sarkozy-benoit-xvi.jpg
Le Pape Benoit XVI avait déjà inquiété et indigné les progressistes, - catholiques ou non -, en réintégrant des évêques intégristes d'extrême-droite dont un ouvertement négationniste n'hésitant pas à remettre en cause l'existence des chambres à gaz.
A l'occasion de son voyage en Afrique, il vient de condamner l'usage du préservatif sur ce continent meurtri par le Sida, la pauvreté et le manque d'accès aux soins.
De tels propos, à mille lieues des réalités, ont soulevé un véritable tollé car ils vont rendre plus difficiles les actions de préventions menées par les ONG et les services sanitaires des pays concernés. Au nom du PCF, M.G. Buffet, secrétaire nationale du PCF, Députée et Présidente du Groupe d’études Sida à l’Assemblée Nationale, réagit vivement :
"Alors que d’ici 2010, soit moins de 30 ans après le début de la pandémie, déclare-t-elle, le Sida aura tué 30 millions de personnes, qu’aujourd’hui, 33 millions d’etres humains, dont 25 millions d’Africains, vivent avec le virus, que dans le monde, quand une personne est mise sous traitement, trois sont contaminées, qu’en 2007, en Afrique subsaharienne, 1,5 million de personnes sont mortes du sida,que 6.000 personnes meurent par jour dans le monde à cause du VIH qui est la principale cause de décès en Afrique et la septième cause de décès dans le monde, les paroles prononcées aujourd’hui par le Pape pour inaugurer son premier voyage sur le continent africain peuvent être qualifiées d’irresponsables et de criminelles. Elles sont insupportables et doivent être énergiquement condamnées"