AdHitLren.jpg
Louis Renault et Adolf Hitler au salon de l'auto de Berlin en 1939
Les petits-enfants du grand bourgeois Louis RENAULT ont osé déposer devant le TGI de Paris, une assignation destinée à obtenir l’indemnisation d’un pseudo « préjudice matériel et moral » causé par la nationalisation-sanction prononcée à la Libération.
Je suis effaré par un tel culot.
Cette démarche est un outrage à la mémoire de tous les patriotes morts pour la FRANCE, de tous les salariés de RENAULT arrêtés, torturés ou fusillés pour fait de sabotage et de résistance à l’intérieur comme à l’extérieur des usines RENAULT BILLANCOURT et du MANS.