Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - nationalisation

Fil des billets

"Faudrait nationaliser, non ?" (Jeanne Moreau)

AAAnatbanqdrap.jpg
Contrairement à ce que prône le patronat, ce ne sont ni le coût du travail (salaires, protection sociale) ni la" rigidité" du marché du travail (code du travail, acquis sociaux) qui plombent la compétitivité des entreprises.
Ce n’est pas le travail qui coûte cher mais la rémunération du capital.
Ce sont les salariés par leur travail qui créent les richesses.
Sans salariés, pas de créations de richesses....
Un enjeu important porte donc sur la répartition des richesses produites, la valeur ajoutée, entre le capital et le travail :
- Ce qui va aux salariés sous une forme ou sur une autre : le salaire, et les cotisations sociales (part salarié et employeur)
- Le reste étant réparti entre les impôts des entreprises, les investissements et les dividendes aux actionnaires.
Depuis que le capitalisme existe, c'est un enjeu de la lutte de classe !
Aujourd’hui, la part des salaires dans les richesses créées est plus faible qu’à la sortie de la guerre. Voici un tableau portant sur les dernières décennies qui ont vu le chômage exploser .
AAAcrobeco.jpg
Diviser par deux les dividendes libérerait 120 milliards d’euros pour les investissements productifs, créerait de l’emploi, permettrait de financer la protection sociale et de diminuer le déficit de l’état.
Alors que la rentabilité financière des entreprises est en hausse, le chômage explose et le pouvoir d’achat baisse freinant ainsi la relance économique.
La politique visant à réduire les « couts salariaux », - bas salaires, précarité, CDD, exonération des charges patronales, cadeaux fiscaux aux entreprises – pour soit disant améliorer la compétitivité et relancer l’emploi est injuste évidemment, mais en plus économiquement inefficace.
Pour favoriser l’emploi, il faut relancer les débouchés donc la consommation populaire en haussant les salaires. Voilà qui boosterait réellement la croissance!
La population, mais aussi les entreprises et l'économie ont besoin de l'épanouissement des services publics : école, formation, santé, transports, équipements de haut niveau....et non de la mise à mort des services publics découlant de la baisse des budgets publics.
L’amélioration de la productivité passe par une meilleure formation et qualification des salariés et par la baisse des couts du capital : la ponction stérile des dividendes et les intérêts exorbitants des emprunts des entreprises, versés aux banques et aux marchés financiers.
Une maitrise publique du crédit, résultant d’une nationalisation du système bancaire permettrait de prêter à faible cout aux entreprises – voir à taux nul – dès lors qu’il s’agirait d’investir, de mieux former et d’embaucher.
Cela permettrait de diriger la création monétaire (le crédit) vers la création d'emploi, les services publics, l'amélioration de l'environnement et de couper le robinet de la spéculation.
Après tout, comme le soulignait l’actrice Jeanne Moreau à la Télé : l’argent des banques, c’est notre argent. « Faudrait nationaliser, non ? », suggérait l'actrice au larbin de service interloqué qui présentait le journal télévisé, l'autre soir.
C’est précisément ce que propose le PCF.

 

Et l'acier fut trempé, par Patrick Appel Muller

AAAciertremp.jpg
Fini le ciel aux «teintes étranges» que chantait Lavilliers.
Les lueurs des hauts fourneaux qui illuminaient la vallée où « le nom des patelins se termine par ..ange» ne se rallumeront pas.
Malgré ses promesses, le gouvernement a calé devant M. Mittal, ses appétits de dividendes et son goût pour les promesses qui s’évaporent.
Les salariés ont gagné un sursis avec quelques dispositions qui ralentiraient la chute, reclassements et pré-retraites financés sur fonds publics.
Quant à l’avenir de la sidérurgie lorraine, rien ne l’éclaire.
Le milliardaire joue au bonneteau avec les sites belges, luxembourgeois et français.
Lesquels finiront sous l’éteignoir?
Tout dépendra des tortueux chemins de la finance qui conduisent aux plus gros profits si la puissance publique en reste à sa démission du week-end.

Lire la suite...

 

Arcelor Mittal : Nationalisation!

AAgoud.jpg
La mobilisation des syndicats et des salariès va -t elle réussir à faire bouger les choses dans la sidérurgie?
Le scénario envisagé par le gouvernement, présenté par Arnaud Montebourg aux syndicats : nationalisation temporaire, investissement de 400 millions d'euros pour redémarrer Florange et encourager la reprise, n'est qu'un premier pas.
Mais il reste du chemin.
Tous les ministres ne sont pas d'accord.
Des milliers de salariés, des familles vivent dans la peur du chômage et de la casse depuis des mois.
François Hollande, qui sera au final le décideur, doit passer aux actes face au blocage de M. Mittal.
Il doit tenir les engagements de la France vis-à-vis des sidérurgistes
Laurence Parisot, la patrone du Medef, s'est insurgée jeudi sur RTL contre la possibilité d'une nationalisation du site de Florange en Moselle.
Pour elle, une telle intervention de l'État « est tout simplement et purement scandaleuse ».
Mais où était la patronne des patrons quand Mittal s'est livré a un dépeçage en règle de la sidérurgie Française ? Aux abonnés absents. Qu'importe pour Mme Parisot si l'indépendance de la France en fourniture d'acier est menacée.
Seuls comptent son portefeuille et celui de ses amis.

Lire la suite...

 

Nationaliser, voire plus …, par Anicet Le Pors, ancien ministre de la fonction publique

marxretour290.jpg
La gauche a accédé au pouvoir en 1981 avec un slogan majeur « Là ou est la propriété, là est le pouvoir ». Sur la base de quoi, le secteur bancaire et plusieurs grands groupes industriels ont été nationalisés en février 1982.
Ces nationalisations ont permis de sauver de la faillite plusieurs entreprises (dans la sidérurgie notamment), pourtant elles ont échoué à donner aux travailleurs la maîtrise de leur outil de travail et n’ont pas été l’instrument des changements démocratiques espérés.
Il convient de s’interroger sur les raisons de cet échec. Parmi celles-ci, on peut évoquer le fait que les lois de démocratisation du secteur public et les lois Auroux sur les nouveaux droits des travailleurs sont intervenues bien tard, sans liaison avec le transfert de propriété.
On peut aussi considérer que celui-ci est insuffisant à lui seul à réaliser une véritable appropriation sociale, sans considérer comme certains le font aujourd’hui que puisque ce n’était pas suffisant ce n’est plus nécessaire !
(lire la suite de l'analyse d'Anicet Le Pors)

Lire la suite...

 

Marcel Paul, inventeur social

timbremarcelpaul250.jpg
Le 23 Août disparaissait Suzanne Barres-Paul. Compagne du grand résistant et ministre communiste Marcel PAUL, elle fut à ses côtés de tous les combats avec plusieurs générations de militants pour gagner des droits pour les salariés au travers du Statut National des électriciens et gaziers, l’adoption et la défense de la Nationalisation du Secteur Electrique et Gazier français.
Dialogue clichois rend hommage à cette femme d’exception et à l’œuvre de Marcel Paul, souvent méconnue par les jeunes générations et pourtant si considérable. Enfant trouvé, Marcel Paul est né à Paris le 12 juillet 1900.

C’est un militant syndical dès 1922. En 1927, il adhère au Parti communiste français. En 1939, il est secrétaire général de la fédération de l’éclairage de la CGT.
Marcel Paul est mobilisé en 1939 et fait prisonnier . Il parvient à s’enfuir et à regagner Paris qu’il quitte à vélo pour gagner la Bretagne, où il retrouve le contact avec le Parti communiste entré en clandestinité. De retour à Paris, il s’occupe de l’ « organisation spéciale » (OS) dans l’action anti-allemande.
Mais, le 13 novembre 1941 il est arrêté et torturé par la Brigade spéciale au commissariat de Saint-Denis. Interné à la centrale de Fontevrault en février 1943, il est déporté à Buchenwald le 14 avril 1944 où il devient le principal responsable du « Comité des intérêts français » organisant la résistance intérieure et sauvant de nombreuses vie ( dont celle de l’avionneur Marcel Dassault qui lui en sera toujours reconnaissant). Il a un rôle important dans l’insurrection du camp en avril 1945.
La Libération le trouve ministre communiste de la production industrielle dans le Gouvernement du général de Gaulle où il impose la nationalisation de l'énergie. Entre luttes, résistance, déportation, l’homme forge les plus grands acquis du siècle. Du conseiller de Paris, père des secours d’urgence et des crèches, au fondateur d’EDF-GDF et du statut des électriciens et gaziers, c’est une vie entière vouée à l’innovation sociale.
Il fonde avec le colonel Manhès la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes en octobre 1945. Son parcours croise celui d’Ambroise Croizat, ministre communiste du travail à la libération.
Bâtisseur de la sécurité sociale, créateur de la retraite pour tous, A. Croizat laisse lui aussi un héritage impressionnant : médecine du travail, comités d’entreprises, conventions collectives…Marcel Paul disparait à Saint-Denis le 11 novembre 1982.

Dialogue Clichois propose un texte de l’écrivain Michel Etiévent qui a consacré un livre à la vie de ces deux ministres exemplaires.

Lire la suite...

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs