AALHYAR.jpg
Le compromis historique voulu par le Gouvernement ne profiterait qu'aux puissances d'argent, telle est l'opinion développée par P. Le Hyaric . Extraits de son blog...
Le rouleau compresseur de l’anti-changement à gauche tourne à plein régime.
Face à lui, le gouvernement n’est pas clair. Il est hésitant.
On le sent traversé par des courants divers et comme à la recherche d’un impossible consensus entre ceux qui portent la responsabilité de la crise et ceux qui en sont les victimes.
Les premiers ont été choyés par l’ancien pouvoir que les seconds ont chassé par soif de changement et de justice.
Faire droit à leurs exigences appelle non pas de simples adaptations mais des réformes structurelles qui fassent passer les intérêts du monde du travail et de la culture, ceux du pays et de son redressement avant ceux de la finance et du MEDEF.
La recherche d’un compromis historique initié par l’actuel pouvoir ne profiterait qu’aux puissances d’argent.
Il validerait l’idée de la fatalité de la crise.
Il dégraderait encore le rapport de forces contre les travailleurs.