Acharonne.jpg
Dialogue Clichois reproduit l'intervention de Pierric Annoot, Secrétaire Général du MJCF lors d’une table ronde dans le cadre du 50ème anniversaire de la répression de la manifestation de Charonne contre la guerre d’Algérie.
Il y a 50 ans, neuf combattants pour la liberté des peuples étaient massacrés par la police gaulliste au métro Charonne. Leur crime ? Avoir participé à une manifestation pacifique avec des centaines de milliers de personnes pour marquer leur refus du colonialisme criminel qui asservissait tout un peuple au bénéfice d’une poignée de gros colons et de leurs puissants relais métropolitains.
Leur crime ? Avoir manifesté contre l’OAS, organisation ultra-colonialiste aux méthodes terroristes et abjectes oeuvrant aussi bien en France qu’en Algérie et ne reculant devant aucun acte de barbarie, du mitraillage à l’aveugle du siège du Parti communiste aux bombes déposées devant le domicile de personnalités jugées ennemies comme André Malraux ou Raymond Guyot, sénateur du Parti communiste et figure historique de la Jeunesse communiste.