Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - parti socialiste

Fil des billets

Les compliments de DSK (PS) à Sarko

dsksarko2.jpg
La note d’information du FMI, sur l’économie française, rendue publique le 30 juillet 2010, est un véritable recueil de félicitations adressées à la politique du gouvernement. Loin des contingences électorales, le socialiste Strauss-Kahn n’a pas à se retenir et à cacher son accord total avec la politique de casse économique et sociale de Sarkozy.

C'est d'ailleurs le même type de politique anti sociale actuellement mise en œuvre en Europe par les socialistes grecs ou espagnols, eux aussi au service des marchés financiers.
Voilà qui en dit long sur ce qu’il y a à attendre d’une simple alternance en 2012 et sur les illusions qui cherchent à détourner les travailleurs des luttes présentes.
Voici des extraits de cette note rédigée sous la direction du dirigeant socialiste français.
« Les administrateurs (du FMI) ont estimé que les mesures de relance budgétaire de 2009-10 étaient bien conçues, notamment la suppression de la taxe professionnelle. Étant donné la forte hausse de la dette publique, il conviendra, au cours des années à venir, de donner la priorité à un rééquilibrage crédible et sensible des finances publiques.
Les administrateurs ont félicité les autorités de leur détermination à ramener le déficit budgétaire global à 3 % du PIB d'ici 2013. Ils ont salué les mesures de rééquilibrage déjà identifiées, notamment la poursuite de la limitation des dépenses de l'administration centrale et le gel en valeur nominale des transferts aux collectivités locales.
La réforme annoncée des retraites est un élément clé de la stratégie d'assainissement et met l'accent à juste titre sur le relèvement de l’âge de la retraite. Il convient aussi de poursuivre les efforts visant à mieux maîtriser les dépenses de santé. »
« Les administrateurs ont observé que la rentabilité des banques françaises s'était améliorée au sortir de la crise et ils se sont félicités de voir confirmée la solidité des banques par les résultats des tests de résistance effectués à l'échelle européenne. »
« Les administrateurs ont insisté sur l'importance de poursuivre l'application du programme de réformes structurelles afin de rehausser la compétitivité, de stimuler la création d'emplois et de promouvoir l'innovation. Outre les politiques d’activation engagées sur le marché du travail et les mesures de formation, la modération du salaire minimum devrait être poursuivie afin de rétablir progressivement une échelle des salaires incitative pour les jeunes et les travailleurs peu qualifiés. »
Pour le PCF , la politique économique du gouvernement mène la France dans le mur.
Elle est illégitime et continue de se soucier de l’enrichissement de la bande du Fouquet’s, de l’essor des grandes fortunes et des profits financiers et immobiliers.
Il est temps de rompre avec ces orientations en menant d’un même mouvement, bataille pour les salaires et le pouvoir d’achat, bataille pour l’emploi et les qualifications et bataille pour les retraites et les services publics.
Il s’agit de mobiliser tous les financements pour une véritable relance au service de l'emploi, de sa sécurisation et de la promotion de toutes les capacités humaines.
C'est sur cette base là, pour prolonger les luttes, que doit s'opérer le rassemblement et se préparer la candidature communiste de rassemblement pour les Présidentielles.

 

Ph. Marlière : "DSK incarne un système économique qui a échoué"

strauss-khan-sarkozyH400.jpg
Dans un article intitulé " Dominique Strauss-Kahn, le retour du Balladur socialiste", Ph. Marlière, de l'University Collège de Londres, revient sur le site Rue 89, sur le personnage DSK, (salaire annuel 495 000 dollars et retraite annuelle à venir de 80 000 dollars), propulsé meilleur candidat " socialiste" par les médias bien pensants.
Dialogue Clichois vous propose des extraits de cette analyse...
"Nombre d'opposants au strauss-kahnisme s'inquiètent du personnage qu'ils décrivent en nabab arrogant et dilettante. Il est clair que DSK ne fera pas rêver le peuple de gauche. Strauss-Kahn n'a jamais été condamné, mais comme tant d'hommes politiques de la vieille école, il regarde de haut les lois qui s'appliquent au quidam moyen.
Souvenons-nous de son acquittement dans l'affaire de la MNEF qui l'avait amené à démissionner de son poste de ministre de l'Economie et des finances en 1999.
Il y eut aussi la saga autour de la cassette de Jean-Pierre Méry, un financier occulte du RPR, qui tenta d'incriminer Jacques Chirac. Cette cassette fut retrouvée chez… Dominique Strauss-Kahn. (…)
DSK est en effet un homme politique ancienne manière. A peine battu par Royal dans la course à l'investiture, il décroche son téléphone pour demander à Sarkozy de le soutenir dans sa candidature au FMI.
Pourquoi aurait-il des scrupules ? Les deux hommes entretiennent des rapports d'amitié et ils se ressemblent tant sur le plan personnel et politique.

Lire la suite...

 

Strauss-Kahn prend la porte à droite, par Patrick Apel-Muller

pcf_moutons.jpg
Applaudi par la droite, Dominique Strauss-Kahn remet en cause la retraite à soixante ans… mais pas les marchés financiers.
C’est le baiser qui tue.
Le ministre du Budget a applaudi hier aux propos du directeur du FMI soutenant le report de l’âge de la retraite et s’exclamant : « Si on vit cent ans, on ne va pas continuer à avoir la retraite à soixante ans ! »
François Baroin, trop content de dénoncer « les gros mensonges » des défenseurs de cette conquête sociale qu’il a jugés « tellement irresponsables qu’ils ne sont pas dignes d’être un parti de gouvernement », a quasiment proposé un ban d’honneur : « Je pense que tous ceux qui nous écoutent peuvent se dire, tiens, Strauss-Kahn, il est intelligent " . »

Lire la suite...

 

Les communistes espagnols mobilisent contre le report à 67 ans de l'age de la retraite voulu par Zapatero

zp_pinocho_2.jpg
Le Président socialiste J. L. Zapatero veut appliquer une politique à la Sarkozy en Espagne en imposant l'austérité, la baisse des dépenses publiques, le sacrifice des services publics et en repoussant à 67 ans l'âge de la retraite.
Entre les marchés financiers et les attentes populaires, le choix du parti socialiste ouvrier espagnol est vite fait : il prend le parti de la finance et soutient avec enthousiasme les mesures d'"assainissement" réclamées par l'Union Européenne.
A l'inverse, les communistes espagnols engagent la lutte pour développer les droits des travailleurs et les acquis sociaux.
Est ce la voie que comptent suivre, passé le cap des élections, M. Aubry et le PS en France ?
Voir le communiqué du PCE.

Lire la suite...

 

En votant pour des primaires, le PS va enterrer la gauche, par Philippe Marlière

PRIMAIRES_AUBRY.jpg
Après l'adoption du principe des primaires par les adhérents socialistes, Dialogue clihois reproduit le point de vue de Ph. Marlière, maître de conférences de sciences politiques à l'University College de Londres :

« Moderne » et « démocratique », l’idée des « primaires ouvertes à gauche » semble tellement aller de soi que personne au PS ne se risquerait à la critiquer. Les « réformateurs » du PS la présentent comme une mesure « efficace » et de « bon sens».

En réalité, ses promoteurs sont sur le point de mettre le doigt dans un engrenage qui pourrait à terme être fatal au premier parti de la gauche française.
(continuer la lecture de Ph. Marlière)

Lire la suite...

 

Cuisine politicienne ou urgences sociales ?

chimlarochelle.jpg
Quel sujet brûlant, relayé activement par les médias, anime les débats d'une partie de la gauche en ces temps de rentrée sociale et politique ?

S'agit-il de la crise dans laquelle le monde continue de s'enfoncer ? S'agit-il d'engager une démarche pour faire front commun face à toutes les contre-réformes que Nicolas Sarkozy met en oeuvre, sur les retraites, la privatisation de La Poste, la destruction programmée de nombre de collectivités locales, pour défendre des libertés publiques toujours plus menacées ? Rien de tout cela.

Certains parlent d'alliance avec le Modem, d'autres dissertent sur d'éventuelles primaires pour arbitrer la course aux ego pour les présidentielles...Réunis en Université d'été à la Rochelle, les dirigeants socialistes qui s'entre-déchirent pour la course à la Présidentielle avancent d'un cran dans l'américanisation de la vie politique française et adoptent le principe des primaires.
On croit rêver ! Et pourtant, au regard des besoins et des attentes de notre peuple, ce ne sont pas les urgences qui manquent.

Se rassembler autour d'idées forces, d'un vrai projet alternatif branché sur les luttes et s'attaquant à la logique du capitalisme financier, voilà ce que les communistes ont commencé à mettre en oeuvre, avec d'autres, Parti de gauche, Gauche unitaire, République et socialisme, et des milliers d'hommes et de femmes, en construisant un Front de gauche aux élections européennes.
Rendez-vous à la Fête de l'Huma!

Lire la suite...

 

La Social-démocratie à bout de souffle, par Christophe Ventura.

aubry350.jpg
Un premier fait marquant de cette consultation est la chute considérable de la représentation des partis issus de la social-démocratie dans l'Assemblée.
Au niveau continental, le Parti socialiste européen (PSE) est, en effet, le groupe qui connaît la plus grande réduction de ses effectifs au PE. Avec 162 députés sur 736, ce groupe perd 55 sièges par rapport à la mandature précédente (le PSE avait obtenu 217 élus en 2004) pour ne plus représenter que 22 % des eurosdéputés (contre 27,6 % entre 2004 et 2009).
Comme le constate fébrilement Poul Nyrup Rasmussen (président du PSE), « une espèce de découragement (...) a sans doute touché d'abord nos électeurs dans le contexte actuel ».

Une « espèce » ? Un rapide tour d'Europe des votes obtenus par les partis sociaux-démocrates permet de prendre la mesure du phénomène.
lire la suite de l'article

Lire la suite...

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs