Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - P. Laurent

Fil des billets

P. Laurent (PCF) : Un front contre l'austérité est en train de naître

AApierlau.jpg
Pour le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, la manifestation de dimanche n’est que la première étape de la lutte contre l’austérité car le camp ?des partisans du non ?au traité européen s’élargit.
La campagne engagée dès cet été contre la ratification du traité européen vise à ?briser le mur du silence afin d’imposer le débat public dont on voulait priver les Français.
Les forces sociales et politiques, qui se reconnaissent dans les valeurs de la gauche, s'engage contre le Traité Merkel-Sarkozy au nom d’une Europe solidaire. Ce combat est celui d’une rupture avec l’austérité pour une sortie de crise solidaire.
P. Laurent s'explique...
Le gouvernement a multiplié les rappels ?à l’ordre, arguant qu’il s’agissait de donner de la force à François Hollande pour réorienter l’Europe. Qu’en pensez-vous??
Pierre Laurent. Ce sont ceux qui vont manifester, ceux à gauche qui refuseront de ratifier le traité au Parlement, qui donnent la meilleure chance à une réorientation de l’Europe, pas l’inverse.
Car l’adoption du traité donnerait de la force au chantage des marchés financiers pour obtenir des normes drastiques de réduction des dépenses publiques.
Or tout appel à se dégager d’urgence de ces logiques d’austérité?: les chiffres du chômage sont catastrophiques, les plans de licenciement se multiplient, la crise se développe, singulièrement dans les pays qui ont engagé l’austérité la plus brutale. Il faut donc, au contraire, des politiques mobilisant l’investissement public sur de nouveaux critères pour sortir de la crise.

Lire la suite...

 

Pierre Laurent (PCF) : Le gouvernement doit "sortir du flou"

Amaintholl.jpg
Le gouvernement doit "sortir du flou assez vite, on ne pourra pas durer très longtemps avec quelques annonces symboliques" en matière d'emploi, a déclaré mardi sur France Info le secrétaire national du Parti communiste français (PCF).
Pierre Laurent réagissait à l'ouverture mardi matin des consultations engagées par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avec les organisations syndicales et patronales représentatives.
Revenant sur son échange avec le chef du gouvernement en fin de semaine dernière, le leader du PCF a indiqué qu'il avait formulé deux propositions pour l'emploi à Jean-Marc Ayrault, auxquelles le Premier ministre n'avait répondu que de façon "très vague".
Il s'agit:
- "d'un moratoire sur les licenciements jusqu'à l'entrée en vigueur de la nouvelle Assemblée nationale"
- de l'inscription "en priorité à l'ordre du jour de la session parlementaire des mesures anti-licenciement et des mesures de relance industrielle".
Sur la relance industrielle, le PCF veut "des mesures fortes tout de suite" et sur les salaires, "nous ne voulons pas un petit coup de pouce.
Nous voulons une augmentation sensible", a souligné Pierre Laurent.
Les communistes exigent une augmentation significative non seulement du SMIC, mais des salaires , des retraites et des minima sociaux. La nationalisation des banques et une nouvelle pratique du crédit rendu sélectif en faveur de l'emploi permettraient aux PME de faire face.
Les charges à réduire pour permettre à nos entreprises ne sont ni les salaires ni les cotisations sociales, mais les charges financières, ces intérêts exorbitants qu'elles versent aux marchés financiers et aux banques.
"Nous ne rentrerons pas dans un gouvernement qui ne prendra pas en compte nos propositions.
Nous voulons des inflexions par rapport au projet de François Hollande. Si c'est pour aller se rallier à la politique de François Hollande, point final, sans prise en compte de nos propositions, ça n'est pas possible".
Il y a urgence pour le moratoire sur les licenciements : face à cette réalité il nous paraît inacceptable que le gouvernement assiste impuissant à ces destructions massives de l'emploi industriel français alors que les Français ont exprimé avec force leur volonté de mettre un coup d'arrêt à ce gâchis.

 

Et maintenant, Sarkozy dehors !

