AAAHop.jpg
Alors que le réseau des maternités a été amputé des deux tiers en France en tris décennies, la mort d'un nouveau-né au bord d'une route, dans le Lot, souligne l'urgence de stopper les restructurations hospitalières, qui mettent la santé en danger.
"Désormais, la carte de France est mitée de zones où l’on ne peut plus compter que sur la chance si l’on est victime d’une pathologie qui réclame des soins urgents. ", écrit l'Humanité.
Le drame, au bord de l’autoroute A20 en direction de Brive, trouve un retentissement d’autant plus fort dans l’opinion que chacun peut s’identifier à ce jeune couple, au parcours interminable pour rejoindre une équipe médicale, au désarroi puis au désespoir quand la petite vie s’évanouit avec le temps qui passe.%%% Les jeunes parents , comme plus de la moitié des habitants du Lot, étaient à plus de 30 minutes d’une maternité…
Les arguties comptables de ceux qui trouvent la santé toujours trop chère ne tiennent plus devant les conséquences de leurs raisonnements et le docte aplomb des professionnels de la «?rigueur?» en prend un coup.
A Clichy, la fermeture des urgences et d'autres services de l'Hopital Beaujon pourraient provoquer de tels drames parfaitement prévisibles.
En banlieue où les embouteillage rallongent les temps de trajet, le regroupement des Hôpitaux imposé par le dirigeant socialiste de l'Agence Régionale de Santé Claude Evin et la Droite, se traduit déjà par un rallongement du temps d'intervention des urgences.