Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - Union Européenne

Fil des billets - Fil des commentaires

Le buget 2013 d'austérité mauvais pour la Sécu et l'accès aux soins

AAAFaujmat.jpg
Le projet de budget de la Sécurité sociale 2013 (PLFSS) va continuer d’aggraver les inégalités face à l’accès aux soins.
Avec une gestion inefficace car uniquement orientée vers la gestion d’un déficit prévisionnel, ce PLFSS ne répondra ni aux besoins des populations, ni aux demandes urgentes des personnels.
La Sécurité sociale n’échappe pas à l’austérité.
Le gouvernement a en effet choisi la continuité avec ses prédécesseurs, en appliquant à la Sécurité sociale la fameuse règle d’or, au nom de la réduction des déficits publics et sociaux à 3?% du PIB en 2013.
Dans ce PLFSS voté cette semaine à l’Assemblée nationale, difficile de trouver des signes réels de changement.
Les mesures rétrogrades et aggravant les inégalités de l’époque Sarkozy sont maintenues : franchises médicales, multiples déremboursements de médicaments, hausse du forfait hospitalier, taxe sur les mutuelles, jour de carence pour les arrêts maladies des agents de la fonction publique ou encore fiscalisation des indemnités journalières des victimes d’accidents du travail.
Dans les hôpitaux publics, la trop faible hausse des dotations budgétaires pourrait entraîner la suppression d’à nouveau 15 000 à 20 000 emplois, alors que des coupes drastiques dans ses effectifs ont déjà eu lieu au détriment de la qualité de l’accueil des patients.
Rappelons que malgré le drame de Brive où une maman a perdu son nouveau né, faute d'une maternité à proximité, la fermeture de la maternité de Beaujon reste programmée.
C'est ça le changement ? Décidément ni F. Hollande, ni le gouvernement Ayrault, ni le PS font le poids face au MEDEF et aux exigences de la Droite!
Des patrons se travestissent en monstres d'égoïsme et d'ingratitude pour eux ne compte que le profit et les dividendes des actionnaires.

Lire la suite...

 

ALERTE: Empêchons le totalitarisme austéritaire dans la zone euro !

aeurobank.jpg
Plusieurs journaux allemands ont révélé ces dernières heures qu’un coup de force est en cours de préparation pour le Conseil européen (réunion des chefs d’Etat et de gouvernement) des 28 et 29 juin.
Patrick Le Hyaric, Directeur de l’Humanité et Vice président du groupe de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique au Parlement européen, alerte sur les conséquences d'un plan mené en catimini.
"Celui-ci est mené par un quatuor de personnalités non élues, dirigeant pourtant les institutions européennes: M. Draghi, président de la Banque centrale européenne, M. Barroso, président de la Commission de Bruxelles, M. Van Rompuy, président du Conseil de l’Union et M. Junker, président de l’euro-groupe.
Non content de faire accepter le traité austéritaire initié par M. Sarkozy et Mme Merkel, non content de cacher au grand public deux projets de règlements qui donnent les pleins pouvoirs à la Commission sur les budgets nationaux, voici que ce quatuor propose de faire un grand saut dans le fédéralisme ultralibéral européen.
Ils préparent un plan en quatre axes:
* la création d’une union bancaire, pour renforcer l’Union monétaire et soutenir les marchés financiers
* le deuxième axe vise à s’affronter aux syndicats nationaux pour « assouplir les règles sur le marché du travail et à faire tomber toutes les frontières douanières ». C’est la surexploitation et la concurrence débridée au profit des puissances d’argent
* ce super plan prévoit en troisième lieu la création d’une « Union budgétaire » au nom de la sacro-sainte discipline budgétaire, entendre austérité renforcée
* enfin, pour coiffer le tout, les quatre mousquetaires au service des financiers veulent créer « une union politique », c'est-à-dire de donner les pleins pouvoirs aux institutions européennes, c'est-à-dire à eux-mêmes, pour instituer le totalitarisme austéritaire.
Voilà qui renforce encore la nécessité pour les populations de se doter de parlementaires du Front de gauche qui, eux, agissent pour la solidarité en Europe, un changement des missions de la Banque centrale européenne et pour refuser le pacte d’austérité budgétaire et le remplacer par un pacte de développement humain, social et écologique, grâce à une nouvelle répartition des richesses.
Il y a danger. La mobilisation est indispensable."

 

Les sénateurs socialistes laissent ratifier le MES

Aveclionel.jpg
Mauvaise journée pour la gauche : F. Hollande est retourné en Angleterre pour rassurer de nouveau la City. Selon lui, il faut se contenter de réguler la finance et non la combattre.
Visiblement F. Hollande n'a toujours pas compris la nature de la crise du capitalisme et propose donc, faute de s'attaquer à la domination de la finance, des cataplasmes sur une jambe de bois en guise de remède.
Au Parlement, ce n'est pas mieux : les parlementaires socialistes sauvent la mise à Sarkozy . En s’abstenant, les socialistes, qui ont pourtant la majorité au Sénat, ont laissé le champ libre à la droite et à Sarkozy qui ont pu ratifier en paix leur Mécanisme Européen de Stabilité.
A quoi sert une majorité de gauche si c'est pour laisser le champ libre à la droite ?
Les communistes et élus Front de gauche ont voté contre.
Seuls Jean-Pierre Chevènement (RDSE) et deux sénateurs socialistes (dont M.N. Lienemann) se sont prononcés contre ce mécanisme inventé par la Merkozy.
C’est encore pire qu’à l’Assemblée Nationale, où une quinzaine de députés avaient pris position contre.
Les socialistes ont clairement laissé le pouvoir à la droite, qui a pu valider les deux textes, celui autorisant la création du MES et celui qui en précise les détails.

Lire la suite...

 

Grèce : Entretien avec le député KKE Yannis Gkiokas

Avec_grecesol.jpg
Selon différents sondages récents, les trois partis de gauche, qui ont refusé de cautionner le programme de la Troïka, recueillent entre 38% et 42,5 %.
Le parti de la gauche démocratique effectue une percée spectaculaire pour atteindre entre 16% et 18 %. A ses côtés, le parti communiste grec (KKE) et la coalition de gauche radicale (Syriza) recueilleraient respectivement 12 % à 14% et 11% à 12,5 %.
La gauche serait donc en mesure de remporter des élections législatives... si elles se tiennent.
La troïka ( UE, Banque Centrale et FMI), et les dirigeants de l’UE, exigent des partis qu’ils s’engagent à respecter le programme de super austérité pour accorder la tenue de ces élections.
Les attaques contre les principes fondamentaux de la démocratie se multiplient dans le pays même où elle trouve ses racines, la Grèce.
Les attaques sociales se font, elles, sans cesse plus sentir par la population : le chômage augmente, le niveau de vie baisse. Yannis Gkiokas est député KKE. Il explique pour l’Humanité la vision de la crise et la politique qu’il défend à la Vouli, le parlement grec.
Quelle est la situation en Grèce ?
Yannis Gkiokas : Le niveau de vie et les droits du peuple ont décru ces dernières années. C’est la plus grande attaque envers notre peuple depuis 30 ou 40 ans et ce à différents niveaux.
Elle s’exprime par des coupes dans les salaires et les retraites, effectuées directement par l’Etat dans le domaine public ; dans le privé, elle passe par l’abrogation des conventions collectives.Il existe aussi des coupes dans les services de santé, sociaux, dans l’enseignement et l’éducation.
Alors que le système éducatif est censé être gratuit, les élèves n’ont pas eu leurs livres à temps cette année.

Lire la suite...

 

P. Le Hyaric (PCF): "Comme député européen, je me dois de vous alerter"

afbailloneur.JPG
Comme député européen, je me dois de vous alerter des graves décisions qui se prennent dans votre dos parce qu’elles vont avoir de dures conséquences pour votre vie quotidienne et celle de votre famille.
Le lundi 31 janvier dernier, sur proposition de Mme Merkel et de M. Sarkozy, le Conseil européen, c’est-à-dire les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne ont décidé de confirmer deux nouveaux traités européens.
L’un est baptisé « traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire » (TSCG).
Derrière ces mots barbares se met en place un pilotage des choix budgétaires des pays, donc de la France, sans que vous, votre député, votre maire n’aient leur mot à dire.
Seules les institutions européennes, élues par personne, décideraient comme elles le font aujourd’hui pour la Grèce.

Lire la suite...

 

Nous, peuple souverain, sommes citoyens, non sujets européens, par A. Le Pors

ALPsouv.jpg
Jean-Jacques Rousseau s’efforçait de définir ainsi les citoyens dans le Contrat social : « À l’égard des sociétés, ils prennent collectivement le nom de Peuple, et s’appellent en particulier citoyens comme participant à l’autorité souveraine ».
Il annonçait ainsi le transfert de la notion de souveraineté du monarque au peuple.
La nation sera introduite par l’article 2 de la Déclaration des droits de 1789 : « Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation ».
La constitution de 1793 ajoutera en son article 7 : « Le peuple souverain est l’universalité des citoyens français ». La constitution de la IVème République retiendra la notion de souveraineté nationale que l’on retrouve dans la constitution de la Vème République en son article 3 : « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et la voie du référendum ».
La souveraineté est une, en ce qu’elle légitime l’exercice du pouvoir politique et de ses instruments (création monétaire, État de droit, politiques publiques, relations internationales).

Lire la suite...

 

Les conséquences des plans d’austérités sur les étudiants en Europe

Affetudcap.jpg
Dialogue clichois reproduit la déclaration commune d’organisations de jeunesse communistes et progressistes d’Europe dont est signataire l'Union des Étudiants Communistes de France (UEC).
Depuis 2008, le système capitaliste est rentré dans une nouvelle période de crise. Cette crise systémique qui a d’abord commencé aux Etats-Unis et s’est ensuite développée en Europe ayant de nombreuses conséquences pour les classes populaires de notre continent.
Le système d’aide de la "Troika" qui vient en aide aux gouvernements de droites et sociaux-démocrates afin de sauver les capitalistes, ne peut pas arrêter la crise. Pire encore, en appliquant des mesures réactionnaires, ils ont conduit les peuples dans une situation encore plus difficiles dans une période ou la crise du capitalisme s’accentue.
Avec la crise, l’Union Européenne montre son vrai visage, celui d’une institution impérialiste dont l’objectif est de servir les intérêts de la bourgeoisie européenne.

Lire la suite...

 

Italie : Un Pro Consul de l'UE aux manettes

Annoncemonti.jpg
Silvio Berlusconi, Il Cavaliere a vidé les étriers et cède les rênes du gouvernement à son comparse Mario Monti, un lieutenant de l’UE .
Exactement comme en Grèce, c’est un proconsul de l’Union Européenne qui prend la tête du gouvernement italien, avec l'appui de la droite, de l'extrême droite et des sociaux démocrates....
A sa charge de monter une équipe de « techniciens » ou d’union nationale, qui ne servira qu’à imposer toujours plus de rigueur, avec l'aide tous les partis politiques(hormis les communistes cherchant a reconstruire leur parti liquidé par une direction réformiste.)
Or ce n'est pas avec de l'austérité que l'Italie remontera la pente : bien au contraire. Il est illusoire de penser sortir de la crise du capitalisme, la solution c'est la sortie du capitalisme !
C’est frappant de voir comment en l’espace d’un long weekend, l’Union Européenne s’est révélée ouvertement autoritaire.
Elle a fait tomber deux gouvernements et mis ses lieutenants à la place. A chaque fois, il s'agit d'homme de confiance des banques et des grands groupes.
Mario Monti est l'ancien commissaire européen à la concurrence, il fut également « International Advisor » pour Goldman Sachs.
C'est donc un libéral pur jus, blanchi sous les harnais de la Haute Finance !

Lire la suite...

 

P. Laurent (PCF): «Le gouvernement des marchés sort renforcé de ce sommet européen»

PLaurbleu.jpg
Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, dénonce «un renforcement autoritaire au plan européen pour imposer une politique que les peuples ne supportent plus». Entretien.
Comment appréciez-vous la décision d’effacer une partie de la dette grecque et de renforcer le Fonds européen de stabilité financière??
Pierre Laurent. Je ressens beaucoup d’inquiétude. Ceux qui se félicitent des résultats du sommet européen risquent de déchanter très vite car le plan adopté reste dans ?les rails qui ont conduit à la crise et l’ont aggravé depuis trois ans.
L’effacement d’une partie de la dette grecque a été rendu inévitable par l’attitude des banques et ?des dirigeants européens qui ont mis ce pays à genoux, et dont on constate le résultat catastrophique. Mais les mesures envisagées, qu’il s’agisse de la recapitalisation des banques ou du renforcement du FESF, ne s’accompagnent d’aucune contrepartie en termes de réorientation des politiques du système bancaire et financier.

Lire la suite...

 

Alerte alimentation : défense de l’aide aux plus démunis

AffSecPopaideeur.jpg
Depuis le mois de juin, le Secours Populaire Français a appris que le programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) allait être diminué de 367 millions d’euros en 2012.
Moins 75% d'aide alimentaire : l'union européenne présente son plan de rigueur 2012 pour les plus démunis! Une situation intolérable qui inquiète les associations.
L’alimentation, un poste de dépenses important pour les familles.
Jusqu’en 2013, le fonctionnement du PEAD est basé sur les excédents agricoles de l’Union européenne.
Un pourcentage de produits émanant de ces surplus est confié aux associations humanitaires via les États d’Europe et est destiné aux plus démunis. Depuis quelques années, l’Office mondial du commerce a recommandé la suppression de ces stocks et la révision de la politique agricole commune de l’Europe sur ce sujet.
Au fil des années, et suivant les conjonctures, les surplus ont disparu ou disparaissent petit à petit. Dans le même temps, les besoins en aide alimentaire se sont multipliés.

Lire la suite...

 

L'Europe du Capital sabre l'aide alimentaire

banqualichim.jpg
La Commission Européenne a annoncé une coupe radicale dans le budget de l’aide alimentaire européenne qui sera ramené de 500 à 113 millions d’euros. Ainsi l'exigent Mm Merkel et le gouvernement allemand. En France, le Secours Populaire, les Restos du Coeur, le Secours catholiques vont ainsi se voir empêcher de distribuer des centaines de milliers de repas aux familles dans le besoin...
Cette Europe du capital, coproduite par la Droite, les partis socialistes et les Verts montre son vrai visage : au service des marchés financiers, elle réserve ses faveurs aux banques, aux spéculateurs, aux multinationales mais demeure intraitable pour les pauvres.
Cette aide apportait un financement aux 240 banques alimentaires européennes qui viennent en aide aux Européens les plus démunis.
Alors qu’il ne représente que 1% du budget de la Politique agricole commune, ce programme s’adressait à 13 millions de personnes dépendantes de cette aide. En France d’après les associations caritatives cette aide bénéficierait à deux millions de personnes.
Le gouvernement allemand, soutenu par six autres Etats européens qui ne participaient pas à ce programme, a décidé d’introduire une plainte devant la Cour européenne de Justice, arguant que cette aide ne pouvait être soutenue par le Budget de la Politique agricole commune (PAC), prétextant qu’elle était avant tout sociale et ne rentrait pas dans les missions de la PAC.
La Cour européenne de "justice" leur a donné raison en avril. Cette décision est totalement scandaleuse.
Elle est à l’opposé de l’idée d’une Europe sociale. Comment accepter que la Commission de Bruxelles puisse ignorer froidement 43 millions de personnes, menacées par la pauvreté alimentaire ?
"J’en appelle à l’action contre cette décision insupportable qui fait honte aux institutions européennes, déclare le député communiste européen P. Le Hyaric. Je demande à la Commission de cesser ces tergiversations incongrues et de non seulement rétablir les budgets de l’aide alimentaire européenne, mais de les augmenter pour combattre la malnutrition et la famine en Europe."

.

 

Non au formatage capitaliste du budget de la Nation!

ANbudgEuro.jpg
L’Assemblée nationale a adopté le 10 mai, en première lecture, le projet de loi constitutionnelle sur l’équilibre des finances publiques censé accompagner le retour du déficit public de 7 à 3% du PIB en 2013, avec les seules voix de la majorité (321 contre 229).
Le texte va partir en navette au Sénat le 14 juin et pour être définitivement adopté, il doit être voté par le Parlement réuni en Congrès à Versailles à la majorité des 3/5e. Aucune date n’est encore prévue.
Explication de vote de JP Brard pour le groupe GDR...
Par le texte qui nous est proposé, le Gouvernement cherche à graver durablement dans le marbre de notre constitution une politique régressive basée sur une baisse de la fiscalité et une réduction des dépenses publiques. La réduction des déficits est une démarche importante, mais contrairement à ce que vous cherchez à faire croire, il n’existe pas qu’une seule voie permettant d’y parvenir.
L’application d’une politique d’austérité n’est pas une fatalité, mais une calamité qui conduit notre pays à l’impasse et à la catastrophe politique et sociale. Deux choix, qui sont des choix de société, s’offrent à nous pour parvenir à contenir notre déficit : réduire les dépenses publiques ou augmenter les recettes fiscales.

Lire la suite...

 

Pacte pour l’euro, un alignement vers le bas, par Vincent Drezet (Sud)

Cardonrail.jpg
dessin de Cardon
Vincent Drezet est syndicaliste, secrétaire national de l'Union SNUI-SUD Trésor Solidaires
Le pacte pour l’euro, adopté en mars dernier par les chefs d’État de la zone euro, prévoit de «?favoriser la compétitivité, favoriser l’emploi, contribuer à la viabilité des finances publiques?».
En termes clairs, il vise à faire pression sur les salaires – «?des augmentations de salaires pourraient provoquer une érosion ?de la compétitivité?», dixit le Conseil de la zone euro… –, à introduire plus de flexibilité, à réduire le coût du travail, à faire pression sur les finances publiques, à «?réformer?» les systèmes sociaux (cf. la réforme des retraites ?en France), etc.
Il prévoit aussi d’instaurer au sein de chaque État un mécanisme «?contraignant et durable?» prévoyant des plafonds de déficit ?et de dette. En la matière, la France ?est volontariste?: un projet de réforme constitutionnelle relatif à l’équilibre des finances publiques sera examiné en mai?2011 par le Parlement.

Lire la suite...

 

Europe: Décryptage et analyse du Pacte caché

cardon1.jpg
Illustration du dessinateur Cardon
La normalisation et le formatage des politiques par l'Union Européenne est à l'oeuvre. L'Union Européenne est en train de manœuvrer afin que les Parlements nationaux soient dépossédés de leur pouvoir et les peuples privés du droit à décider de leur destin.
(voir le texte intégral du pacte de compétitivité)

Réduits au simple rôle d’exécutants, les Parlements nationaux – donc les peuples – n’auraient plus la maîtrise des politiques stratégiques, pas même de leur budget.
En quelque sorte l’acte trois du coup de force contre la démocratie. Après le traité constitutionnel de 2005 et son avatar de Lisbonne, ce texte entend coordonner les politiques «en particulier dans les domaines qui relèvent de la compétence nationale» afin d’accroître la «compétitivité».
Ainsi, les États sont-ils invités à mener à bien des politiques afin de parvenir aux objectifs fixés par l’UE. En ce sens, les pouvoirs sont désormais encore plus concentrés entre les mains d’une Commission européenne non élue, mais à la botte des marchés financiers et des multinationales.

Lire la suite...

 

Ils suppriment l'ISF et augmentent vos impôts!, par P. Le Hyaric (PCF)

Franceruin.jpg
Le pouvoir de droite prépare une contre révolution fiscale. Sous couvert de cet infâme bouclier fiscal, marqueur symbolique de l’injustice et des inégalités, du début du quinquennat, de l’injustice et des inégalités, voilà qu’en un tour de passe-passe, le Président de la République répond à la demande des plus fortunés en tentant de supprimer totalement ou partiellement l’impôt sur les grandes fortunes.
Ceci éclaire d’ailleurs les fumeux débats autours des déficits publics. Il y a déficit des caisses publiques parce que, depuis des années, les gouvernements ont diminué la fiscalité sur les riches et le capital.

Lire la suite...

 

L'avenir de l'Europe est l'affaire des peuples européens

SarkoDSKH400.jpg
Dialogue clichois publie L'Appel de l'Humanité, pour une autre construction européenne s'émancipant de la domination des marchés financiers. Il s'agit d'une pétition que vous pouvez signer en ligne : signez l'Appel.
L’avenir de l’Europe doit devenir l’affaire des peuples européens et non des spéculateurs.
L’Union européenne est aujourd’hui minée par les attaques des marchés financiers, de connivence avec le FMI et les institutions européennes. Après la Grèce, l’Irlande se voit prescrire une cure de super d’austérité, qui va aggraver la pauvreté et augmenter le chômage.
Le Portugal, l’Espagne, puis l’Italie et la France sont menacés. Nul n’est à l’abri de cette thérapie de choc qui, faute d’être stoppée, ruine l’idée européenne elle-même.
Ce n’est pas aux salariés de payer les conséquences d’une crise provoquée par une politique ultralibérale qui a été présentée longtemps comme le seul modèle à appliquer dans toute l’Union européenne. La solidarité entre les peuples européens à la merci des agences de notation doit s’exprimer avec force. Dans l’immédiat,
- Il est indispensable de créer un fonds de développement humain social et environnemental financé par la Banque centrale européenne qui impulsera la création d’emplois, le développement des services publics, la réduction des inégalités de développement au sein de l’UE, l’éducation l’innovation environnementale.
La Banque centrale européenne doit pouvoir aider les Etats en difficulté en leur permettant d’emprunter par création monétaire et par des refinancements à des taux quasi nuls pour lancer des projets utiles et créateurs d’emplois.
- Une taxation des mouvements de capitaux, réclamée régulièrement par le Parlement européen, permettrait de doubler le budget de l’Union européenne et commencerait à limiter la spéculation qui étouffe l’Europe.
L’Union européenne ne sortira de la crise que si elle s’affranchit de la pression des marchés financiers et si elle s’attèle à la construction d’une Europe sociale, solidaire et démocratique telle que le réclame la Confédération européenne des syndicats.

 

Elections en Grèce : Le KKE cartonne

EleKKE350.jpg
Le premier tour d’importantes élections locales avait lieu en Grèce dimanche 7 novembre 2010.
Avec 11%, le KKE est le seul parti qui a connu une augmentation en pourcentage de voix (+ 3,3%) et en votes réels (+ 75 000 voix), malgré l’abstention, par rapport aux législatives de l’an dernier.
Les résultats représentent un véritable vote de défiance pour les deux grandes formations, le Parti socialiste (PASOK) et la droite libérale (Nouvelle démocratie - ND). Elles obtiennent respectivement 34% et 31%, en recul de 10% et encore de 2% sur les législatives de l’an dernier.
Ces résultats sont très encourageants pour le Parti communiste grec (KKE), fer de lance de la résistance à la casse des acquis sociaux exigée par le couple G. Papandréou (PS grec) et D. Strauss-Kahn (FMI).

Lire la suite...

 

Européens sous tutelle : Vingt-sept états à souveraineté limitée

Eurolandgaros300.jpg
Le Conseil européen a décidé (...) de renforcer le pacte de stabilité : les budgets devront être visés par Bruxelles avant de passer devant les Parlements nationaux.
Le traité de Lisbonne sera modifié pour pérenniser le Fonds de stabilisation.
Un nouveau serrage de vis contre les Européens. Voilà ce qui ressort du Conseil européen qui s’est tenu jeudi et vendredi à Bruxelles.
Les chefs d’État et de gouvernement se sont alignés sur la proposition formulée le 18?octobre à Deauville par la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy?: un changement minime des traités.

Lire la suite...

 

Le PS embourbé dans l'acceptation de l'allongement de la durée de cotisation

SarkoDSKH400.jpg
A l'inverse du PCF qui se reconnait parfaitement dans les mots d'ordre et les slogans des manifestants, le PS n’est pas vraiment en phase avec le mouvement social et cela commence à inquiéter certains dirigeants socialistes.
H. Emmanuelli, B. Hamon et même la Jeunesse socialiste tirent la sonnette d’alarme. L’acceptation de l’allongement de la durée de cotisation par M.Aubry (jusqu’à 41 ans et demi), F. Hollande, S. Royal (et évidemment DSK le patron du FMI), n’est pas du tout du goût des manifestants, en particulier de la jeunesse.
Celle ci, comme les salariés, clame son attachement à la retraite à 60 ans à taux plein. Avec les années de galère et l’entrée plus tardive dans la vie professionnelle, les jeunes ont compris que la promesse du « retour à 60 ans » du PS, c’était du pipeau.
Faute d’avoir les trimestres suffisants, ils ne pourraient faire valoir leur droit à la retraite à 60 ans, sinon avec une pension de misère !
Le droit à la retraite de 60 ans du PS, c’est une coquille vide.
Pour le socialiste G. Filoche, les 41, 5 annuités est une "fiction", et même "un piège à gogo".
Le refus de l'allongement de la durée et la proposition du PCF de prendre en compte les périodes d'études et de galère dans le calcul de la durée de cotisation font au contraire tilt chez les jeunes.
Le texte du PS sur les retraite a été adopté en mai dernier par le bureau national . Pour le PS, si un allongement «devait être envisagé, celui-ci ne devrait pas excéder la moitié des gains d'espérance de vie».
A la télé, M. Aubry l’a confirmé et mit les points sur les i: le PS accepte un allongement à 41,5 ans de la durée de cotisation. L’argumentation est à peu de choses près celle de Sarko et rejoint le prêt à penser du MEDEF : on vit plus longtemps, il faut donc travailler plus longtemps.

Lire la suite...

 

Une camisole pour imposer l'austérité aux peuples, par P. Ivorra

camisoleUE.jpg
En réclamant un droit de veto sur les budgets des pays membres, la Commission de Bruxelles met en cause la souveraineté des peuples et entend franchir un nouveau pas vers une politique autoritaire et ruineuse de superaustérité réclamée par Angela Merkel et soutenue par Nicolas Sarkozy.

Hier, dans plusieurs pays européens, des « fuites » ont été organisées dans la presse confirmant le durcissement des plans d’austérité des gouvernements.
Plusieurs quotidiens italiens ont révélé qu’un gel d’un an des salaires des fonctionnaires serait à l’étude. La presse espagnole a de son côté commenté les mesures d’austérité annoncées mercredi par le gouvernement : baisse des salaires pour les fonctionnaires, gel de la revalorisation de certaines retraites, suppression de projets d’investissement…
Au Portugal, les journaux ont annoncé le matin des mesures que le gouvernement a présentées l’après-midi et qui s’illustrent par une hausse généralisée des impôts.
Cette volonté de durcir les politiques publiques est aussi au cœur de la demande, mercredi, de la Commission de Bruxelles de pouvoir exercer un contrôle préalable des budgets des États.

Lire la suite...

- page 1 de 2

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs