Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - crise économique

Fil des billets

300 000 manifestants à Lisbonne

Alisbonne.jpg
Alors que la contestation s'est poursuivie dimanche en Grèce contre les nouvelles mesures de rigueur pour la seconde journée consécutive, avec plus de 100 000 personnes dans les rues à Athènes et Salonique (nord), des dizaines de milliers de personnes venues de tout le Portugal ont manifesté samedi après-midi à Lisbonne contre les mesures d'austérité mises en œuvre par le gouvernement dans le cadre du prétendu plan d'assistance financière européen.
Selon la CGTP, la principale centrale syndicale du pays, qui avait organisé cette journée de mobilisation, ce sont quelque 300.000 personnes qui ont défilé dans la capitale portugaise.
"Il s'agit de la plus grande manifestation de ces 30 dernières années", a souligné Armenio Alves Carlos, secrétaire général de la CGTP, qui s'est adressé aux manifestants dans un discours à la fin de la manifestation, au cours duquel il a vivement critiqué les mesures du programme de prétendue assistance financière qui entraîne le pays, et surtout ses salariés, vers le gouffre.
En ligne de mire des manifestants, les mesures dites d'austérité proposées par le nouveau gouvernement de droite, avec l'accord du PS qui a mis en œuvre les quatre plans d'austérité précédents, et imposées par la « troïka » BCE/Union européenne/FMI.

Lire la suite...

 

Mikis Thedorakis et Manolis Glezos appellent les peuples d'Europe à se soulever contre les marchés financiers

GlezerTheod.jpg
Le compositeur grec Mikis Theodorakis et Manolis Glezos (cliché ci dessus), le héros de la résistance qui arracha en 1941le drapeau hitlérien qui flottait sur l'Acropole durant l'occupation nazie, dénoncent le fascisme financier qui menace et appellent les peuples d'Europe à s'unir pour en finir avec la domination des marchés.
Voici un extrait de leur déclaration.
Une poignée de banques internationales, d'agences d'évaluation, de fonds d'investissement, une concentration mondiale du capital financier sans précédent historique, revendiquent le pouvoir en Europe et dans le monde et se préparent à abolir nos états et notre démocratie, utilisant l'arme de la dette pour mettre en esclavage la population européenne, mettant à la place des démocraties imparfaites que nous avons, la dictature de l'argent et des banques, le pouvoir de l'empire totalitaire de la mondialisation, dont le centre politique est en dehors de l'Europe continentale, malgré la présence de banques européennes puissantes au cœur de l'empire.
Ils ont commencé par la Grèce, l'utilisant comme cobaye, pour se déplacer vers les autres pays de la périphérie européenne, et progressivement vers le centre.
L'espoir de quelques pays européens d'échapper éventuellement prouve que les leaders européens font face à un nouveau "fascisme financier", ne faisant pas mieux quand ils étaient en face de la menace de Hitler dans l'entre-deux- guerres.

Lire la suite...

 

Sommet européen : « Face au mur, le Conseil européen appuie sur l'accélérateur », par Pierre Laurent (PCF)

AAA.jpg
Grisés par leur nuit de négociations, les dirigeants européens se réjouissent un peu vite. Le plan annoncé allie une fois encore soutien massif aux banques et saignée sociale.
Quand l'expérience prouve que ces recettes nous amènent dans le mur, le Conseil européen appuie sur l'accélérateur.
Ce n'est pas l'envolée de la bourse qui est faite pour nous rassurer. D'ailleurs, elle fête le licenciement de 7000 salariés en Europe avec la montée de 3% du cours en bourse du groupe PSA.
Je rappelle que si les banques sont aujourd'hui obligées de renoncer à une part de leurs créances, c'est la rançon du racket financier auquel elles se sont livrées et qui a mis la Grèce à genoux.
Il est inacceptable que les gouvernements soient encore prêts à des recapitalisations sans contrepartie.
Plus un sou ne doit être cédé aux banques sans que leurs pratiques de crédit ne soient contrôlées et dirigées vers l'intérêt général.

Lire la suite...

 

Etats-Unis : retour vers le passé avec 46 200 000 de pauvres

homeless-usa-1.jpg
Au miroir des statistiques officielles, les Etats-Unis découvrent les images du cauchemar des années 30, celle de la grande dépression.
Les chiffres du Census Bureau dressent le procès de l'austérité à l'américaine.
Le pays compte 46,2 millions de pauvres (pour 309 millions d'habitants). Le nombre le plus élevé depuis 1930 et la troisième hausse consécutive en trois ans..
Il faut remonter ,selon l'organisme officiel, à 52 ans pour retrouver une telle dégradation de la société. Sont touchés principalement les jeunes, les femmes, les mères seules, les hispaniques et les noirs.

Lire la suite...

 

Prélèvements obligatoires : en finir avec les idées tartes à la crème

lesrichesses359.jpg
Parmi les idées tartes à la crème de la droite qui font saliver médias et économistes bien pensants, celle d’un excès de prélèvements obligatoires en France par rapport aux autres pays développés tient une place de choix.
Les prélèvements obligatoires sont constitués par les impôts et l’ensemble des cotisations sociales à caractère obligatoire.

Lire la suite...

 

Intelligence, par Maurice Ulrich

Borelly2809H400.jpg
Malgré la période des vacances, deux millions de personnes ont défilé dans la rue hier pour dire non à la réforme des retraites. Avec le soutien de deux français sur trois Du jamais vu en période de congé ! Voici l'analyse de Maurice Ulrich de l'Humanité.

Nicolas Sarkozy peut-il recevoir sa bonne note de la part des agences de notation?? En d’autres termes, les marchés financiers peuvent-ils aujourd’hui s’estimer satisfaits jugeant désormais gagnée la réforme des retraites qu’ils attendaient??
Car c’est bien cela qui se joue dans cette bataille sans précédent depuis des années, voire des décennies. Oh, bien sûr, on ne sera pas étonné de ce qu’on va lire et entendre ce matin dans nombre de médias. ?
De fait, la mobilisation hier était inférieure à ce qu’elle fut lors des manifestations précédentes. En divers endroits les grévistes ont repris. On peut spéculer sur leur lassitude mais, la réalité, ce sont aussi les factures à payer à la fin ?du mois.
Les grèves coûtent cher et d’abord à ceux qui ?les font. D’autres, comme les éboueurs à Marseille, ont aussi pris en compte les risques sanitaires et les sentiments de leurs concitoyens. Mais quand a-t-on vu, pendant ?les vacances et après un vote du Parlement censé en finir avec une loi, une mobilisation qui reste à ce niveau??
Est-ce fini?? Non, évidemment non. D’une ?part, parce que la prochaine journée d’action, ?le 6?novembre, peut susciter une nouvelle vague populaire.
Ensuite, parce que les Français, ?à 66?% toujours, continuent de soutenir ?les actions décidées par les syndicats.

Lire la suite...

 

300 000 manifestants dans les rues de Lisbonne contre le plan d'austérité

lisbonne1.JPG
En Grèce, au Portugal, en France, en Europe, la classe ouvrière, les salariés se mobilisent pour faire échec aux plans d'austérité, imposés par l'Union Européenne et le FMI au service du capital financier.
A chaque fois le parti communiste est une force motrice essentielle de la mobilisation. Ainsi, Lisbonne au Portugal vient de connaitre sa plus grande manifestation depuis des décennies: 300 000 personnes ont défilé contre le plan antisocial voulu par l'Union sacrée PS-Droite.

En France, inquiets devant la montée en puissance de la mobilisation contre la réforme des retraites et la rigueur, les médias passent sous silence les réactions hostiles des peuples d'Europe à la casse sociale mise en branle grâce aux collusions entre les partis socialistes et les partis de droite....

Lire la suite...

 

Grève générale en Grèce contre la rigueur

arton2761500-9aee3.jpg
Alors que les émissaires européens étaient à Athènes pour contrôler les comptes et valider les mesures d’austérité proposées par le gouvernement, les citoyens, eux, manifestaient et se croisaient massivement les bras.
C’est d’abord en Grèce qu’est lancée la course à l’austérité européenne. En piste, les institutions de l’UE qui ont mis le pays sous tutelle, le gouvernement socialiste, qui défend bec et ongles, « la rigueur », et les syndicats, le parti communiste (KKE) et les partis progressistes, déterminés à s’opposer à la « purge » annoncée.

Lire la suite...

 

Denis Durand : Se rassembler sur des réponses à la hauteur

denisduranddm.jpg
La campagne des élections régionales s’ouvre dans une situation où l’opinion a une assez claire conscience que la crise n’est pas finie.

La crise n’est pas finie pour deux raisons :

Elle ne résulte pas seulement des politiques gouvernementales et de ce qu’on appelle la « mondialisation », mais elle plonge ses racines dans les micro-décisions qui se prennent à chaque instant dans les entreprises et dans les banques, en fonction d’un seul critère, ancré au plus profond du « code génétique » du capitalisme : la recherche de la rentabilité maximale du capital ;

Les mesures décidées par le G20 et les gouvernements, y compris le nôtre, pour faire face à la crise conduisent en réalité à recommencer comme avant, et pire qu’avant : la spéculation repart, et les prochains krachs frapperont des économies affaiblies par la hausse du chômage et de la précarité.
Par exemple, quand le G20 annonce que les banques devront augmenter leurs fonds propres pour faire face aux risques pris lorsqu’elles prêtent, il les pousse à faire preuve encore plus d’avidité et de rentabilité pour attirer les actionnaires, c’est-à-dire à favoriser encore plus la croissance des risques inconsidérés qui s’accumulent sur les marchés financiers.
C’est la même logique qui conduit le gouvernement à privilégier l’augmentation des fonds propres des PME au lieu d’agir pour une nouvelle sélectivité qui leur permette d’accéder au crédit bancaire pour financer des projets contribuant à renforcer l’emploi, la formation, le développement maîtrisé des territoires.
(suite de l'analyse de Denis Durand)

Lire la suite...

 

Le G20 et l’argent de la relance, par Pierre Ivorra

Contsarko400.jpg
Le G20, qui vient de se tenir, a promis beaucoup d’argent pour relancer la croissance.
L’addition est impressionnante : au total plus de 1 100 milliards de dollars devraient être injectés dans l’économie mondiale au travers des institutions financières internationales et du financement du commerce.
S’il y a là une part d’effets de manches pour impressionner l’opinion et donner le sentiment qu’un tournant historique est pris dans la maîtrise du capitalisme et de ses crises, il y a aussi la volonté de mobiliser encore plus de ressources faute d’avoir été capable d’empêcher l’effondrement de la croissance et de l’emploi.
Qui va fournir cet argent ? Les États. Où vont-ils le chercher ? Sur les marchés financiers. Justement, là est le problème.

Lire la suite...

 

Face à la crise, un Pôle financier public, par Pierre Ivorra, économiste.

banquier.jpg
La proposition du PCF, lancée en 1997, de constituer un pôle financier public fait son chemin.
Avec la crise, les questions du financement et du crédit viennent en débat, dans les institutions et aussi dans la population. Le besoin d’une intervention publique s’impose, y compris à la droite.
Mais l’État n’est mobilisé pour l’essentiel que pour soutenir la rentabilité financière des groupes, même si les premières luttes populaires ont permis d’obtenir de légères inflexions.
Au sein des forces sociales et politiques, une réflexion s’engage sur le type d’institutions nouvelles nécessaires.
L’Élysée multiplie les annonces : création de la Société française de refinancement de l’économie, de la Société des prises de participation de l’État, du Fonds stratégique d’investissement. Dans l’automobile, un fonds de modernisation des équipementiers est constitué.
Pour autant, le chômage explose. (Lire la suite du billet de Pierre Ivorra)

Lire la suite...

 

Crise : A. Bocquet (PCF) dépose une proposition de loi pour affecter d'abord les dividendes à la garantie des salaires.

bocq250.jpg Alain Bocquet, avait déjà récemment interpellè le Premier ministre pour mettre les dividendes à contribution. Le député communiste vient très logiquement de déposer une proposition de loi visant à affecter les dividendes des entreprises à la garantie de l’intégralité des salaires des salariés subissant des périodes de chômage partiel.
Cette loi est urgente : Arcelor Mittal s'apprête à verser 1,8 milliard d'euros de dividendes et prétend licencier plus de mille salariés ! Priorité doit être donnée aux salaires, pas aux actionnaires. Lire plus bas l'exposé des motifs et les deux articles de lois proposés.

Lire la suite...

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs