mariannetimbre.jpg
Au 1er juillet 2010, le prix du timbre poste pour les lettres de moins de 20 grammes passe de 56 à 58 centimes d’euros. Le tarif lent dit « économique » passe de 51 à 53 centimes.
Rien d’autre ne justifie cette hausse de 3,6% et 3,9%, qui va encore pénaliser les ménages, supérieure à l’inflation, que la poursuite de la politique de privatisation.
C’est payer plus cher pour un service public plus dégradé.
Ainsi dans les Hauts de Seine, depuis plusieurs semaines, un nouveau mouvement social affecte les activités de la Poste dans le département.
En cause, le projet de réorganisation de l'activité de distribution du courrier et le projet « facteur d’avenir » qui fait craindre des restrictions de personnels, des réductions de tournées, une nouvelle dégradation du service rendu aux usagers avec, entre autres, la suppression du principe "Un facteur, une tournée" et des conditions de travail plus difficiles encore pour les salariés.