Automeurop.jpg
« Moi, les banques, je les ferme, et les banquiers, je les enferme ! » disait un ministre du Front populaire.
On ne peut que constater qu'aujourd'hui les duettistes Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, à l'unisson avec les autres dirigeants européens, tiennent un tout autre discours et courbent l'échine devant les marchés.
Les marchés ont placé leurs hommes liges à la tête des gouvernements grec et italien mais aussi de la BCE. Les deux nouveaux chefs de gouvernement et le gouverneur de la BCE sont des anciens de la banque d'affaires Goldman-Sachs.
Tous trois n'ont aucune légitimité populaire, ils n'ont pas été élus par les peuples à qui ils imposent une véritable saignée sociale en guise de plans d'austérité draconiens.
Ces hommes sont les exécutants directs des milieux d'affaires.
C'est un véritable coup d’État qu'opèrent les agences de notation pour le compte des marchés financiers.