APelaur.jpg
Déclaration de Pierre Laurent, secrétaire du PCF

Pour toutes celles et tous ceux qui aiment notre pays, qui, depuis cinq ans, ont durement souffert de la politique de Nicolas Sarkozy, souffert de la voir affaiblir, appauvrir, abîmer la France, les résultats (connus à cette heure) du premier tour de l’élection présidentielle résonnent comme un appel à tout mettre en œuvre pour battre le président sortant.
Comme on le redoutait, le score du Front national peut servir de réservoir au candidat Sarkozy. Le président sortant, en recul par rapport à 2007, peut être battu le 6 mai prochain.
Le second tour mettra aux prises, pour la droite, Nicolas Sarkozy, pour la gauche, François Hollande, le candidat socialiste que le suffrage universel a placé en tête.
La droite doit maintenant subir une large défaite. C’est la nouvelle et prochaine étape indispensable de la révolution citoyenne que nous avons entamée.
À gauche, les près de 12 % et quelque 4 millions de voix crédités au candidat commun du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon représentent un score inédit et un événement de cette élection, comme l’a été notre campagne, une campagne dont se sont emparé des centaines de milliers de femmes et d’hommes, et de jeunes dans tout le pays.

Lire la suite...

 

UNE NOUVELLE CAMPAGNE DEMARRE

avplaudoigt.jpg
Le Front de gauche à le vent en poupe. Après le succès de la Bastille et celui du meeting de J.L. Mélenchon à Lille, Dialogue Clichois publie cette adresse du dirigeant du PCF P. Laurent.
Le Front de gauche a créé l’événement. Qui imaginait, il y a quelques semaines encore, une manifestation politique, populaire et citoyenne aussi massive et aussi large dans cette campagne électorale conçue, dès l’origine, pour exclure toute parole populaire, tout engagement collectif, toute espérance de transformation sociale ?
Du jamais vu !
Aux cris de « Vite, la VIe République », la Bastille ouvre un chemin de lutte et d’espoir. Notre pays en a un immense besoin. Il souffre trop.
Avec cette marche, redevient crédible l’idée que le monde du travail peut reprendre ses affaires en mains.
A droite, on avait tout prévu sauf l’insurrection démocratique, sauf ce moment de basculement où des centaines de milliers de Françaises et de Français, de femmes et d’hommes proclament : la politique, c’est notre affaire, et payer pour les riches, c’est fini. Le peuple est de retour, la gauche est de retour.

Lire la suite...

 

Lettre aux croyants en France

Aclettcroyants.jpg
Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français vient d'envoyer une lettre aux croyants en France.

Notre société est traversée par une crise sociale et économique, mais aussi écologique et démocratique, d’une extrême gravité. Pour nous, il s’agit d’une crise de civilisation qui remet profondément en cause la place et le devenir de l’humain.
Elle est le résultat de choix politiques, outrancièrement accentués ces dernières années, qui ont conduit à des régressions majeures et à des renoncements dévastateurs pour la vie quotidienne des hommes et des femmes.
Les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, pour ne citer qu’elles, ont été allègrement piétinées.
Avec le Front de gauche, la volonté du Parti communiste français est plus que jamais de construire un changement profond qui conteste le pouvoir des forces de la finance et fasse valoir l’humain d’abord.
Ce changement, nous voulons le construire avec notre peuple dans sa diversité. Et pour reprendre la formule d’Aragon, avec celui qui croit au ciel comme avec celui qui n’y croit pas.

Lire la suite...

 

Solutions à la perte du AAA : maîtrise publique du crédit, nationalisation des banques, prêt de la BCE aux Etats à taux zéro

AAAnaufnicsark.jpg
Ainsi l'agence Standard & Poor's a décidé de dégrader la note souveraine de la France et de plusieurs pays de la zone euro. La France recule d'un cran. En revanche, l'Italie, l'Espagne et le Portugal sont rétrogradés de deux crans (BBB+).
Ces notes décernées par ces agences privées sont des indicateurs de confiance dans les capacités des pays, mais aussi des collectivités locales ou des entreprises, de rembourser leurs emprunts contractés auprès des marchés.
Pour Pierre Laurent (PCF) : "C'est le résultat de la nocivité d'une politique soumise à la finance, c'est un fiasco. Ce pouvoir n'a pas les compétences requises pour sortir la France de la crise puisqu'il obéit à la domination financière. Avec l'austérité, c'est la croissance réelle qui va baisser et diminuer les rentrées d'impôts et de cotisations."
Le secrétaire du PCF s'insurge : "La dégradation de la note de la France va contribuer directement à cet enrichissement monstrueux des grands actionnaires des banques du fait de l'alourdissement des prélèvements en intérêts sur ses ressources publiques. P. Laurent insiste sur l'urgence de rompre avec la soumission aux marchés financiers et aux agences de notation  : "Il faut immédiatement reprendre le contrôle public des banques françaises - c'est indispensable.(...) La BCE peut et doit s'engager à prêter à la France et aux États européens à taux zéro". Voici un décryptage de Pierre Ivorra, journaliste économique à l'Humanité.

Lire la suite...

 

Pierre Laurent (PCF-PGE) : "L'avenir appartient à ceux qui défieront les marchés."

apilaur.jpg
Nous sommes là, à un moment clé de l'histoire de l'Europe. Jamais l'Union européenne n'a connu une telle crise. L'UE risque l'éclatement si ses dirigeants actuels s'obstinent à servir les insatiables marchés et les rapaces du capital.
Depuis 3 ans, la seule réponse des dirigeants capitalistes a été un plan de sauvetage des banques et des marchés financiers ainsi que des plans d'austérité drastiques. Ils ont appauvri les peuples et endetté les États.
Depuis 2008, les capitalistes sont prêts à tout pour sauver leurs intérêts, prêts à tout pour ne pas payer leur crise, prêts à tout... jusqu’à piétiner la démocratie et mettre les peuples à genoux ! Le résultat est que, mois après mois, ils enfoncent les travailleurs européens dans la crise et ce n'est plus supportable.

Lire la suite...

 

L'impasse Mélenchon

flute.gif
Comme prévu de longue date, car c’était ficelé à l’avance ( il faut en effet souligner que cette possibilité de choix a été arrachée in extremis à la Direction qui ne voulait pas en entendre parler!) et tout ayant été fait pour mettre les militants devant le fait accompli, J.L. Mélenchon portera les couleurs du Front de Gauche à la Présidentielle de 2012.
Le socialiste mitterrandien J.L. Mélenchon, sénateur de l’Essonne, député européen du Sud Ouest, et demain député Dieu sait où, ancien ministre de L. Jospin recordman des privatisations, hier soutien de Ségolène Royal, aujourd’hui partisan de l’agression en Libye, est sorti en tête de la consultation caricaturale des communistes, organisée par la direction du PCF.
Ce n'est pas une bonne nouvelle, ni pour le PCF, ni pour le Front de gauche, ni pour les travailleurs attachès à un changement véritable.
Pour JL Mélenchon, disciple de Mitterrand et social démocrate comme lui, le Front de Gauche, il ne s'en cache pas, n'est qu'une étape dans la disparition du PCF et dans sa dilution dans un nouveau parti dont il ambitionne de prendre la tête.
La surprise vient de l’étroitesse de son score pour un candidat « officiel » de la direction : seulement 59% des suffrages exprimés. On comprend pourquoi, la direction, inquiète, a censuré l’Appel ultime de Chassaigne aux communistes qui aurait pu faire basculer les hésitants…
J.L. Mélenchon ne recueille que 40 % des inscrits, on est donc très, très loin d’un score massif, le tout obtenu sur une base floue : aucun accord électoral signé sur les législatives et un programme partagé souvent ambigu auquel Mélenchon ne se réfère d’ailleurs jamais.
La censure des positions d’André Chassaigne, ajoutée au chantage permanent (c’est Mélenchon ou la fin du Front de Gauche) brandi par P. Laurent et M.G. Buffet, la désinformation savamment organisée et le torpillage grossier de la candidature d’André Chassaigne ont néanmoins permis à la direction d’obtenir l’adoubement de Mélenchon.
Nombre de communistes, bien que conquis par la démarche de Chassaigne ont, la mort dans l’âme, suivi les consignes et ont apporté leur voix à Mélenchon, le candidat officiel de la direction, dans le seul espoir d’éviter la division ou une crise interne. D’autres ont voté avec leur pied.
40 % des communistes ayant voté l’ont fait en faveur de Chassaigne ou Dang Tran : ces chiffres sont à apprécier à leur juste mesure, au regard de la pression énorme qui s’est exercée pour manipuler le libre choix des militants.En effet, se prononcer contre le choix du CN, de l'Humanité et du secrétaire national n'est pas vraiment dans la "culture communiste".
On notera que sauf exception, là ou le PCF est encore en lien étroit avec les couches les plus populaires, A. Chassaigne arrive en tête. C’est le cas des deux départements gérés par le PCF : le Val de Marne et l’Allier. Il en est de même dans le Nord, le Pas de Calais, la Somme, le Rhône, la Haute Garonne, la Seine Maritime … Cela devrait faire réfléchir et reste prometteur pour l’avenir.
Chassaigne arrive également en tête dans le Var, les Ardennes, les Charente Maritime, le Cantal, la Lozère, le Puy de Dôme, l’Eure, la Sâone et Loire, l’Orne, le Maine et Loire, la Mayenne, la Marne, la Haute Marne, la Meurthe et Moselle…
C'est encore le cas, à notre échelle, à Clichy la Garenne où sur 65 inscrits, 64 camarades ont voté : 61 pour Chassaigne et 3 pour Mélenchon.
Inversement, et c’est bien visible dans les Hauts de Seine ( 65 ,4 % des votants pour Mélenchon), on voit que Mélenchon fait ses meilleurs scores là où les cadres ou élus ( PCF ou FASE) acquis à la dilution du PCF dans un nouveau parti restent encore influents.
Nous invitons l’ensemble des communistes qu’ils se soient prononcés pour Chassaigne ou Mélenchon, à veiller à ce que la Présidentielle ne constitue pas, comme certains s‘en réjouissent déjà, une nouvelle étape dans l’effacement du PCF. Nous les invitons a être présents sur tous les fronts de luttes avec l'apport original et la mise en débat de nos propositions communistes..
Lourde est la responsabilité des dirigeants actuels qui entraînent ainsi le mouvement populaire, le Front de gauche dans une nouvelle impasse.
G.D.

 

10 mai 1981 : « Changer la vie aujourd'hui, c'est ne pas décevoir l'espoir »

FrMitt300.jpg
A l'occasion des 30 ans du 10 mai 1981, date anniversaire de l'élection de F. Mitterrand, Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF, est intervenu aux Bouffes du Nord, sur le thème "Changer la vie aujourd'hui". Extrait de sa déclaration....
« 30 ans après le 10 mai qui fut porté par un élan populaire formidable, il n'est plus possible de démêler dans les mémoires ce qui relève de cet élan victorieux, des déceptions et des renoncements qui suivirent.
Depuis, le peuple de gauche reste tout à la fois habité par l'espoir du changement pour lequel il continue de se battre et par la crainte de voir cet espoir à nouveau déçu. D'autant que la chance accordée par notre peuple entre 1997 et 2002, ou en 2005 dans la campagne du NON au TCE, n'a pas été saisie.
Changer la vie aujourd'hui, c'est d'abord ne pas décevoir l'espoir. C'est trancher nettement pour qui nous voulons gouverner et à qui nous voulons donner le pouvoir : aux ouvriers, aux employés, à tous ceux qui vivent sous le seuil de pauvreté, à tous les travailleurs et à tous les créateurs. Il faudra alors faire reculer le pouvoir des marchés financiers.
Changer la vie aujourd'hui, c'est changer le travail, changer le pouvoir des travailleurs sur l'argent et les richesses créées, changer l'Europe, changer les institutions en construisant une 6eme république.
Ceux qui espèrent de la gauche savent que pour changer la vie, le pouvoir devra changer de camp et pas seulement à l'Élysée. En 81, voilà ce que le peuple espérait en votant François Mitterrand. En 2012, saurons-nous rouvrir la porte de cet espoir? ».
Bonne question.
Mais alors pourquoi Pierre Laurent s'obstine-t-il à proposer la candidature de Jean Luc Mélenchon qui divise les communistes et emmène le Front de Gauche droit dans le mur?
Avec cet homme incontrôlable, issu du mitterandisme, avant-hier partisan de Maastricht, hier membre de l'écurie de Ségolène Royal, aujourd'hui appuyant la guerre en Libye, c'est précisément l'assurance de nouvelles déceptions pour les milieux populaires.

 

André Gérin (PCF) : Adresse aux communistes de France

gerad.jpg
Par souci d'information et pour nourrir le débat démocratique, Dialogue Clichois met en ligne cette adresse d'André Gérin aux communistes qui s'appuie sur une analyse historique des renoncements du PCF, conduits sous la houlette de R. Hue, M.G. Buffet et P. Laurent, analyse dont nous pouvons partager les grandes lignes.
Présidentielle 2012 : en jouant un 21 avril à l'envers le PS joue avec le feu.
Déboucher sur un 21 avril 2002 à l’envers fait partie de la stratégie du Parti socialiste. J’en ai l’intime conviction.
L’instrumentalisation du FN par le Parti socialiste a commencé en 1984 avec François Mitterrand. Il s’agit de réactiver ce dispositif dans les conditions d’aujourd’hui.
Quelles sont-elles ?
Le désaveu et le rejet de Nicolas Sarkozy et de l’UMP, la marginalisation du PCF, sa disparition dans la nébuleuse du Front de gauche derrière Jean-Luc Mélenchon, faux-nez du PS, le désarroi et l’exaspération de l’électorat populaire (ouvriers et employés), autant d’éléments pour siphonner le potentiel électoral de l’UMP et faire grossir le FN, en espérant ainsi bon an mal an gagner la présidentielle à défaut d’adhésion majeure à un projet politique par ailleurs inexistant.

Lire la suite...

 

Nicolas Marchand (PCF) : Pas de dynamique d'Union possible sur fond de chantage!

le_chantage.jpg
Après la prise de position de Pierre Laurent (rapport consultable sur le site web du PCF) en faveur de la candidature Mélenchon, l'exigence d'un débat réellement ouvert et démocratique grandit.
Tout comme la colère des militants devant une issue ficelée d'avance et le recours au chantage du PG, c'est Mélenchon ou la fin du Front de Gauche..
Plusieurs dirigeants communistes, dont Nicolas Marchand, ont notamment proposé que les communistes puissent se prononcer par un vote sur la candidature à l'élection présidentielle, avant que la Conférence nationale adopte une proposition de candidature.
Voici l'intervention de N. Marchand s'adressant à Pierre Laurent.

Le choix que tu nous présentes, Pierre, repose sur un chantage: un chantage de nos partenaires, et auquel tu nous suggères de céder:
- ou bien les communistes choisissent Jean-Luc Mélenchon comme candidat, et le Front de gauche peut continuer;
- ou bien ils proposent André Chassaigne, et, aucun accord n'est possible;

Lire la suite...

 

A. Chassaigne dénonce l'hypocrisie de la direction du PCF

Anchasssouriant.jpg
Le député communiste André Chassaigne, candidat à l'investiture du PCF pour la Présidentielle dénonce l'hypocrisie de la direction de son parti.
Le candidat à l’investiture du PCF pour la présidentielle et ne supportant plus «les paroles hypocrites», a appelé mardi la direction de son parti à dire «clairement» son souhait que Jean-Luc Mélenchon (PG) soit le candidat du Front de gauche.
Interrogé par l’AFP avant le Conseil national (CN) du PCF qui se réunit vendredi et samedi sur le sujet, M. Chassaigne a déclaré: «si la direction du Parti considère que pour des raisons diverses le candidat qui conviendrait le mieux est Mélenchon, il faut qu’elle le dise avec des arguments» sur «ce qu’apporte une telle candidature» mais aussi sur ses «effets négatifs».
«Il faut mettre cartes sur table» et «ne pas infantiliser les communistes», a-t-il fait valoir, notant un «mécontentement au sein du Parti» par ce non-dit.

Lire la suite...

 

Réaction de P. Laurent (PCF) à Sarko sur TF1 :" Sarkozy n'en sort pas grandi!"

charb-sarkorol.jpg
J’ai écouté Nicolas Sarkozy avec beaucoup de colère. Le président de la République a offert aux Français un spectacle pathétique et plus inquiétant que jamais.
Aux policiers, il affirme que les effectifs sont suffisants, aux magistrats que les moyens ne sont pas le problème, aux chômeurs qu'il va les envoyer en stage, aux agriculteurs que les marchés ont fait leur bonheur, aux ouvriers que la "vraie" pénibilité est d'être sans emploi...
Il confirme surtout qu'il est incapable d'écouter les Français.
A ceux qui étaient mobilisés aujourd'hui, ou hier contre sa réforme des retraites, il répond toujours sur le même ton, sentencieux et hautain.
Ce soir, le chef de l’Etat n’a pas hésité pas à mentir aux Français : Contrairement a ce qu’il a dit, l'avocat d'affaires a en réalité déjà décidé d'offrir un contrat juteux aux assureurs, celui du "marché" de la dépendance !
Toute la soirée, il aura martelé des choix politiques qui sont des échecs et qui ont des conséquences gravissimes qu'il s'agisse de sécurité ou d'emploi. Avec lui, c'est assez simple : 16 000 postes de profs en moins, cela fait 5 000 places de prison en plus...
Pour finir le président a été odieux et insultant à l’égard des français de religion musulmane.
En emboitant le pas d’Angela Merkel et de David Cameron, il a condamné le multiculturalisme tournant le dos aux valeurs les plus fondamentales de la république française.
En taxant "d'échec", la diversité culturelle de la France, Sarkozy ajoute un tome 2 à son discours de Grenoble et ne sort décidément pas grandi de cette soirée laborieuse.
Pierre Laurent, secrétaire national du PCF,

 

P. Laurent (PCF) : Le remaniement, on s'en fout, construisons à gauche !

Plaurent290.jpg
Extraits de l'intervention de Pierre Laurent au meeting du Gymnase Japy.

Nicolas Sarkozy et son gouvernement ont fait voter la loi, mais le président de la République vient de perdre sa première grande bataille politique depuis 2007. Et quoi que nous chantent les bla-bla gouvernementaux, cela change tout pour la suite !
C’est clair et net, la bataille des retraites n’est pas terminée. L’intersyndicale vient de décider une nouvelle journée d’action entre le 22 et le 26 novembre. De multiples actions sont prises dans de nombreuses corporations.
Des grèves continuent et il faut saluer le courage de ceux qui les conduisent. Quelle que soit l’issue de la bataille engagée, le peuple français restera durablement marqué par les évènements que nous vivons en ce moment.
(…)
La bataille sur les retraites a cristallisé le rejet de choix politiques qui, en tous domaines, visent à faire payer la crise financière capitaliste aux salariés.
Ces choix nous conduisent tous, et la société avec, dans de très graves impasses, dans des crises décuplées, dans une régression générale et continue.

Lire la suite...

 

Pierre Laurent (PCF) sur les Retraites : « Amplifier le mouvement jusqu’à la victoire »

Manifbast450.jpg
Trois millions de manifestants dans le pays ! Partout des grèves et des manifs géantes soutenues par 68 % des français.
Au soir de cette belle et formidable journée de mobilisation pour la retraite à 60 ans à taux plein, le nouveau numéro 1 du PCF, Pierre Laurent a fait la déclaration suivante...

"Nous vivons depuis ce matin une nouvelle journée de mobilisation exceptionnelle avec un élargissement notable du mouvement dans le secteur privé.
C’est à un véritable déferlement humain auquel nous avons à nouveau assisté sur tout le territoire national.
A la guerre sociale menée contre nos droits, nous avons répondu par une gigantesque mobilisation fraternelle et solidaire. La rue a parlé et elle est unanime.
Le gouvernement a perdu la bataille de l’opinion publique. %%% Il n’a plus le choix.
Nicolas Sarkozy et les siens misaient une fois encore sur le découragement des salariés et le passage en force à l’Assemblée nationale.
Ils doivent se rendre à l’évidence. Le rejet du projet gouvernement est plus que jamais clair, net, et massif.
Plus aucune catégorie de la population ne fait exception.
L’arrogance, le mépris, la mise au pas du Parlement, ça ne passe décidément pas !

Lire la suite...

 

P. Laurent (Pcf) : Contre le pacte de la bande du Fouquet's, un pacte d'Union populaire!

LamH350.jpg
Nous avons changé d’époque. C’est terminé le XXe siècle à la fin duquel le capitalisme prétendait être l’horizon indépassable de l’histoire ! C’est d’une autre civilisation dont nous avons besoin !
Et, c'est parce que – j’en suis convaincu – nous sommes aujourd’hui de plus en plus nombreux à penser que le temps est venu de penser l'avenir autrement, c'est parce que nous sommes des millions à penser que les factures de la crise capitaliste nous mènent à la catastrophe, c’est parce que nous sommes des millions à refuser d’embarquer dans la machine à remonter le temps de Nicolas Sarkozy...
Oui, c’est pour cela que le combat sur les retraites a pris, en quelques mois, l’ampleur que nous connaissons aujourd’hui.
Et rien, nous ne lâcherons rien, nous allons vous battre Monsieur Nicolas Sarkozy.

Lire la suite...

 

Retraites : Une autre réforme est possible : les députés communistes l’ont démontré !

ManifretraiteH400.jpg
C’est une mobilisation historique à laquelle nous avons assisté aujourd’hui dans les rues de France.
Devant ce raz-de-marée, Eric Woerth, présent sur le journal télévisé de TF1, n’a apporté aucune réponse aux exigences exprimées par les Français. Il a avoué avoir perdu la main sur le dossier et annonce que c’est Nicolas Sarkozy qui s’exprimera demain en Conseil des Ministres.
J’alerte donc solennellement le Président de la République : « vous ne pouvez pas ignorer la colère qui a gagné le pays. Les fondements de la réforme que l’Élysée s’entête à imposer qui sont aujourd’hui massivement rejetés ».
Celui qui croit encore pouvoir passer en force trouvera face à lui un pays mobilisé.%%% Depuis des mois, le gouvernement a beaucoup manœuvré. Il est maintenant temps d’écouter les salariés et leurs syndicats et d’apporter des réponses claires à leurs exigences. J’appelle à maintenir partout un très haut niveau de mobilisation dans les heures et les jours à venir.
Une autre réforme est possible : les députés communistes l’ont exprimé aujourd’hui avec force dans l’hémicycle à l’Assemblée nationale en déposant 120 000 pétitions sur le banc des Ministres.
Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF

 

P. Laurent: Les principes au coeur de toute réforme progressiste de l'Ecole

Plaurent290.jpg

Dès ce jeudi de rentrée, P. Laurent (PCF) a tenu une conférence de Presse devant l'IUFM du Boulevard des Batignolles pour traiter des enjeux auxquels se trouve confronté notre système éducatif : au delà de la nécessaire riposte à la casse de l'École Publique, il a invité parents, enseignants, lycéens et salariés à jeter les bases d'une véritable politique alternative. Dialogue clichois vous propose de prendre connaissance de son intervention.


Il est urgent de mettre un coup d’arrêt au démantèlement de l’École publique, urgent aussi de rassembler la communauté éducative autour d’une alternative à la politique gouvernementale. (...)
En tant que conseiller régional de l’Île-de-France, je veux d’abord dire quelques mots de l’état d’esprit de la majorité régionale en cette rentrée.
Les conditions dans lesquelles est mise en œuvre la réforme du lycée en classe de seconde sont selon nous inadmissibles : comme vous le savez, les décisions unilatérales du gouvernement, de surcroit dans des délais non conformes au code de l’éducation, conduisent aujourd’hui la région à faire face à une dépense de 20 millions d’euros, non inscrite au budget 2010.

Lire la suite...

 

Le PCF lance "un signal d'alarme sur les conditions de la rentrée scolaire"

GML350.jpg
Le PCF a lancé jeudi un "signal d'alarme sur les conditions de la rentrée scolaire" 2010 notamment en termes d'effectifs, et appelé la gauche à "engager un travail sur le projet éducatif qu'il faut opposer" au gouvernement.
Devant le site des Batignoles de l’IUFM de Paris (XVIIe arr.), Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a dénoncé, en ce jour de rentrée, la "situation dramatique en termes d'effectifs enseignants" avec 65.000 suppressions de postes entre 2007 et 2011 alors que "la natalité progresse à nouveau et que les effectifs scolaires sont stables".
Autre "grave problème, la formation des enseignants" avec "des étudiants mis dans des classes sans formation", ce qui "risque de provoquer des phénomènes de désertion de ces formations", a-t-il déploré.
Le numéro un communiste a donc demandé "l'arrêt immédiat des politiques de suppressions de postes dans le monde de l'Education et l'augmentation du nombre de postes aux concours".
M. Laurent souhaite aussi une "remise à niveau de l'effort budgétaire public national car contrairement à ce que dit le gouvernement, la part du PIB consacrée à l'Education n'a cessé de diminuer : 6,6% en 2008 contre 7,6% en 1995".
Le PCF a par ailleurs lancé "un appel à tous les acteurs du monde éducatif, aux forces syndicales, aux associations de parents d'élèves, d'étudiants et aux forces politiques progressistes" pour "engager un travail sur le projet éducatif qu'il faut opposer à ce gouvernement".

 

Woerth / Bettencourt : « les français ont la nausée »

baffecapit3.jpg
Devant le feuilleton affligeant déroulé par le gouvernement, les Français ont la nausée. Chaque jour, des révélations nouvelles nous en apprennent un peu plus sur les liaisons dangereuses entre le « fric » et le pouvoir de Nicolas Sarkozy.
Alors que des millions de Français, frappés par sa politique, peinent à boucler leurs fins de mois, on découvre ce que les dirigeants de la droite, qui occupent aujourd’hui les plus hautes fonctions de l’Etat, doivent à leurs relations avec les premières fortunes de France. C’est écœurant !
Pour échapper à la colère populaire, le marionnettiste de l’Elysée tire des ficelles de plus en plus grosses sacrifiant les uns pour mieux sauver les autres. En réalité, c’est le spectacle tout entier de la politique gouvernementale qui doit s’arrêter.
Le gouvernement doit cesser de passer en force. Sa politique est condamnée. La démocratie doit retrouver ses droits et la dignité sa place dans la conduite des affaires publiques.
Plutôt qu’un jeu de chaises musicales destiné à amuser la galerie sans rien changer, la situation exige du gouvernement trois mesures immédiates.
- L’abandon de son projet de réforme des retraites. Le projet de loi doit être retiré de l’ordre du jour du Conseil des ministres et du Parlement, et le dossier retiré à Eric Woerth.
- Le bouclier fiscal doit être supprimé et les fonds récupérés mis au service de l’emploi public et du pouvoir d’achat populaire.
- Les attaques contre la démocratie doivent cesser et le projet de réforme des collectivités territoriales que le gouvernement cherche actuellement à imposer au Sénat immédiatement abandonné.

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF
Paris, le 6 juillet 2010.

- page 1 de 2

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs