sant_cartebleue350.jpg
Les dernières semaines ont été marquées par une série de drames dans les hôpitaux. Nicolas Sarkozy et son équipe en attribuent la responsabilité à un défaut d’organisation dans les établissements. Et, pour la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, l’incrimination des soignants serait “procédure normale”.
En réalité, ces évènements, qu’on ne peut évoquer sans penser aux familles durement touchées, ne peuvent décemment être attribués à la malchance. Ils sont la partie émergée d’un hôpital abîmé par le manque de crédits et par la logique d’entreprise à laquelle il est soumis.