaric!
Dialogue Clichois reproduit aujourd'hui un article paru sur le site Agoravox. (http://www.agoravox.fr)...

Si le Modem remporte la palme de l’imposture dans ces élections européennes, en dénonçant férocement ce qu’il construit lui-même, la liste "Europe écologie" menée par Daniel Cohn-Bendit mérite un zéro pointé. Le degré zéro de la politique, l’anti-débat résument bien ce qu’on y trouve.

Nous sommes partis d’un constat de bon sens : les deux têtes de liste d’Europe écologie ne sont d’accord sur rien. Daniel Cohn Bendit est un européiste convaincu, il a tout voté, il a soutenu de toutes ses forces la Constitution européenne et son copié-collé le Traité de Lisbonne.
José Bové lui était clairement du côté du NON. Fervent militant dans les comités antilibéraux, il était très critique à l’égard du Système euro-libéral que Daniel Cohn Bendit a construit avec d’autres. Il a dénoncé en 2008 le passage en force antidémocratique du Traité de Lisbonne.( voir la suite de l'article d'Agoravox)