jauresdess.jpg
Il n'y a pas d'argent pour le dédoublement de la Ligne 13, pour créer les postes nécessaires dans l'éducation nationale ou dans la justice, pour développer Beaujon et améliorer le système hospitalier, mais il y en a, sans problème et du jour au lendemain, pour bombarder la Libye!
Pour la guerre, pas d'austérité ! Avec le capitalisme le financement de la guerre passe avant la satisfaction des besoins des hommes.
La vérité est toujours la première victime de la guerre.
Et les grands médias dans ces moments, en particulier la Télévision, révèle sa vraie nature, celle de défendre les dominants, les milieux d'affaires, et sa fonction première : le bourrage des crânes.
L'intox au service des va-t-en guerre bat son plein: journalistes, politiciens de droite, écolos ou socialistes embouchent la trompette guerrière sur nos écrans. En France, l’intervention en Libye s’accompagne d’une puissante vague de propagande visant à diaboliser le sinistre Kadhafi, comme hier Sadam Hussein, et à nous convaincre que l’on bombarde ce pays dans l’objectif de « protéger les civils » et de permettre au peuple libyen de « choisir son destin ».
Le devoir élémentaire des partis de gauche, de ceux qui se réclament de Jaurès, est de dénoncer ces mensonges et d’expliquer les véritables objectifs de l’intervention impérialiste.
L’intervention de la France en Libye est directement liée à ses intérêts économiques et stratégiques. Par exemple, Total y a d’importants investissements.