educator350.jpg
La proposition de Xavier Darcos de créer une «force mobile d'agents» intervenant en milieu scolaire suscite un tollé. Sa proposition de GIGN scolaire passe mal.
« "Ce sont des fausses réponses qui ne traitent aucun des vrais problèmes auxquels on peut être confrontés dans les établissements", a réagi le secrétaire général de la FSU, Gérard Aschéri.

Le SNES-FSU estime que M. Darcos "passe sous silence ce qui constitue l'essentiel de la violence en milieu scolaire : les incivilités, les conflits entre élèves et les agressions verbales". "Les portiques de sécurité et les fouilles ne sont d'aucune utilité dans ce domaine", juge le syndicat.
Il faut dire que le délire sécuritaire de la droite en campagne ne connaît plus de bornes : voilà que deux enfants de Floirac, dans la banlieue de Bordeaux, âgés de 6 ans et 10 ans, à la sortie de l’école ont été arrêtés par la police (six policiers : bonjour le traumatisme !) et conduit au commissariat, sans même que leurs parents soient prévenus. Et tout cela pour un vol de vélo qu’il n’avait pas commis…
C’est bientôt un policier dans chaque crèche que nous imposera Sarkozy, pour surveiller nos bambins ! La FCPE dénonce de longue date la surenchère du gouvernement en matière sécuritaire. Ainsi elle refuse aussi que des caméras de vidéosurveillance remplacent les adultes dans les établissements. Elle s’oppose à cette « mesure poudre aux yeux inefficace et coûteuse ».

« Dans un objectif de réduction des « coûts », explique la FCPE, bientôt, nos enfants seront accueillis dans les établissements par des portiques détecteurs de métaux, reconnus grâce au contour de leur main et surveillés sans cesse par des caméras jusque dans les moindre recoins. Quelle belle éducation que voilà ! Toute la technique du monde ne remplacera pas les dizaines de milliers de postes d’adultes supprimés dans les établissements scolaires. Les parents d’élèves préfèrent que les enfants soient accueillis, pris en charge et éduqués par des adultes, surveillants, conseillers principaux d’éducation, enseignants, personnels administratifs… »
La FCPE demande que les enfants soient éduqués « avec bienveillance plutôt qu’avec vidéosurveillance ! ». Les clichois ont déjà droit à la vidéo surveillance de la Mairie dans les rues, ce qui constitue déjà aux yeux de beaucoup, une atteinte aux libertés. Ca suffit comme ça!
« Seules des mesures éducatives de prévention et de dialogue avec les élèves et leurs familles sont adaptées, note le SNES-FSU. Or, les personnels de l’éducation nationale peuvent de moins en moins assurer leurs missions éducatives du fait des 30 000 suppressions d’emplois réalisées depuis trois ans. » Et il y a fort à parier que les 17 à 18 000 suppressions envisagées pour 2010 n’arrangeront pas la situation…