sant_300.jpg
Les évènements de la fin de l’année 2008 ont mis l’hôpital au cœur de l’actualité. Le gouvernement veut faire de l’hôpital un bouc émissaire. Pourtant, la vraie responsabilité est ailleurs…
Partout en France, les hôpitaux publics, de l’hôpital de proximité au Centre hospitalier universitaire, sont confrontés à une même situation : déficit budgétaire, fermetures de lits et de services, licenciements dont les annonces tombent quotidiennement, restructurations à marche forcée, personnels surchargés et en nombre de plus en plus insuffisant, dégradation des conditions de travail de tous les professionnels…

Les plans de redressements sont de plus en plus nombreux. Leurs dégâts pour l’emploi public, pour la réponse aux besoins de la population sont considérables. De fait, ce sont la qualité et l’accès aux soins pour toutes et tous qui sont remis en cause !
Toute la population en pâtit !

La loi Bachelot, discutée à l’Assemblée nationale en janvier ou février, loin de résoudre ces problèmes, constitue un véritable danger pour l’hôpital public. Il faut impérativement sortir du rationnement comptable qui empêche l’hôpital public de s’acquitter de ses missions et donc dégager de nouvelles sources de financement.