Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - Parti de Gauche

Fil des billets

La Droite, le PS et le Parti de Gauche votent ensemble le budget de Catoire

Camp250.jpg
Les élus PS-MODEM-Nouveau Centre- PRG- Verts Europe Ecologie- Parti de Gauche et UMP (à l'exception de Mm Restoux) ont voté le budget 2011 de G.Catoire, lors de la séance du Conseil municipal du 26 avril .
A l'inverse, refusant d'apporter ainsi leur caution au virage à droite de Catoire, lequel ouvre sa majorité au MODEM-Nouveau Centre, les élus communistes Guy Schmaus, Annie Mendez et Christian Garnier ainsi que Mireille Lambert de L.O. (qui a pour sa part rendu sa délégation) se sont abstenus.
L'intérêt des Clichois ne doit pas être sacrifié à des préoccupations politiciennes.
Cela suppose un large rassemblement, sans compromission avec la droite, pour revenir à une véritable gestion de gauche répondant aux attentes de la population :
lutte pour le dédoublement de la ligne 13, maintien de la caserne des pompiers, refus de la fermeture des urgences et développement de l'Hôpital Beaujon, remboursement aux locataires et propriétaires des sommes indûment versées à Suez au titre du chauffage urbain, construction de logements sociaux et refus du surloyer, luttes contre les fermetures de classes et pour le maintien des filières au Lycée Newton, réalisation rapide du Boulevard urbain de contournement (BUC), refus des "tours Catoire" et aménagement à visage humain repoussant la spéculation immobilière et la vision sarkozienne du Grand Paris...

 

Débat Gérin/Chassaigne (fin) : Au PG de Mélenchon, tout part du haut vers le bas!

Chassger4.jpg
Dialogue Clichois propose la fin du débat entre André Gérin et André Chassaigne qui s'est tenu à Lyon. Dans cette partie A. Chassaigne explique le fonctionnement effarant du PG Mélenchon : tout part de haut et descend vers le bas ! A l'opposé de sa propre pratique, à l'opposé de la démocratie et de l'intervention citoyenne nécessaire.
André Gérin pointe de son côté que Mélenchon n'est qu'une "filiale" du PS, assumant d'ailleurs "l'héritage de Mitterrand.''
Bruno Benoît : Est ce que si André Chassaigne, en fin de compte, s’impose, au printemps 2011, face à Jean Luc Mélenchon, vous vous ralliez à lui ; si en revanche André Chassiagne doit laisser passer Jean Luc Mélenchon, comme candidat dit du Front de Gauche, quelle sera votre position ?

André Chassaigne :
Je voudrais parler parce que tout à l’heure je n’ai pas précisé ma pensée… Après ce qu’a dit André, il faut que je dise véritablement quel est mon positionnement puisque je n’ai pas le même qu’André sur cette question là. En toute honnêteté, je voudrais d’avantage préciser mon positionnement par rapport au Front de Gauche. Pour ma part j’étais un artisan du Front de Gauche.

Lire la suite...

 

Ch Ramaux, économiste démissionnaire du PG, s'interroge sur des positions économiques de Mélenchon qu'il juge "libérales"

jLMmez.jpg

(Illustration : Présidentielles 2007, Affiche de meeting socialiste). Parcours de J.L. Mélenchon : a voté Oui au référendum sur Maastricht, en 2000, il devient Ministre dans le gouvernement Jospin qui a procédé à des privatisations massives, en 2005, il vote Non au référendum sur le Traité mais aux Présidentielles 2007, il prend parti pour la candidate de l'aile droite du PS et rejoint l'état major de campagne de Ségolène Royal.

Le site Bellaciao a mis en ligne la lettre de démission de l'économiste Christophe Ramaux, un des responsables du Parti de Gauche, " économiste hétérodoxe" notoire, qui fut en son temps, notamment, l’un des initiateurs de "L’appel des économistes pour sortir de la pensée unique"
Il publie aussi un message de Ch. Ramaux sur la politique monétaire, précédemment adressé à Jean-Luc Mélenchon, dans lequel il reproche notamment des "conceptions libérales."
Ce n'est pas rien!
Ces documents confirment bien l'existence de problèmes de fond qu'il faut éclairer et débattre au grand jour. La première partie de la lettre porte sur le fonctionnement interne du PG : cela ne regarde les militants du PG et ne fait donc pas l'objet de ce billet.
Par contre, le reste touchant aux conceptions économiques et monétaires d'un homme prétendant porter les couleurs du Front de Gauche, intéresse toute la gauche et singulièrement les composantes du Front de Gauche.
Voici la partie de la lettre de Ch. Ramaux portant sur le programme ou plutôt l'absence de programme du PG.
"Le livre de Jean-Luc est un pamphlet. Ce n’est aucunement un programme et il ne prétend pas l’être. « Ce livre n’est ni un manifeste ni un programme » est-il écrit (p. 19). « L’un et l’autre sont à disposition, élaborés par les militants du Parti de gauche avec lesquels je suis engagé » est-il ajouté.
Il y a un hic ici. Dès son lancement fin 2008, le PG a affiché l’ambition d’écrire son programme. Qu’est-ce qu’un parti sans programme en effet ? Avec d’autres, je devais participer à l’élaboration d’une première mouture à soumettre aux débats des militants. Une commission a été créée en ce sens.
La pire façon de fonctionner pour une commission est encore de ne pas fonctionner.

Lire la suite...

 

" Notre débat avec J.L. Mélenchon", par Denis Durand

DurandC240.jpg
Après de multiples interventions auprès du journal, l'Humanité a finalement accepté de publier cet article documenté de Denis Durand, économiste et dirigeant communiste, argumentant sur le fond de ce qui nous distingue de J.L. Mélenchon .''
Nous nous félicitons de cette décision.
D. Durand ne fait aucun procès d'intention: il expose des faits, têtus et vérifiables aisément.
Souhaitons désormais qu'un débat de fond s'ébauche dans l'Huma, avec nos partenaires pour obtenir les clarifications sur ce que portent les uns et les autres et sur ce qui différencie la candidature d'André Chassaigne et celle de J.L. Mélenchon.
Pour cela, l'Humanité doit impérativement accepter de publier la Lettre d'André Chassaigne aux communistes qui expose son offre de candidature.
Enfin la direction du PCF doit prendre ses responsabilités et doit répondre à cette question insistante et incontournable d'André Chassaigne : "Dans la mesure où le Parti de gauche a désigné un candidat, je pose la question suivante : est-ce que le PCF, à partir des candidats qui se sont déclarés en son sein, va lui aussi proposer un candidat à la candidature du Front de gauche ?"
Voici l'article de D. Durand...

Sur son blog, à la date du 19 décembre, Jean-Luc Mélenchon revient sur l’appel de militants communistes « pour un rassemblement sans effacement du PCF ».
Il conteste l’existence de différences entre les élaborations le plus novatrices des communistes et ses propres propositions.
Signataire de cet appel, je me félicite de pouvoir dialoguer à partir de ces éléments sur l’importance de ces différences dont je maintiens, contrairement à la perception que Jean-Luc Mélenchon peut en avoir, qu’elles sont profondes et qu’elles présentent un caractère systématique.
C’est en livrant aux citoyens tous les éléments du débat que nous pourrons construire des convergences, élaborer un programme populaire partagé, et rassembler dans le Front de gauche pour créer les conditions d’une alternative cohérente aux politiques néolibérales et social-libérales.

Lire la suite...

 

Mélenchon candidat : Est-ce raisonnable d'avoir deux candidats socialistes ?

Durmel.jpg
J.L. Mélenchon vient d'annoncer sa candidature à l'élection présidentielle. Ce n'est pas une surprise, venant de cet homme, ancien ministre de J. Jospin et formé par Mitterrand, que les médias et le bocal politicien ambiant verraient volontiers comme chef de file du Front de Gauche.
Mais pour battre Sarkozy et ancrer la gauche vraiment à gauche, le Front de Gauche n'a pas besoin d'idées simplistes, de propos populistes, ou de moulinets avec des sabres de bois.
Son programme ? "Salaire maximum" et "partager les richesses".
C'est un peu court!
Ce n'est pas seulement son manque de clairvoyance politique- J.L. Mélenchon avait voté oui à Maastricht , estimant que c'était un bon compromis !- qui pose problème, mais l'absence d'idées novatrices et la faiblesse de son programme, très éloigné de ce qu'il faut pour s'attaquer à la crise.
Il faut des propositions alternatives à la hauteur des défis de la crise et avancer des mesures radicales et précises pour museler les marchés financiers. C'est ce qu'est prêt à porter André Chassaigne.
Les communistes clichois sont engagés dans la promotion de la candidature d'André Chassaigne , ils regrettent d'ailleurs que le groupe dirigeant du PCF et celui de la FD 92 ne soient pas dans cette disposition combative et offensive .
Dialogue clichois publie aujourd'hui les propos de l'économiste et dirigeant communiste Yves Dimicoli...

Je veux d'abord insister sur l'extrême profondeur de la crise européenne avec la fuite en avant des gouvernements de l'Union dans la logique de Maastricht, super-austérité et privatisations redoublées à l'appui, pour rassurer les créanciers des États sur-endettés sur les marchés financiers, en brisant les modèles sociaux.
Cela casse la croissance de l'Europe, devenue « l'homme malade » du monde, et y accentue le chômage et la précarité, en même temps que s'y creusent de très graves dissymétries.
On trouve en effet l'Allemagne en tête, loin devant, suivie par ses satellites de l'ex-zone mark. Puis, loin derrière, les pays « périphériques » comme la Grèce ou le Portugal et l'Espagne, crucifiés; puis, dans un entre-deux, quelques rares pays dont, principalement, la France.
D'où, l'importance de ce qui va se passer en France dans les mois et les années qui viennent...

Lire la suite...

 

La situation de la Gauche en France

marxvi.jpg
Dialogue clichois met en ligne l'intervention de Nicolas Marchand, membre du Conseil National du PCF devant le Centre d'Etudes Européen de La Havane (Cuba)....

Je veux tout d´abord vous remercier de votre invitation pour cet échange sur la situation de la gauche en France.
Je vais donner quelques éléments sur le sujet en introduction afin que nous puissions avoir un échange à partir des questions que vous mêmes vous vous posez.
Je vous demande de recevoir ce que je vais vous dire, particulièrement à propos de la situation du Parti Communiste, comme un point de vue personnel . La gauche française est très divisée, et en difficultés pour offrir une alternative transformatrice au pouvoir de droite de Sarkozy, qui est le plus réactionnaire depuis longtemps. La question de la gauche, c´est une double-question, dont les deux termes sont inséparables: son union et le contenu de cette union; car il doit s'agir d'une union à la hauteur des attentes populaires, et pour cela, à la hauteur du défi de la crise.

Lire la suite...

 

Européennes : J.L. Mélenchon et Raquel Garrido avec le Front de Gauche

Melenchon300.jpg
Jean-Luc Mélenchon, ancien ministre de Lionel Jospin et soutien de Ségolène Royal dans sa course précédente à l'investiture présidentielle, vient de quitter le Parti socialiste pour créer le Parti de Gauche.
Pour les Européennes, le nouveau parti de Mélenchon a rejoint le Front de Gauche, proposé par le PCF. Député de l'Essonne, le leader du PG conduira la liste du Front de Gauche dans le Sud-Ouest.
En Ile de France, Raquel Garrido (PG) figurera en seconde position derrière Patrick Le Hyaric, le directeur de l'Humanité.

J.L. Mélenchon, qui sait de quoi il en retourne, se montre très sévère avec ses anciens camarades : "On ne peut pas être contre les délocalisations et signer le traité de Lisbonne, déclare-il. «Le traité de Lisbonne est d'un archaïsme absolu (…) il a été conçu pour la politique des puissants (…) et s'applique aux pauvres diables. On ne peut pas défendre les services publics et accepter ce traité."

Les Français ont voté NON au référendum sur le Traité Constitutionnel, y compris la majorité des électeurs socialistes, alors que le PS a fait campagne pour le Oui. A l'image de G. Catoire, le maire de Clichy, chaud partisan du Oui, qui a été désavoué par les clichois à cette occasion, lesquels ont majoritairement voter NON à cette Europe du capital.
"Membre des instances nationales du PS, explique Raquel Garrido, j'ai vécu la spirale vers le fond qui a frappé le PS suite à son soutien au Traité constitutionnel européen et qui s'est manifesté avec un triste éclat à l'occasion du congrès de Reims(...) Je n'ai pu que constater que c'est le PS qui a permis le vote du Traité de Lisbonne par voie législative pour contourner le vote populaire."
"Dans le Sud-Ouest, note J.L. Mélenchon, sur 18 départements, 18 ont voté non au référendum constitutionnel, et tous les députés socialistes européens ont approuvé le traité de Lisbonne qui en est le succédané. Vous avez été trahis !"
C'est un fait et une contradiction : alors que l'électorat socialiste y est hostile, la plupart des députés socialistes ont, comme la droite et le Modem, ratifié le traité de Lisbonne qui est en réalité le clone du Traité repoussé par le réferendum.

J.L.. Mélenchon reproche aux gouvernements sociaux-démocrates européens de "gouverner avec la droite" et de présenter par exemple prochainement un rapport pour "démanteler les services publics d'électricité".

"Qui le présente? un travailliste anglais", s'indigne-t-il, ajoutant que "les sociaux-démocrates allemands gouvernent avec la droite, les sociaux-démocrates hollandais gouvernent avec la droite, tous ces gens vont chanter en choeur les louanges de l'Europe (...) ça n'a rien à voir avec la gauche", a déclaré le sénateur de l'Essonne.
En choisissant le vote pour le Front de Gauche, les électeurs clichois, auront la possibilité d'émettre un vote cohérent avec leur NON, de faire élire des députés qui les défendent contre les directives libérales et d'exiger une réorientation profonde de la construction européenne, pour mettre cette dernière, non plus aux services des marchés financiers, mais du développement humain et de la qualité environnementale.

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs