marianne_triste350.jpg
Loin des projecteurs, tout ce petit monde s’entend comme larrons en foire pour porter un coup fatal à la démocratie locale, en travaillant de façon consensuelle dans la Commission Balladur pour la réorganisation du territoire.

Les marchés financiers, les multinationales capitalistes et l’Union Européenne à leur service s’accommodent mal de l’exception française : l’existence de dizaines de milliers de communes, de plus de quatre vingt quinze départements et de vingt deux régions à taille humaine.

Ces collectivités ont en France des pouvoirs réels de décisions, sont des lieux potentiels de démocratie de proximité et d’intervention populaire. Les élus communistes y sont très actifs au côté de la population. Mais, à l’heure où les forces du capital veulent remodeler en Europe les institutions pour lever toute entrave à la domination des marchés financiers, ces collectivités sont aussi, du fait de leur proximité au terrain, des obstacles à la casse des services publics. Leur existence rend problématique l’assujettissement des territoires à la logique financière. La commission Balladur s'emploie à dégager le terrain pour le MEDEF et les puissances d'argent.