Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Hollande fait craindre un scénario à la Papandréou

dessin de Fañch Ar RuzFanchAttHoll.jpg
Les électeurs de gauche qui ont participé aux primaires du PS avec l'espoir sincère d'ancrer le PS bien à gauche risquent d'être déçus.
F. Hollande ne fait pas le poids face à la crise et annonce déjà qu'il n'appliquera pas son programme, pourtant bien insuffisant pour sortir la France et l'Europe des griffes des marchés financiers.
Avec F. Hollande, les marchés financiers peuvent dormir tranquille : c'est la super austérité voulue par la droite, imposée par un gouvernement de gauche qui attend les français .
La règle d'or de Sarkozy-Merkel ? Pour lui, elle est insuffisamment contraignante et doit s'imposer dès maintenant sans attendre 2012.
En Grèce, traité comme un laquais par Merkozy (dans le couple Merkel-Sarkozy, c'est Merkel qui porte la culotte!), le socialiste Papandréou appelle à un gouvernement socialiste-droite....
C'est dire combien en Europe, socialiste et droite sont quasi interchangeables. Une fois désigné, la première visite de F. Hollande n'a-t-elle pas été pour son ami Zapatero qui plonge l'Espagne dans l'austérité, le chômage et le recul social en mettant en œuvre la politique voulue par les marchés financiers et les grands groupes?
Entre les exigences des marchés et les attentes des français, F. Hollande a choisi : ce sera les marchés financiers et l'acceptation du diktat des agences de notation! Bref, vous avez aimé Sarkozy, vous risquez d'adorer F. Hollande.
Voilà ce qui attend les français, une fois Sarkozy battu, si le peuple ne s'en mêle pas pour développer les luttes, changer du tout au tout la construction européenne et bousculer la donne en s'attaquant au système.
On ne peut pas amadouer le capitalisme, ce système n'est pas durable, il a atteint ses limites historiques et sombre dans la logique folle de l'hyperspéculation : il doit être remplacé d'urgence.
Il faut dire stop à la fuite en avant qui mène les français et la gauche dans le mur : il faut changer de logique et imposer des réformes transformatrices qui s’attaquent à ce système vermoulu qui place l'économie non au service du développement des hommes, mais au service exclusif des intérêts de la finance.

Lire la suite...

 

Ile de France : Le PS et Europe-Ecologie rompent les accords dans le 93 et le 94!

CartonRouge.jpg
Dans le 93, le PS rompt les accords et refuse le retrait de ses candidats arrivés derrière les candidats PCF. Dans le Val de marne, c'est Europe Ecologie qui refuse le désistement et se maintient pour faire chuter les candidats du Front de gauche arrivés devant.
Quelle hypocrisie chez Cécile Duflot et , Claude Bartolone et Martine Aubry : ils affichent l'unité au niveau national et font l'inverse sur le terrain.
Leur obsession : empêcher les communistes de garder le Conseil général 94 et de reconquérir le Conseil général du 93. Le but de ces manœuvres antidémocratiques coordonnées ? Récupérer au deuxième tour les voix de la droite ou du Front National pour battre le candidat du Front de gauche.
Dialogue Clichois propose cette déclaration d'Hervé Bramy, secrétaire de la FD PCF du 93 et ancien Président du Conseil général.
De l’avis unanime, les candidats soutenus par le PCF et le Front de Gauche, voire au-delà, ont créé l’évènement à gauche en Seine-Saint-Denis :

Lire la suite...

 

G. Schmaus (PCF): Ensemble, relevons le défi du mépris de la démocratie !

GuySch2250.jpg
Dialogue Clichois reproduit l'intervention de G. Schmaus, président du groupe des élus communistes, sur le parvis de la mairie, le 5 février.
« Gardons Clichy à Gauche » titrait le dernier tract de notre liste d’union élue en mars 2008 par les clichois !
Le même tract – que j’ai sous les yeux, reprochait à Stéphane Cochepain du MODEM de faire liste commune avec l’UMP, parce qu’il avait rejoint, je cite « la droite, sa famille d’origine ». C’était, il y a moins de trois ans.
Le MODEM a-t-il changé pour que Gilles Catoire, maire PS de Clichy, lui ouvre en grand les portes de sa gestion municipale ? Le Modem est il passé de l’orange au rouge de la contestation de la politique des puissances d’argent conduite par Sarkozy, politique qui s’illustre par le creusement sans précédent des inégalités et par les attaques insupportables contre les retraites, les services publics et les acquis sociaux ?
Non mille fois non !

Lire la suite...

 

Clichois attention : Retraite par points = danger !

fondspiegeconH400.jpg
Sarkozy évoque maintenant la perspective de la retraite par points.
Attention, ce serait la fin du système de retraite par répartition et de la solidarité intergénérationnelle.
Ce serait la voie ouverte aux retraites par capitalisation et aux fonds de pensions qui plongent tant de retraités américains dans la misère.
A l’inverse de la retraite par répartition, le niveau des futures pensions n’est jamais garantie avec ce système.
Il suffit au gouvernement et aux patrons de faire baisser la valeur du point acquis. Les pays ou la retraite par points est en vigueur sont ceux ou le pouvoir d’achat des retraités a le plus baissé .
Les salariés devant la fonte de la valeur des points accumulés seraient invités à se tourner vers sociétés financières proposant l’épargne retraite, jusqu’à ce que ces dernières se substituent entièrement à la retraite par répartition !
Et que font ces sociétés financières, les tristement célèbres Fonds de pension, de l’argent versé par les salariés en vue de leur retraites ?
Elles s’en servent à spéculer en bourse contre l’emploi !
Les travailleurs en lutte doivent savoir que le PS et la CFDT ne sont pas du tout hostiles à ce système très dangereux pour les salariés.
Le groupe privé Malakoff Médéric, une des principales caisses de retraite de France, est devenu un symbole pour les opposants à la réforme.
Le délégué général du groupe d'assurance Malakoff-Médéric, est un certain Guillaume Sarkozy, ex dirigent du MEDEF, et frère de Nicolas.

Lire la suite...

 

Union européenne : le PS et les Verts pactisent avec la droite !

logoumps.jpg
La député socialiste française Pervenche Berès vient de présenter au Parlement Européen un Rapport sur la crise, dans lequel elle soutient les plans d'austérité, demande des mesures encore plus sévères que celles Sarkozy pour réduire les déficits publics et envisage non seulement le report de l'age de départ en retraite, mais également la fin de la retraite par répartition.
Ce rapport qui constitue une aubaine pour les marchés financiers et le MEDEF a été adopté par la droite, par les socialistes et par les Verts (Europe Ecologie). Jacky Hénin, député européen (PCF) s'émeut de ce double langage et dénonce l'hypocrisie du PS' qui critique (mollement) Sarkozy à Paris et l'encourage à Strasbourg!.

Intervention de Jacky Hénin, Député Européen (PCF) :

« Le rapport de Pervenche Berès(1) (Député PS européen) sur les recommandations concernant les mesures et initiatives à prendre dans le cadre de la crise financière économique et sociale a été voté ce matin au Parlement Européen.
Depuis des mois, les mobilisations syndicales et populaires se succèdent en France et en Europe, pour s’opposer à la casse des droits et acquis sociaux, à la privatisation des retraites et de la sécurité sociale, au gel des salaires et des retraites, pour refuser de faire payer aux peuples une crise dont ils ne sont pas responsables.
Si ce rapport s’émeut de la crise et tente de "moraliser le marché"(2), il soutient les plans d’austérités dans les différents pays Européens. L’ensemble du rapport constitue en effet un éloge au pacte de stabilité et demande des mesures plus contraignantes encore, assorties de sanctions aux états membres et l’obligation de réduire les déficits(3).

Lire la suite...

 

Le PS embourbé dans l'acceptation de l'allongement de la durée de cotisation

SarkoDSKH400.jpg
A l'inverse du PCF qui se reconnait parfaitement dans les mots d'ordre et les slogans des manifestants, le PS n’est pas vraiment en phase avec le mouvement social et cela commence à inquiéter certains dirigeants socialistes.
H. Emmanuelli, B. Hamon et même la Jeunesse socialiste tirent la sonnette d’alarme. L’acceptation de l’allongement de la durée de cotisation par M.Aubry (jusqu’à 41 ans et demi), F. Hollande, S. Royal (et évidemment DSK le patron du FMI), n’est pas du tout du goût des manifestants, en particulier de la jeunesse.
Celle ci, comme les salariés, clame son attachement à la retraite à 60 ans à taux plein. Avec les années de galère et l’entrée plus tardive dans la vie professionnelle, les jeunes ont compris que la promesse du « retour à 60 ans » du PS, c’était du pipeau.
Faute d’avoir les trimestres suffisants, ils ne pourraient faire valoir leur droit à la retraite à 60 ans, sinon avec une pension de misère !
Le droit à la retraite de 60 ans du PS, c’est une coquille vide.
Pour le socialiste G. Filoche, les 41, 5 annuités est une "fiction", et même "un piège à gogo".
Le refus de l'allongement de la durée et la proposition du PCF de prendre en compte les périodes d'études et de galère dans le calcul de la durée de cotisation font au contraire tilt chez les jeunes.
Le texte du PS sur les retraite a été adopté en mai dernier par le bureau national . Pour le PS, si un allongement «devait être envisagé, celui-ci ne devrait pas excéder la moitié des gains d'espérance de vie».
A la télé, M. Aubry l’a confirmé et mit les points sur les i: le PS accepte un allongement à 41,5 ans de la durée de cotisation. L’argumentation est à peu de choses près celle de Sarko et rejoint le prêt à penser du MEDEF : on vit plus longtemps, il faut donc travailler plus longtemps.

Lire la suite...

 

Retraites : On remet ça encore plus fort le 19 octobre !

Sarko250.jpg
Il n’y a bien que le pouvoir pour déceler un essoufflement de la mobilisation contre son projet de retraite.
La jeunesse sort dans la rue, grèves et blocages se multiplient pour arrêter le bras des casseurs du droit à la retraite à 60 ans. De plus en plus isolé et battu par la rue, il choisit le mensonge, la violence et le mépris.
Le pouvoir cache cependant mal une fébrilité qu’il tente de dissiper à coup de millions d’Euros dans une opération de communication animée par le trio infernal : Lagarde-Woerth et Châtel !
Les dirigeants syndicaux ont raison d’être satisfaits de la mobilisation du samedi 16 octobre marqué par un fort taux de participation et la montée en puissance des jeunes conscients d’être les principaux concernés par cette réforme injuste. Mardi 19, tous ensemble il nous faudra encore pousser très fort. Arrêts de travail massifs et manifestations qui battent les records des 2, 12 et 16 octobre sont un objectif réaliste.
Le droit à la retraite à 60 ans à taux plein et sans annuités supplémentaires est l’exigence centrale du peuple de France. Elle doit être entendue du pouvoir mais aussi par tous les partis politiques de gauche. Pas de problème avec le PCF qui y est favorable.
Où ça coince, c’est avec le Parti Socialiste qui fait bande à part et refuse lui aussi d’écouter les exigences exprimées.

Lire la suite...

 

Retraites : le débat à gauche sur les points essentiels

LassretraiteV300.jpg
Retraites : que dit-on à gauche sur les questions essentielles et quelles propositions du PS et du PC?
Aujourd'hui, mais les choses peuvent évoluer dans la mesure où le mouvement social s'empare de ces questions, il faut constater que pour maintenir ce droit à la retraite à 60 ans, les approches à gauche sont différentes.
Les différences portent notamment sur la durée de cotisation et sur les mesures à prendre pour assurer le financement du système de retraites !

Lire la suite...

 

A Gauche, c'est le PS qui n'est pas à la hauteur : Aubry accepte l'allongement de la durée de cotisation

Assezsarko300.jpg
A gauche, sont apparues des différences de positionnement sur la question de l’allongement de la durée de cotisation.
Car les socialistes ne souhaitent pas revenir sur la réforme Fillon de 2003, celle qui allonge la durée de cotisation sans que cela règle la question du financement de nos retraites.
En effet, le PS partage le choix du gouvernement d’allonger cette durée de cotisation jusqu’à 42 ans en 2018 contre 40,5 ans aujourd’hui.
Les dirigeants socialistes acceptent donc que le nombre d'années de cotisations nécessaires pour pouvoir profiter d’une retraite décente augmente.
Avec Martine Aubry, F. Hollande, S. Royale ou DSK à l’Elysée, les travailleurs ne doivent pas se bercer d’illusion : il leur faudrait travailler plus longtemps pour avoir droit de prendre leur retraite à taux plein ! D'ailleurs, partout en Europe, conformément aux recommandations de la stratégie dite de Lisbonne approuvée à l'époque par L. Jospin, les gouvernements socialistes s'efforcent d'obtenir le recul de l'âge de la retraite...

Lire la suite...

 

Retraite : " Nous ne demandons pas le retour à 60 ans pour tout le monde », dit Martine Aubry

Aubretraiteplacide.jpg
Le Parti socialiste ne défend pas le retour à l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans pour tout le monde, a fait valoir Martine Aubry mardi soir.
Lors d'un meeting à Roubaix pour défendre la réforme des retraites proposée par le PS, l'ancienne ministre des Affaires sociales a accusé la droite de caricaturer son discours.
Ceux qui avaient cru comprendre que le PS rétablirait, s’il était de retour au pouvoir, l’age légal de départ en retraite à 60 ans ont tout faux. Telle n’est pas du tout l’intention du PS. Ainsi les choses sont claires …
Le gouvernement a décidé de reporter de 60 à 62 ans l'âge légal de la retraite, mais le PS ne veut conserver le départ à 60 ans que pour ceux qui ont commencé à travailler tôt ou qui ont eu des emplois pénibles, a expliqué Martine Aubry.
Pour les autres salariés, pas question : le report de l'age de départ est approuvé, ils devront travailler plus longtemps !
Le PS, comme l'UMP, veut nous faire travailler plus longtemps et reculer lui aussi, l'âge de la retraite, pour l'immense majorité d'entre nous et en particulier les femmes.
Ainsi, M. Aubry se rapproche à grand pas de D. Strauss Kahn et de ses amis, et se retrouve d’accord avec eux et le MEDEF pour allonger les durées de cotisations.

Lire la suite...

 

Quand les PS sont au Pouvoir….

amiZapsak.jpg
Quand les partis socialistes sont au pouvoir et refusent l’union de la gauche avec les communistes pour appliquer un programme précis de transformations progressistes, c’est hélas pour mettre en œuvre, partout en Europe, une politique social-libérale, copie conforme des politiques de droite.
Après le Royaume Uni où T. Blair et G. Brown ont imposé une austérité digne de Mm Thatcher, ce qui vient de conduire d’ailleurs au retour des conservateurs, après la Grèce où G. Papandréou, le premier ministre et patron de l’Internationale socialiste se surpasse dans les attaques contre les salariés et la démocratie parlementaire, c’est au tour de l’espagnol Zapatero de courir au devant des attentes des marchés et de la finance.
Sous la pression de l'UE et des marchés financiers, le premier ministre Zapatero vient d’annoncer une baisse de 5% des salaires des fonctionnaires à partir de juin 2010 et a décidé de les geler en 2011.
Il va aussi geler la revalorisation des retraites en 2011. L'investissement public sera diminué de 6,045 milliards d'euros d'ici 2011 mais le gouvernement va demander aux régions et aux municipalités de faire 1,2 milliard d'euros d'économies supplémentaires.
Tant pis pour les services publics !

Lire la suite...

 

Pas d'Union sacrée pour couler la Grèce : les Députés communistes voteront contre le plan

arsenicV.jpg
Le soit-disant plan d'aide à la Grèce est une potion mortelle pour les acquis sociaux : il revient à administrer de l'arsenic à un malade.
A l'assemblée, c'est hélas, l'Union sacrée UMP-PS pour voler au secours des marchés financiers et des responsables de la crise grecque.
Les communistes eux se refusent à poignarder dans le dos le peuple grec.
Ils avancent d'autres solutions : la restructuration de la dette grecque et l'attribution de prêt au taux à 1% conditionnée à des mesures sociales.
Les Banques n'ont pas à se faire des profits odieux sur le compte du peuple grec. Refuser de servir la soupe aux marchés financiers, c'est cela la solidarité, c'est cela être de gauche.

communiqué des députés communistes et républicain
"Les Députés communistes et républicains voteront contre le plan soumis par le gouvernement aujourd’hui à l’Assemblée nationale et abusivement qualifié de « plan d’aide » à la Grèce.
Il s’agit, en effet, d’un dispositif dont l’unique objectif est de renflouer les marchés financiers et les banques qui ont enfoncé la Grèce dans la crise en spéculant sur la dette publique de ce pays.

Lire la suite...

 

Contre Sarkozy...et le FMI du socialiste D. Strauss Kahn, sauvons les retraites


S’il est un projet qui continue à souder le Medef et la droite, c’est celui qui vise à repousser l’âge de la retraite, et donc diminuer le montant des pensions versées.
C’est la grande bataille en cours dans l’Europe du Traité de Lisbonne, voté grâce à la collusion UMP-PS-Verts. Dans tous les pays, les gouvernements de droite ou socialistes cherchent a repousser l’âge de la retraite et à diminuer les pensions.
Plutôt que d’augmenter les cotisations patronales, de taxer plus fort les bénéfices et les actifs financiers, ils préfèrent reculer l’age de la retraite et s’attaquer au niveau des pensions déjà très faible.%%

Lire la suite...

 

Sarkozy sourd aux électeurs comme aux manifestants !

Sarkoround400.jpg
Sarkozy est dur de la feuille.
Après la large défaite de la droite dimanche dernier, des centaines de milliers de salarié-es ont manifesté ce mardi pour dire leur ras-le-bol d’une politique qui détruit nos vies, leur exigence d'autres choix politiques.
Pourtant, les attaques du gouvernement continuent et voilà que Nicolas Sarkozy réaffirme tranquillement son désir de maintenir le cap de sa politique, notamment sur les retraites.
Si inflexion, il y a, c'est même plutôt d'un coup de barre à droite dont il s'agit.
Le parti communiste dénonce la surdité de ce gouvernement et s 'engage pour mettre un coup d'arrêt à ces logiques qui ont conduit à la crise et ouvrir une alternative à gauche.

Lire la suite...

 

Ne nous laissons pas détourner de l'essentiel !

cirqueplacide440.jpg
"Identité nationale", guerre Villepin-Sarkozy, délires de Frêche, double langage du parti socialiste... Le spectacle politique actuel vise à détourner les Français de l’essentiel.
Il y en a assez du "spectacle" offert depuis quelques semaines par la plupart des "acteurs" politiques de la "scène" médiatique. Il est aussi affligeant qu’inquiétant.
Tandis que le pouvoir s’efforce d'enfoncer la France dans un univers de contre-révolution idéologique, sociale et politique, assortie d’un affaissement des repères symboliques qui encadraient jadis notre chemin en citoyenneté, tout est organisé pour réduire l’engagement public à des exhibitions abêtissantes.
Postures, déclarations, manœuvres, effets d’annonce, doubles langages, occupations des médias, tout cela sous le feu nourri des communicants. L’agenda idéologique actuel, où voisinent démagogie et populisme, mensonge et serviabilité, racisme et xénophobie, ne sert que la division et l’atomisation de la République. On réduit la politique, à des coups tordus, à des échanges grand-guignolesques entre Villepin et Sarkozy ou d'amabilités entre Fréche et Fabius...
Pendant ce temps là on passe à la trappe les difficultés des français et les contenus sur lesquels il convient de se rassembler pour un changement véritable qui ne soit pas du pipeau.

Lire la suite...

 

PS et Verts : le coup de main à Sarkozy pour liquider la retraite à 60 ans.

elefanPS350.jpg
Remontés, les éléphants socialistes sont remontés contre la retraite à 60 ans. Les dirigeants du PS se bousculent au portillon du consensus pour en finir avec la retraite à 60 ans et jouent des coudes pour venir à la rescousse de Sarkozy et du MEDEF.
Après le député de Paris J.M. Mr Leguen (l’homme de l’AP-HP et de la « restructuration » de Beaujon), Martine Aubry déclare à son tour : « Je pense qu’on va très certainement aller vers 61 ou 62 ans ».
Elle est aussitôt applaudie par Manuel Valls qui propose « un pacte national majorité-opposition » sur cette question : en clair alors que 2010 est l’année ou Sarkozy veut passer en force sur la remise en cause de la retraite, et où les salariés et syndicats doivent faire bloc pour sauver les retraites, les dirigeants du PS sont prêt à l’Union sacré avec la droite !

Lire la suite...

 

La crise de la sociale-démocratie européenne, par Jacques Sapir.

Sapir.jpg
L'économiste Jacques Sapir, spécialiste des relations internationales revient sur la crise de la sociale-démocratie, dont témoigne l'effondrement des listes socialistes en Europe et particulièrement en France.
Les peuples d'Europe, les couches populaires ne se reconnaissent plus dans l'orientation droitière des partis socialistes. Le PS n'a pas de réponses à la crise du capitalisme.
Jaques Sapir voit en la sociale-démocratie un parti de "pleureuses", réduit à l'impuissance et sacrifiant le social au type de construction libéral de l'Europe. lire l'analyse de J. Sapir

Lire la suite...

 

PS-MODEM : Avis de fiançailles ?

placideholbay380.jpg
A l’occasion du vote du budget 2009 de Clichy, le MODEM a fait un pas vers le PS : Mr Cochepain et ses amis, n’ont pas voté contre, comme l’ont fait les autres composantes de la droite (les amis de Mm M.C. Restoux et de R. Muzeau)... ils se sont abstenus.
Résumons : premier temps, G. Catoire, le maire PS, retire leurs délégations aux élus communistes, représentants de la gauche résolue, radicale et constructive.
Tous les observateurs de la vie locale enregistrent cette rupture de l’union de la gauche à Clichy, comme « un signe », un appel du pied du PS pour un retournement d’alliance, comme au bon vieux temps des années 70 où Clichy était géré, main dans la main, par le Ps et la droite.
Second temps : vote du budget. Le MODEM reçoit le message 5 sur 5 et loin de voter contre, s’abstient.
On le sait, il n’y a que le premier pas qui compte…Clichy serait-il, en réalité, un laboratoire pour mitonner une alliance contre nature Ps-droite ?
Parallèlement au niveau national, François Hollande, propose dans l’Express, au leader du Modem, F. Bayrou de réfléchir aux « convergences » entre le PS et le MODEM….avant 2012. Visiblement les Présidentielles de 2012 intéressent plus ces politiciens que la situation réelle des français.

D’après le Figaro, F. Bayrou est prêt à «discuter» avec le PS, même s’il ne souhaite pas « s’aligner sur lui. » En clair, des renversements d’alliance se profilent sur fond d’ambitions politiciennes.

Traduction d’après le Figaro (21 avril) : " le MoDem attendra les résultats du premier tour avant d'envisager un rapprochement avec d'autres forces. Pour les régionales de 2010, il n'exclut pas des ententes locales comme ce fut le cas aux municipales". Rappelons en effet pour les amnésiques que Martine Aubry, qui fait mine de se positionner plus à gauche, a fait alliance avec le MODEM à Lille…

Quant à l’Union Européenne, cette construction libérale contre les peuples aux services des marchés financiers, c’est une co-construction des socialistes européens (PSE) et de la droite (PPE) qui ensemble soutiennent le Traité de Lisbonne levant les obstacles à la libre concurrence et aux privatisations.
Un des pères de cette Europe du Capital, le socialiste J. Delors, ancien maire de Clichy, ne vient-il pas de se prononcer en faveur de F. Fillon ou d’Alain Juppé, pour diriger la Commission Européenne ?

Pourquoi, sinon parce que les socialistes et la droite sont d'accord sur cette Europe libérale que les français rejettent ?
Les familles populaires, les couches moyennes, n’ont rien à gagner à ce genre d’alliances archaïques. Seul, le MEDEF pourrait s’en réjouir.
Le PCF met en garde les électeurs de gauche, les progressistes, le mouvement social contre cette dérive droitière du PS à Clichy comme au niveau national.
L’heure est au rassemblement des forces de gauche autour de profondes réformes s’attaquant à ce capitalisme rendu fou par sa propre logique. Une raison de plus pour soutenir aux Européennes, le PCF et les listes du Front de Gauche, conduite par Patrick Le Hyaric et Raquel Garrido en Ile de France et qui se prononce contre le traité de Lisbonne et pour un changement d'Europe

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs