Bocquet265.jpg "Le groupe TOTAL va distribuer 5 milliards à ses actionnaires. Le sidérurgiste MITTAL, va verser la même somme aux siens, dont plus de 2 milliards pour la seule famille Mittal, tout en supprimant 6.000 emplois. De 2003 à 2007 BNP-Paribas a versé à ses actionnaires la moitié de ses bénéfices, soit 16,5 milliards d’euros. Et cette banque vient de recevoir de l’Etat 2,55 milliards d’euros ! RENAULT impose du chômage partiel. Il annonce 4.000 suppressions d’emploi, et distribue 850 millions d’euros à ses actionnaires. Pour l’ensemble des entreprises du CAC 40 les dividendes servis prochainement sur les résultats de l’année 2008 devraient atteindre 40 milliards d’euros.
Tout se passe donc comme si les fauteurs de crises devaient en demeurer les profiteurs ! C’est intolérable, quand la crise touche durement l’emploi, les salaires, et la vie des familles.
Le Président de la République peut toujours parler de moraliser le capitalisme. Tout continue comme avant. Le dictat des dividendes des actionnaires s’impose, toute honte bue.
Monsieur le Premier ministre, allez-vous supprimer le paquet fiscal, ces 15 milliards glissés par vous dans le portefeuille des plus riches ? Allez-vous rendre illégal le versement de dividendes aux actionnaires d’entreprise qui licencient ou délocalisent ? Allez-vous inscrire à l’ordre du jour de l’Assemblée la proposition de loi qu’ont déposé les député-e-s communistes pour affecter les dividendes à la garantie des salaires lors des périodes de chômage partiel ?"
Alain BOCQUET, Député du Nord