Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - crise grecque

Fil des billets - Fil des commentaires

Gouvernement Rose-Brun à Athènes !

262c57b7.jpg
En Grèce, Georges Papandréou, par ailleurs président de l’Internationale socialiste, passe les manettes directement aux représentants des marchés et conduit le Pasok (parti socialiste) à s’allier non seulement avec la droite mais avec les néo-fascistes qui entrent au Gouvernement…
Une telle irresponsabilité doit inquiéter les démocrates dans chaque pays d'Europe. Jusqu’où iront les socialistes européens dans leur cécité pour plaire et obéir aux marchés financiers et faire passer la super austérité et la casse des acquis sociaux?
Le successeur choisi par Papandréou au poste de premier ministre grec est un banquier : Lucas Papadémos, ancien vice-président de la Banque centrale européenne.
On est jamais aussi bien servi que par soi-même : la Finance s’installe directement au poste de commande pour diriger ce gouvernement socialiste-droite étendu aux néo fascistes.
La chose semblait pourtant impensable depuis la chute de la dictature des Colonels, en 1974, pourtant le nouveau gouvernement grec de coalition formé par Lucas Papademos, s’accompagne du retour au pouvoir de l'extrême droite.

Lire la suite...

 

Mikis Thedorakis et Manolis Glezos appellent les peuples d'Europe à se soulever contre les marchés financiers

GlezerTheod.jpg
Le compositeur grec Mikis Theodorakis et Manolis Glezos (cliché ci dessus), le héros de la résistance qui arracha en 1941le drapeau hitlérien qui flottait sur l'Acropole durant l'occupation nazie, dénoncent le fascisme financier qui menace et appellent les peuples d'Europe à s'unir pour en finir avec la domination des marchés.
Voici un extrait de leur déclaration.
Une poignée de banques internationales, d'agences d'évaluation, de fonds d'investissement, une concentration mondiale du capital financier sans précédent historique, revendiquent le pouvoir en Europe et dans le monde et se préparent à abolir nos états et notre démocratie, utilisant l'arme de la dette pour mettre en esclavage la population européenne, mettant à la place des démocraties imparfaites que nous avons, la dictature de l'argent et des banques, le pouvoir de l'empire totalitaire de la mondialisation, dont le centre politique est en dehors de l'Europe continentale, malgré la présence de banques européennes puissantes au cœur de l'empire.
Ils ont commencé par la Grèce, l'utilisant comme cobaye, pour se déplacer vers les autres pays de la périphérie européenne, et progressivement vers le centre.
L'espoir de quelques pays européens d'échapper éventuellement prouve que les leaders européens font face à un nouveau "fascisme financier", ne faisant pas mieux quand ils étaient en face de la menace de Hitler dans l'entre-deux- guerres.

Lire la suite...

 

Grèce : le KKE veut des élections immédiates

getImage.jpg
Dialogue clichois met en ligne cette déclaration du Parti communiste Grec (KKE) qui dénonce le chantage de Papandréou .

À bas le gouvernement ! Élections immédiates ! Non à l'intimidation du peuple et au chantage ! Ce chantage ne réussira pas !
L'annonce par le premier ministre d'un référendum participe d'un vaste dispositif pour contraindre le peuple. Dans ce dispositif, le gouvernement et l'union européenne utiliseront tous les moyens, menaces, provocations afin de soumettre la classe ouvrière et les couches populaires, pour escroquer un "oui" au nouvel accord.
Le référendum sera organisé sous une nouvelle loi réactionnaire qui amalgame les positions du KKE, de la droite et des autres partis alors qu'elles sont diamétralement opposées, tandis que les stratégies du gouvernement, de la droite, du Laos (1) et de leurs autres marionnettes vont dans le même sens.
Il faut des élections tout de suite !
La classe ouvrière et les couches populaires doivent les imposer par de vastes mobilisations dans tout le pays. Par leur mobilisation et leur vote, elles peuvent porter un coup au système politique bourgeois, ouvrir la voie au renversement de la base de la politique anti-populaire, le pouvoir des monopoles.
Le peuple doit intervenir de façon plus décisive.
Le KKE appelle les travailleurs, les petits artisans et commerçants, la jeunesse à un rassemblement sur la place Syntagma vendredi 4 novembre à 18h. Le KKE appelle à une alliance qui permette au peuple lui-même d'intervenir de façon plus décisive sur le cours des évènements.

(1) Parti d'extrème droite

 

La Grèce, la démocratie et DSK

Filoche.jpg
Gérard Filoche est syndicaliste et socialiste. Il revient sur les résultats des élections en Grèce et sur l'interprétation que croit pouvoir en faire Dominique Strauss-Kahn...

Aux dernières élections locales grecques, l’abstention et le vote blanc ont atteint des records : 54 % d’abstentions (alors que le vote est obligatoire, sous peine d’amende !) et 6 % de votes blancs ou nuls. A Athènes, l’abstention culmine à 66 % et le vote blanc à 11,6 %.
15 % des suffrages exprimés sont allés aux partis de gauche qui, tel le KKE (le parti communiste grec), refusent l’austérité. Les partis prônant l’austérité (de droite ou de gauche) ne totalisent donc que 34 % des suffrages des électeurs grecs inscrits : 40 % des suffrages exprimés dont il faut déduire les 6 % des électeurs inscrits ayant opté pour les partis de gauche refusant l’austérité.
Le parti de Papandréou, le PASOK recueille, au total, moins de 20 % des voix des électeurs inscrits. Ce sont les suffrages d’une partie du salariat qui a voté sans le moindre enthousiasme pour tenter de limiter la casse en sachant qu’une austérité de droite serait encore pire que l’austérité actuelle.
Difficile, donc, de trouver un rejet plus massif de sa politique de soumission aux banques, aux spéculateurs, à l’Union européenne libérale, à un FMI tout aussi libéral.
Normalement lorsqu’on est « social » et « démocrate », on ne peut qu’être attentif à un tel phénomène, et le déplorer. Cela signifie un message clair du peuple horrifié par les manipulations de la droite et déçu par la gauche.

Lire la suite...

 

Elections en Grèce : Le KKE cartonne

EleKKE350.jpg
Le premier tour d’importantes élections locales avait lieu en Grèce dimanche 7 novembre 2010.
Avec 11%, le KKE est le seul parti qui a connu une augmentation en pourcentage de voix (+ 3,3%) et en votes réels (+ 75 000 voix), malgré l’abstention, par rapport aux législatives de l’an dernier.
Les résultats représentent un véritable vote de défiance pour les deux grandes formations, le Parti socialiste (PASOK) et la droite libérale (Nouvelle démocratie - ND). Elles obtiennent respectivement 34% et 31%, en recul de 10% et encore de 2% sur les législatives de l’an dernier.
Ces résultats sont très encourageants pour le Parti communiste grec (KKE), fer de lance de la résistance à la casse des acquis sociaux exigée par le couple G. Papandréou (PS grec) et D. Strauss-Kahn (FMI).

Lire la suite...

 

Paul Boccara: Crise de l’euro ou Europe sociale

Boccara200.jpgContre les plans d’austérité engagés en Europe, quelle démarche opposer ?
Pour l’économiste communiste Paul Boccara, l’évolution de la crise, l’impasse à laquelle conduisent les plans européens de soutien aux dettes publiques renforcent la crédibilité des propositions qu’il avance en faveur d’une transformation de la construction européenne, du rôle ?de la BCE et de l’euro.
?Des propositions ?qu’il conçoit comme ?une contribution ?au rassemblement ?des forces de progrès.
P. Boccara est le premier économiste à avoir proposé la création d'une monnaie mondiale commune de coopération alternative au dollar, à partir des DTS ( droits de tirages spéciaux émis par le FMI), tourné vers le développement humain, l'emploi, les besoins sociaux et environnementaux, proposition reprise aujourd'hui par des pays comme la Chine.

Lire la suite...

 

Un plan au secours de l'Europe ou des marchés ?

BandchaillotH400.jpg
Champagne! Les spéculateurs, les boursicoteurs et les marchés financiers exultent : la Bourse est en hausse de + 9,6% ! Du rarement vu.
Les perspectives de profits juteux sur le dos des peuples font de nouveau rêver.
On se frotte les mains autour de la corbeille de la Bourse. D. Strauss-Kahn et Ch. Lagarde, N. Sarkozy et A. Merkel, M. Aubry et F. Fillon, Papandréou et Zapatero, droite et socialistes dans un même élan, sont en train de leur sauver la mise et de les remettre en selle.
Pas sûr que l'électorat populaire des uns et des autres, les syndicalistes, les militants du service public apprécieront...
En écho à leurs camarades grecs du KKE qui lançaient un appel aux peuples d'Europe du haut de l'Acropole, le PCF a, à son tour, déployé une banderole au Palais de Chaillot.(voir photo)
Décidément, il est temps que syndicalistes et peuples d'Europe, en unissant leurs luttes contre les marchés financiers, contre la domination du dollar, contre le capitalisme financier mondialisé, décident de construire ensemble une autre Europe, au service des peuples.

Dialogue Clichois livre à la réflexion de chacun l'analyse de P. Ivorra, journaliste économique à l'Humanité.

Lire la suite...

 

Euro : le plan qui vise à sauver les preneurs d'otages

bancothon250.jpg
750 milliards d'euro : 500 via l'UE et 250 via le FMI, le tout conditionné partout à des plans de rigueur qui vont ruiner le pouvoir d'achat, l'emploi et la croissance. Les Gouvernement libéraux et socialistes, sous la férule d'A. Merkel, n'y vont pas avec le dos de la cuiller pour assurer que créanciers et spéculateurs retrouveront leur fric et les bénéfices escomptés.
Tous ces milliards seront empruntés par l'UE....sur les marchés financiers!
Il faudra les rembourser, cela va donc accroître les dettes publiques. Quant aux plans de rigueur, ils pèseront sur la consommation et plomberont la croissance. Bonjour, le cercle vicieux !
Peuples d'Europe, à vos poches pour venir engraisser ces messieurs.
Pourtant tout appelle à découpler les Etats de ces même marchés financiers fauteurs de crise.
Dialogue Clichois propose cette analyse de Bruno Odent...

Lire la suite...

 

Le FMI de Strauss-Kahn, l'Union Européenne, le gouvernement socialiste d'Athènes saignent le peuple grec!

vautours.jpg
L'aide financière de l’Europe et du FMI vient d'être déclenchée mais est conditionnée à une cure d'austérité sans précédent.
Le gouvernement socialiste grec de G. Papandreou a décidé d’accepter les conditions humiliantes et antisociales du FMI de Dominque Strauss-Kahn, son très libéral directeur.
C’est une politique de droite, du Sarkozy au carré en quelque sorte, que le gouvernement grec va imposer à son peuple, ….après avoir été élu, comme c’est l’habitude chez les sociaux libéraux, sur un ensemble de promesses sociales. A méditer, à gauche.
Le plan prévoit au total, des économies de 35 milliards d'euros sur trois ans pour ramener le déficit public sous le seuil européen de 3% du PIB d'ici fin 2014.
Principales victimes : les fonctionnaires, les salariés du privé, les jeunes, les retraités, les ménages, le pouvoir d’achat, les services publics.
Toute la panoplie des mesures antisociales y passe : avec la hausse généralisée des prix (TVA et taxes), le blocage des salaires, la baisse des pensions, le recul de l’age de la retraite , etc…
Au lieu de s'attaquer à la logique du système capitaliste financiarisé et à la domination du marché, G. Papandréou va faire payer la crise au peuple grec et reprend les vieilles recettes de la droite, lesquelles nourriront le moment venu, une nouvelle crise encore plus grave.

Lire la suite...

 

Grèce : L’Europe doit changer pour ?ne pas imploser, par P. Ivorra

apergia1350.jpg
Irrésolution et divisions.
C’est ce qui domine en dépit de la décision de l’Union européenne (UE) de convoquer un nouveau sommet le 10 mai afin de finaliser l’aide à la Grèce.
Irrésolution? ? Il y a eu déjà nombre de réunions et la Grèce attend toujours.
Il y a pourtant le feu à la maison? : le 19 mai, le Trésor public grec doit rembourser une échéance de 9 milliards d’euros et risque de ne pas pouvoir le faire, se retrouvant dans une situation de banqueroute.

Lire la suite...

 

Déclaration de Georgios Toussas, député européen (KKE)

apergia350.jpg
A l'annonce de la demande de la Grèce d'activer le mécanisme de soutien UE/FMI, le KKE (parti communiste grec) rappelle - comme il l'avait prévu depuis longtemps - que les politiques du PASOK , le parti socialiste revenu au pouvoir, ne servent pas les intérêts des travailleurs mais ceux à long terme de la "ploutocratie", c'est à dire des forces de l'argent aujourd'hui dominantes.
Il conteste les affirmations sur un manque de fonds, alors que 17,5 milliards d'euros ont déjà été mis à la disposition des banques notamment, d'autres milliards ayant été dépensés pour les grands industriels, les équipements de défense pour l'OTAN.
La secrétaire générale du parti communiste grec (KKE) Aléka Papariga a critiqué «un choix imposé» de l'extérieur, qui «a comme objectif de servir les intérêts de la ploutocratie grecque et de permettre au gouvernement d'imposer de nouvelles mesures d'austérité plus sévères encore». Le KKE, très influent, est totalement mobilisé pour organiser la résistance du peuple grec contre les mesures antisociales de baisse des salaires et de report de l'âge des retraites exigées par les équipes du FMI du socialiste Dominique Strauss Kahn.
Dialogue Clichois propose cette déclaration de Georgios Toussas, député européen du KKE.

Lire la suite...

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs