AvecJcoustsarko.jpg
Après l'arrestation de deux militants et leur condamnation par une justice aveugle aux ordres, voici la réaction du secrétaire de la JC, Pierric Anoot qui dénonce l'arbitraire.
C’est avec stupeur que nous venons d’apprendre la condamnation de deux de nos camarades de l’Union des Étudiants Communistes, Marcel Adani et Rudolph Mwadia-Mvita le secrétaire à l’organisation de l’UEC à Paris 8, à 3 mois de prison avec sursis.
Leur délit ? Avoir été au mauvais endroit au mauvais moment.
« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » disait La Fontaine.
Mercredi soir dans Paris, nos camarades ont été témoins d’une course poursuite entre des policiers et une personne dans le métro.
Alors qu’un policier trébuchait dans les escaliers et qu’une personne lui a crié : « cours poulet ! » ; les policiers sont revenus sur leurs pas.
Ils ont saisi comme prétexte une insulte qui n’était pas lancée par nos camarades pour s’en prendre à eux.
C’est par racisme habituel envers les jeunes et les personnes de couleur que les policiers ont naturellement pensé que c’était d’eux que venaient les insultes.
D’ailleurs les insultes, les propos racistes et homophobes n’ont pas tardé à sortir.
Ils ont été sortis du métro et tabassés.
Les policiers étaient prêts à les laisser partir mais sont revenus chercher deux d’entre eux, Rudolph et Marcel car ils étaient trop amochés par les coups.