AAAHpol.jpg
Le Congrès du PCF se propose de construire un PCF toujours plus démocratique et toujours plus en phase avec la société. Ça veut dire quoi ?
Voici l'opinion d'Hervé Poly dirigeant communiste dans le Pas de Calais.
Il s'interroge sur le manque d'attention portée à la vie des structures de proximité que la réforme financière prévue dans le projet de nouveaux statuts risque en plus d’assécher. (extraits d'une table ronde parue dans l'Humanité)
HERVÉ POLY:
D’abord je pense qu’il ne faut surtout pas faire de la question de la transformation du Parti une forme de course vers un pseudo modernisme qui cacherait dans les faits un recul idéologique. Je ne pense pas, par exemple, que la nouvelle carte du Parti où l’on supprime la faucille et le marteau, et ce sans aucun débat, soit une avancée transformatrice.
Les symboles sont porteurs de sens et le nôtre traduit notre ancrage dans l’héritage historique du mouvement politique révolutionnaire.
Vouloir le faire disparaître apparaît de façon tout à fait légitime comme une volonté, celle de rompre avec un courant d’idées qui est l’essence même de l’existence de notre organisation.
Les transformations du Parti doivent pour moi être en prise avec le Parti et avoir pour préalable notre volonté d’un épanouissement démocratique des militants à la base.
Or, la réforme des statuts va à l’encontre de cette exigence.