Grand_Parissarkozy350.jpg
Le débat public est lancé à Clichy autour d’un Plu prévoyant quatre ou cinq tours géantes, en cohérence avec un aménagement francilien faisant la part belle aux promoteurs et aux marchés financiers. Le projet consensuel de Paris-Métropole que Delanoë propose aux villes de banlieue comme Clichy, vise à faire prévaloir la logique parisienne sur la proche banlieue.
Ce projet technocratique d’inspiration social-libérale ne constitue pas une réponse vraiment alternative à la hauteur aux menaces du Grand Paris de Sarkozy. Quelle place en effet est-il réservé au respect de l’autonomie communale, à la démocratie, au logement social, à la croissance et à l’emploi ? Quelles sont les exigences tournées vers l'Etat en matière de financement des infrastructures et des équipements de la région capitale? Et quels sont les objectifs affichés en matière de réforme de la fiscalité locale et nationale pour répondre aux attentes sociales ?
Cette logique parisienne d'aménagement que certains rêvent d'étendre à la banlieue mérite en tout cas, d'être examiné de plus près. Les projets d’aménagements de la porte de Clichy ne peuvent-ils aussi être regardés sous cet aspect ? L’exemple de la gestion Delanoë mérite d’être examinée de prêt. Paris met en avant son effort pour le logement social, inexistant sous J.Tibéri et J. Chirac. Ayons présent à l'esprit que Clichy compte 4000 demandeurs de logement. Pour nourrir le débat, nous livrons l'analyse critique de S. Kouvélakis, directeur adjoint de la revue Actuel Marx, enseignant au prestigieux King's Collège de Londres. Précisons qu'il n'est pas adhérent du PCF.