Manif24J4H400.jpg
1ere proposition

Une réforme de l’assiette des cotisations patronales, la modulation de leur taux pour les rendre efficaces pour l'emploi. Aujourd'hui, plus une entreprise embauche et accroît les salaires, plus elle paye de cotisations.
Mais celle qui licencie, bloque les salaires et choisit les placements financiers contre l'emploi, en paye de moins en moins. Ainsi la part de charges sociales dans la valeur ajoutée dans le BTP est plus du double de celle des banques, des compagnies d’assurances.
C'est injuste et inefficace!
D'où la proposition d'une modulation du taux de cotisation : des taux beaucoup plus lourds pour les entreprises qui limitent les salaires et licencient (=Modulation en fonction d’un rapport masse salariale / valeur ajoutée).
Des taux relativement plus bas pour celles qui développent les emplois, les salaires, la formation. Cela pousserait à la création d’ emplois et à l’accroissement des salaires et donc aux rentrées de cotisations sociales.