Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - Hollande

Fil des billets

Le gouvernement pas assez de gauche selon des sondages

AAAAyrflor.jpg
Selon un sondage BVA, le plan pauvreté présenté cette semaine par le Premier ministre n'a pas convaincu.
Y compris à gauche, puisque les sympathisants socialistes sont maintenant une majorité à trouver Hollande « pas assez à gauche ».
En cause aussi, la non nationalisation de Florange.
Car 3 Français sur 4 sont favorables à une intervention de l'Etat pour empêcher la fermeture des entreprises.
Ce sondage, réalisé pour i<télé et diffusé ce vendredi soir, montre qu'une majorité des Français, 52 %, reste sceptique sur le contenu du plan pauvreté présenté par Jean-Marc Ayrault cette semaine.
Ce plan propose entre autres une légère augmentation du RSA, 8000 places d'hébergement d'urgence supplémentaires, une allocation pour les moins de 25 ans en difficulté, un registre pour éviter le surendettement, l’extension de la CMU et un plan distinct pour l'Outre-mer. Lire RSA, hébergement d'urgence, CMU... Les mesures Ayrault contre la pauvreté paraissent bien maigre et pas à la hauteur.
Ce plan crée certes de très forts clivages politiques : 78% de soutien à gauche, 17% à droite.
Mais les Français interrogés sont de plus en plus nombreux, près d'un tiers, à ne pas trouver le gouvernement assez à gauche, soit + 6 % en un mois.
Autre signe, plus de la moitié des Français se disant de gauche, trouvent que François Hollande n'est pas assez à gauche, en hausse de 11 %. Les femmes sont 78% à penser que l'Etat et les pouvoirs publics sont dans leur rôle quand ils tentent d'empêcher la fermeture d'entreprises, contre 72% pour les hommes. Par catégorie d'âge, ce sont les 35-49 ans qui partagent le plus ce jugement, à 80%, tout comme les catégories dites populaires (82%) et les peu ou pas diplômés (83%). Traduisant l'inquiétude et le mécontentement des électeurs et de nombreux militants socialistes, des voix s’élèvent au sein même du PS. Outre la sénatrice M.N. Lienemann et E. Maurel, représentant de l'aile gauche du PS, d'autres se font entendre.
A Clichy même, plusieurs élus socialistes -dont des maires-adjoints- s’inquiètent des coupes sombres prévues dans le budget d'austérité envisagé par le maire socialiste G. Catoire.
Une quinzaine de députés et élus socialistes viennent ainsi d'écrire au président François Hollande pour lui demander de modifier son cap afin de répondre à «l’aspiration légitime des salariés et des ouvriers modestes à améliorer leurs conditions de vie matérielles». «Il est urgent de remettre l’agenda économique et social en tête des priorités de l’action gouvernementale», écrivent ils.
Même préoccupation chez P. Laurent (PCF) qui incite Hollande" a changer de cap". L'appel pour l'instant, reste sans écho : ainsi aucun coup de pouce n'est prévu pour le SMIC au 1er janvier.
D'évidence, la mobilisation des salariés doit gagner en ampleur pour pouvoir peser davantage face au forcing du MEDEF qui garde l'oreille du gouvernement.

 

Pourquoi le social-libéralisme est dans l'impasse

AAAPinchar.jpg
Voici un point de vue des sociologues Pinçon Charlot, spécialistse des Beaux Quartiers et des relations entre le Pouvoir et l'argent, sur la situation politique, paru sur le site de Marianne.
François Hollande n'aurait pu être élu président de la République sans l'apport des voix du Front de gauche, ce qui l'a obligé à des promesses de campagne pour une meilleure répartition des richesses entre le capital et le travail.
Mais les promesses, une fois de plus, ne valent que pour ceux qui veulent bien y croire. Après cinq ans d'un «président des riches» qui a comblé les plus fortunés de nombreux cadeaux fiscaux, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault n'a augmenté le taux horaire du Smic, hors inflation, que de 18 centimes d'euros (brut) !
Le mépris pour les millions de Français dont les salaires sont au-dessous du revenu médian, qui s'établit à 1 676 € net par mois, ne va pas les inciter à participer davantage à la vie politique.
L'abstention a battu des records pour les élections législatives de juin 2012 : 44,6 % des électeurs inscrits ne sont pas allés voter au second tour.
C'est le taux le plus élevé pour des élections législatives depuis 1958, date à laquelle il fut de 25,2 %.
De 1958 à 1978, l'abstention a régulièrement reculé.
Elle n'atteignait que 15,1 % en 1978. Puis elle a augmenté de 1981 à 2012. Cette concomitance avec les élections de deux présidents socialistes démontre que la duperie de la fausse alternative déroute massivement l'électorat notamment populaire.

Lire la suite...

 

TSCG : Une fuite en avant pour toujours plus d'austérité et de chômage

AAfancheuropref.jpg
En appelant à un « vote massif » au Parlement en faveur du Traité européen (TSCG) dit Traité Merkozy, J.M. Ayrault invite la gauche à joindre ses voix aux élus de droite pour voter le texte signé en mars à Bruxelles par Nicolas Sarkozy.
Exit la fable d'une renégociation, envolées les belles paroles de campagne d’Hollande qui promettaient d'en découdre avec les marchés financiers.
Aujourd'hui, le Premier ministre ne donne plus que l'objectif de réduction du déficit public.
Cet appel à une ratification massive est hélas en cohérence avec le budget d'hyper-austérité et le « choc fiscal » préparés pour 2013, avec les projets menaçant le financement de la protection sociale, celui des collectivités locales et qui porterait atteinte au niveau de vie des salariés et des services publics.
Une accélération de la casse des services publics découlerait de la très forte baisse des dépenses publics envisagées.
Déjà l’hypothèse de la « TVA sociale », c’est-à-dire l’augmentation de la Tva pesant sur la consommation des ménages et à laquelle Sarkozy avait dû renoncer devant la protestation, refait surface. Tout comme la perspective d’une augmentation de la CSG et d’une aggravation de la flexibilité et de la précarité.
C’est toujours la même logique libérale : alléger les charges dues par les patrons en les remplaçant par des ponctions nouvelles sur les ménages et les salariés.
Il faut dire stop et pousser le gouvernement à changer de voie.

Lire la suite...

 

A l'opposé de l'austérité, les 5 défis du service public

Aplansortcrise.jpg
Hollande et Ayrault se prennent les doigts dans l'engrenage de l'austérité en voulant réduire à bride rabattue la dépense publique. Les nécessaires créations de postes dans l'éducation nationale risquent de se faire au détriment d'autres branches des services publics, fragilisant ainsi toujours davantage ces acquis sociaux collectifs.
Pourtant le Service public est un choix politique et un vecteur pour le combat vers une nouvelle visée civilisationnelle. Une gauche sourde aux attentes des citoyens et aux propositions des communistes est une gauche qui coure droit à l'échec. Pour réussir à gauche, 5 défis majeurs sont à relever pour le service public.
Le service public est associé à la notion de bien commun, d’intérêt collectif, d'égalité et de continuité.
C'est en premier lieu un puissant élément de solidarité sociale, en second lieu un élément d’efficacité économique et enfin un outil de citoyenneté. Son périmètre inclut la fonction publique et couvre ou pourrait couvrir des domaines aussi variés que les transports, l’énergie, la santé, des activités sociales, la culture, l’information, la météo, l’eau, les services postaux, la recherche, les universités, l’enseignement, la formation professionnelle,… Mais le service public n’est pas par nature invariant. Sa mutabilité, pour répondre à des besoins nouveaux est justement une de ses qualités.
Son évolution peut concerner l’investissement de nouveaux champs à demande croissante comme l’écologie et le développement durable ou l’aide aux personnes âgées ou de nouvelles formes de pouvoirs aux centres de gravité divers (local, régional, national, européen et mondial…)

Lire la suite...

 

Hollande se moque des SMICARDS et ignore les propositions du PCF permettant de financer le SMIC à 1700 euros!

alangSMIC.png
Le coup de pouce du SMIC s'avère être une pichenette: un rattrapage légal suivi d'une anticipation de la hausse de janvier prochain.
Le SMIC est revalorisé de 2% soit 1,4% de hausse obligatoire pour rattraper l'inflation et un petit plus de ...0,6%! Il s'agit là d'« un sévère coup de froid », juge le PCF pour toutes celles et ceux qui attendaient autre chose qu'une valorisation à peine supérieure à celles des années précédentes.
Avons nous élu F. Hollande pour cela ?
Entre les difficultés des salariés au Smic de boucler leurs fins de mois et la pression des patrons et du MEDEF, l'équipe Hollande-Ayrault a choisi au détriment des smicards et de tous les français touchant les bas salaires.
Évidemment toute hausse du Smic représente un coût pour l'Etat qui devrait également ajuster les premiers salaires de la fonction publique. Mais elle entraîne aussi une augmentation des compensations à verser à la Sécurité sociale, pour les charges exonérées sur les bas salaires.
Raison de plus pour en finir avec les cadeaux fiscaux aux patrons et pour mettre un terme à ces exonérations inefficaces qui tirent tous les salaires vers le bas.
On voit le mur d'austérité que constitue l'objectif de Hollande de réduire les dépenses publiques à marche forcée.
Face à la crise et aux politiques d'austérité, en réponse aux attentes populaires pour une amélioration concrète des conditions de vie, le gouvernement avait, avec une vraie hausse du salaire minimum, la possibilité d'agir efficacement dans trois directions.
La première porte sur la question salariale. Elle est au cœur, depuis le 6 mai, du changement attendu en terme de justice sociale.
La seconde s'inscrit dans l'indispensable rupture avec l'austérité qui nourrit la crise à l'échelle européenne en brisant la croissance que le Président de la république appelle pourtant de ses vœux.
La troisième s'inscrit dans la nécessite d'en finir avec les dogmes néo-libéraux qui font du « cout du travail » la cause des déficits commerciaux de la France.
En réalité, ce sont les « coûts en capital » qui minent l'efficacité productive: en 2010, les charges d'intérêts payés aux banques et les dividendes versées aux actionnaires par les sociétés ont atteint 309 milliards d'euros.

Lire la suite...

 

L'heure des choix va sonner...

Aboutemer.jpg
Un nouveau chapitre de la vie politique vient de s’ouvrir. ?C’est sans doute le plus périlleux.
La crise s’exacerbe en Europe. Le lâche soulagement qui s’est emparé des milieux dirigeants européens avec la victoire des conservateurs grecs, d’un souffle devant Syriza, la gauche combative qui a progressé d’encore 10?%, trahissait leur obsession de l’austérité…
Faire rendre gorge au peuple grec, pressurer les Espagnols, les Portugais ou ?les Italiens avant que vienne le tour des Français.
Si le cycle infernal des coupes claires dans les budgets publics, de l’abaissement des coûts du travail plutôt que des frais financiers, des déréglementations en tous genres n’est pas interrompu, la situation continuera de se dégrader sous l’effet d’une croissance anémiée.
L’heure des choix a sonné?; les rendez-vous sont là.
La semaine prochaine, les 28?et 29?juin, se réunit le Conseil européen.
Alors qu’Angela Merkel refuse de desserrer l’étau budgétaire qui meurtrit le continent, François Hollande, qui réclame pourtant un geste en faveur de la croissance, semble avoir pris son parti d’une nouvelle vague de sacrifices à demander aux Français.

Lire la suite...

 

Austérité, croissance : illusions et ambiguïtés de F. Hollande

Abnphit.jpg
Renforcer le Front de gauche, force constructive de propositions, aux élections législatives contribuera à aider Hollande et le nouveau gouvernement à sortir des ambiguïtés et à lever un certains nombre de contradictions qui, si elles perduraient, seraient préjudiciables à la réussite du changement.
F. Hollande a été, en parole, très critique sur la « capitulation » de Sarkozy face à Merkel à propos du projet de traité adopté par le sommet européen de décembre dernier. Il s'est engagé à « renégocier ».
Le nouveau président dit ne pas seulement vouloir une « croissance européenne », mais, et c’est l’impact de la campagne du Front de gauche qui l’y a poussé, il déclare que "l'austérité ne peut pas être une fatalité ».
C’est exact. Mais alors pourquoi s’entête-t-il toujours à vouloir infliger la purge prévue par la règle d’or en se disant « prêt à ce que la France réalise, en 2013, un déficit public qui n' excéderait pas 3% du PIB et inscrit dans une trajectoire le ramenant à 0% en 2017 » ?
Atteindre cet objectif supposerait de continuer la casse des services publics et de la protection sociale.
Hollande cultive une illusion: celle qui consiste à prétendre que l'on peut faire de la croissance au niveau de l'ensemble de la zone euro, tout en continuant de mettre en œuvre dans chaque pays pris isolément les orientations du pacte européen de stabilité financière.

Lire la suite...

 

Nous voulons vite un smic à 1?700 euros brut

AFdelviecher.jpg
Les attentes des milieux populaires concernent naturellement la question des salaires. Il s'agit pour répondre à l'urgence sociale et relancer la consommation populaire et la croissance d'autre chose que du simple "coup de pouce" évoqué par F. Hollande, mais d'une hausse.
Il s'agit du relèvement du SMIC à 1700 euros. Mais pas seulement, puisque le PCF et le Front de gauche proposent une revalorisation de tous les salaires dans le cadre d'une conférence sur les salaires et l'emploi que F. Hollande lui-même a évoquée.
Il faut aider les PME afin qu'elle soit en mesure d'appliquer ces hausses de salaires et les soutenir en obligeant les banques à les financer pour qu'elles participent au redressement de la production française.
Les banques doivent leur consentir un accès à taux zéro au crédit pour relancer l'emploi et les salaires.
Pascal Debay, membre de la commission exécutive de la CGT revient sur cet enjeu des salaires.

François Hollande a envisagé un coup de pouce pour le Smic. Quelles sont vos attentes ?en la matière??
Pascal Debay. Nous avons engagé une campagne pour l’augmentation des salaires depuis ?plus d’un an. Changement ?de président ou pas, la problématique de bas salaires continue de se poser, de façon dramatique, en particulier pour de nombreux salariés précaires.
La moitié des salariés à temps complet gagnent moins de 1?500?euros.
Notre revendication est de porter le Smic à 1?700?euros brut. Ce qu’on attend comme geste fort de M. Hollande, c’est une revalorisation dans les semaines, les mois qui viennent, qui permette d’atteindre ce seuil.

Lire la suite...

 

Légitime défense : Fralib sous le controle des travailleurs

Afralib.jpg
L'entreprise des Bouches du Rhône emblématique de la lutte des travailleurs contre les multinationales sans scrupules- ici Unilever _ est désormais sous le contrôle de la CGT et tous attendent que Hollande tienne ses promesses.
Depuis vendredi, les salariés de Fralib occupent leur usine, pour empêcher le patron de démonter et déménager les outils de production pendant le weekend.
La direction veut fermer en urgence, avant que le nouveau gouvernement de François Hollande, qui avait promis de sauver l’usine, ne soit au pouvoir.
L'occupation de l'usine de Géménos depuis vendredi, "c'est inacceptable dans un Etat de droit. Un tel coup de force avec des individus cagoulés, armés de battes de base-ball et de matraques, ce n'est pas de l'action syndicale, c'est une opération commando!", a déclaré M. Witvoët, PDG d'Unilever France, dans le Parisien de ce dimanche.
Ce qui est inacceptable dans un état de droit, c’est qu’un patron ose engager une entreprise de sécurité privée contre ses employés et profite des quelques jours de vacance du pouvoir d’après l’élection présidentielle pour organiser le déménagement des outils de production…

Lire la suite...

 

1er Mai : 750 000 manifestants contre l'austérité et Sarkozy

1ermai2012.jpg

Premier Mai de bonne augure : toutes les raisons de se réjouir sont réunies au lendemain de cette journée de mobilisation des travailleurs.
A Clichy, le matin, la vente du muguet a été une nouvelle fois couronnée de succès et l'argent ainsi collecté servira au PCF à financer les luttes locales (tracts, affiches, matériels....).
L'après midi, des dizaines de milliers de personnes ont défilé en Province où près de 290 cortèges sont annoncés par la CGT, plus de 200 000 à Paris, pour dire non à l'austérité imposée par l'Union européenne.
Le syndicat annonce 750.000 manifestants dans toute la France : une mobilisation 7 fois supérieure à l'an passé.
A Paris, à l'appel de l'intersyndicale et des forces de gauche, syndicalistes et progressistes ont relevé le défi de Sarkozy qui prétendait après Pétain célébrer le vrai travail et appelait les syndicats à "déposer le drapeau rouge".
Les élus et militants communistes clichois, notamment G. Schmaus, Ch. Garnier et François Delalleau, candidat du Front de gauche à Clichy, étaient parmi les manifestants.
A cinq jours des présidentielles, le rejet de Nicolas Sarkozy est également extrêmement présent, mais l'exigence de changements notables s'exprimait très fort : interdiction des licenciements, refus de l'(austérité et de l'europe du capital, SMIC à 1700€, retour à la retraite à 60 ans à taux plein, nationalisation du système bancaire, volonté d'en finir avec la domination des marchés financiers.
Des exigences dont Hollande, une fois élu devra tenir compte, s'il veut réussir cette fois et se décider enfin à une politique qui tranche avec les politiques d'austérité voulues par l'Europe et les marchés financiers.
Les clichois, les électeurs qui ont voté Mélenchon, et au delà tous ceux qui vont assurer l'élection de Hollande au second tour, auront la possibilité en votant aux législatives pour F. Delalleau, le candidat du Front de gauche, de marquer leur soutien à ces mesures et de peser pour que cette fois, la gauche au pouvoir ne déçoive pas et réponde vraiment aux attentes populaires.

Lire la suite...

 

Retraites : On remet ça encore plus fort le 19 octobre !

Sarko250.jpg
Il n’y a bien que le pouvoir pour déceler un essoufflement de la mobilisation contre son projet de retraite.
La jeunesse sort dans la rue, grèves et blocages se multiplient pour arrêter le bras des casseurs du droit à la retraite à 60 ans. De plus en plus isolé et battu par la rue, il choisit le mensonge, la violence et le mépris.
Le pouvoir cache cependant mal une fébrilité qu’il tente de dissiper à coup de millions d’Euros dans une opération de communication animée par le trio infernal : Lagarde-Woerth et Châtel !
Les dirigeants syndicaux ont raison d’être satisfaits de la mobilisation du samedi 16 octobre marqué par un fort taux de participation et la montée en puissance des jeunes conscients d’être les principaux concernés par cette réforme injuste. Mardi 19, tous ensemble il nous faudra encore pousser très fort. Arrêts de travail massifs et manifestations qui battent les records des 2, 12 et 16 octobre sont un objectif réaliste.
Le droit à la retraite à 60 ans à taux plein et sans annuités supplémentaires est l’exigence centrale du peuple de France. Elle doit être entendue du pouvoir mais aussi par tous les partis politiques de gauche. Pas de problème avec le PCF qui y est favorable.
Où ça coince, c’est avec le Parti Socialiste qui fait bande à part et refuse lui aussi d’écouter les exigences exprimées.

Lire la suite...

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs