Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - réchauffement climatique

Fil des billets

Après Durban tout reste à faire ! par André Chassaigne, député PCF

adurban.jpg
Les représentants de quelque 190 pays ont adopté dimanche une feuille de route vers un accord pour tous les pays de la planète en 2015 sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, lors de la conférence climat de Durban (Afrique du Sud).
L'objectif de la communauté internationale est de limiter la hausse de la température de la planète à +2°C.
De toute évidence, vu le poids des USA et des autres pays capitalistes cramponnés aux logiques de la rentabilité immédiate, cette conférence ne permettra pas d'atteindre l'objectif. Voici la réaction d'André Chassaigne, député communiste.
Le rideau est tombé sur la Conférence de Durban. Les masques tombent aussi à l'issue d'un spectacle où les puissants auront joué au mieux les rôles qu'ils devaient tenir. Une fois de plus, leur comédie aura tenu le monde en haleine.
Les tirades sur le devenir de l'humanité, la main sur le cœur, auront nourri les espoirs de tous ceux qui ont conscience du drame vers lequel court la planète.
Les postures affichées auront même déclenché les applaudissements de quelques acteurs de second rang, relégués en figurants, mais tellement attachés à la moindre avancée.
Chacun savait pourtant que la partition avait été écrite par les gardiens du temple libéral, présents en souffleurs des pays industrialisés du Nord pendant toute la durée de la grande représentation finale.
Les nations les plus riches ont su gérer avec cynisme leurs intérêts immédiats, conscientes que dans tout théâtre, pour reprendre la formule de Jean Vilar, « l'habit fait le moine ».
Durban n'aura pas échappé à cette règle d'or !

Lire la suite...

 

Politique energétique

energfauj.jpg
Le Sénat a débattu le 4 mai d’une proposition de résolution sur la politique énergétique de la France, déposée par les sénateurs du groupe CRC-SPG.
Au regard de l’ampleur des enjeux humains, environnementaux et économiques liés aux questions énergétiques, les sénateurs ont considéré qu’il était grand temps que soit initié un véritable débat public sans tabou sur les questions énergétiques, et que les femmes et les hommes politiques assument et expliquent clairement à la population leur projet énergétique.
A cette occasion, ils ont rappelé la nécessité absolue de changer la politique énergétique actuelle conduite selon des logiques marchandes de rentabilité à court terme et de rémunération de l’actionnariat, logiques incompatibles avec les exigences sociales et environnementales que la France devrait porter.
Ils ont dénoncé les effets pervers de cette politique libérale, qui multiplie la sous-traitance et les délocalisations de production de pièces notamment dans le secteur nucléaire, sur les garanties de sécurité et d’indépendance énergétiques.
Votée par les sénateurs socialistes, verts et la gauche du groupe RDSE, cette proposition de résolution détaille un projet énergétique alternatif à travers la maîtrise publique du secteur énergétique, le renforcement de la participation des salariés et des citoyens, le renforcement des moyens alloués à la recherche fondamentale, une régulation des prix pour garantir le droit à l’énergie à tous, et un statut protecteur de l’ensemble des salariés du secteur.
Voici l'intervention de Jean-Claude Danglot (PCF) auteur de la proposition de résolution.
Il est grand temps d'avoir un débat public sur les questions énergétiques. L'accident majeur de Fukushima a révélé les inquiétudes fondées et légitimes de la société civile car l'énergie nucléaire a cristallisé les antagonismes.

Lire la suite...

 

ITER : Une aubaine pour la recherche dans les énergies nouvelles

Itersol.jpg
Le monde doit changer de base...énergétique.
Réchauffement climatique et épuisement des réserves pétrolières obligent.
En même temps, le droit à l'énergie, à son accès pour tous à bas coût est vital pour répondre aux besoins sociaux, combler les inégalités et assurer le développement humain.
Les obscurantistes verts et autres pseudo-écologistes diabolisent le nucléaire et cultivent les peurs : c'est là leur fond de commerce électoral.
Même positionnement anti nucléaire primaire au NPA de Besançenot et au Parti de Gauche de Mélenchon.
Faisant fi des réalités, les écolos en arrivent à nier les besoins énergétiques, car ils savent bien que sous nos climat, ni l'éolien et le solaire, poussés par les lobbies du capitalisme vert, ni la souhaitable amélioration de l'efficacité énergétique seraient suffisants pour remplacer le nucléaire et répondre aux besoins croissants .. Nier la croissance des besoins en énergie, c'est prôner sans le dire la décroissance et donc faire exploser encore plus le chômage, diminuer la création de richesses indispensables au financement de la protection sociale ( santé, retraite, sécurité sociale, services publics...).
Pour construire des dizaines de milliers de logements sociaux, relancer le fret ferroviaire, les transports en commun, il y a besoin de davantage d'électricité.
La France est au limite de l'autosuffisance et de la pénurie l'hiver lors des pointes de la demande en electricité. Il faut voir loin. L'occasion en est donnée avec le projet de coopération Iter que soutiennent les communistes. Jean-Marc Coppola, vice-président de la Région PACA, et Luc Foulquier, ingénieur chercheur en écologie reviennent sur l'intérêt du projet ITER...

Lire la suite...

 

L'insanité de notre époque, par Fidel Castro

globalisation.jpg
Il faut bien appeler les choses par leur nom. Ceux qui conservent un grain de bon sens peuvent constater sans de gros efforts combien le réalisme s’éteint dans le monde actuel.
Quand le président des Etats-Unis, Barack Obama, fut nommé Prix Nobel de la paix, Michael Moore lui lança : « Eh bien, gagnez-le donc maintenant ! »
Ce commentaire vif et ingénieux plut à bien des gens, quoique beaucoup n’aient rien vu d’autre dans la décision du Comité norvégien que démagogie et exaltation de la politicaillerie apparemment inoffensive du nouveau président, un Afro-étasunien, bon orateur et politicien intelligent à la tête d’un puissant Empire plongé dans une profonde crise économique.
Le Sommet mondial de Copenhague était sur le point de s’ouvrir, et Obama fit sourdre l’espoir d’un accord obligatoire aux termes duquel les USA se joindraient enfin au consensus mondial pour éviter la catastrophe écologique qui menace l’espèce humaine.
Mais ce qu’il s’y passa fut décevant, et l’opinion publique internationale se rendit compte qu’elle avait été douloureusement bernée.

Lire la suite...

 

Pour la création d’une Organisation mondiale de l’environnement, par Hervé Bramy (PCF)

diablotin350.jpg
Hervé Bramy est responsable national à l’écologie du PCF, conseiller général de Seine-Saint-Denis.

Le mouvement de mobilisation (ONG, collectivités territoriales, forces sociales et politiques progressistes) lors du sommet de Copenhague a largement contribué à l’émergence d’une conscience citoyenne mondiale sur les enjeux du réchauffement climatique.
Ainsi deux idées ont cheminé jusqu’à perturber le bal des négociations étatiques. L’une est que l’urgence climatique ne peut se concevoir sans justice sociale si on ne veut pas accroître les inégalités individuelles, collectives et territoriales.
L’autre est relative à l’absence de volonté politique pour accorder à cet enjeu déterminant pour la survie de la planète les moyens financiers nécessaires.

Lire la suite...

 

Climat : Le PCF dénonce le procès fait aux scientifiques

mondial_climat.jpg
Des campagnes d’ampleur se développent pour mettre en cause, occulter et discréditer les conclusions obtenues par les diverses communautés scientifiques mondiales compétentes sur le lien entre réchauffement climatique et activités humaines responsables des rejets de Gaz à Effet de Serre.
Le PCF s’interdit de prendre parti dans des débats entre scientifiques sur les questions de leurs compétences.
Mais il prend en compte les avancées des connaissances, tant pour leurs valeurs culturelles, leurs potentialités de libération humaine, que pour leur apport à la maîtrise par l’humanité des problèmes qu’elle affronte dans son développement.
Le PCF condamne sans réserve ces campagnes qui non seulement discréditent des travaux scientifiques de grande ampleur, mais conduisent à penser qu’on « peut continuer comme avant ».

Parti communiste français

 

Hervé Bramy (PCF) : pour des régions écologiques

Pifmesures350.jpg
Une certitude est au coeur du rassemblement des forces et personnalités qui composent les listes Pour des régions à gauche, solidaires, écologiques, citoyennes : la crise est loin d’être terminée et celle-ci appelle des choix de société nouveaux, des choix alternatifs à ceux du capitalisme.
Si les collectivités territoriales en général, et les régions en particulier, ne peuvent pas à elles seules résoudre l’ensemble des problèmes, pour autant leurs décisions, compte tenu de leur poids politique, sont de nature à en accroître les effets dans un sens ou dans un autre.
Cette crise financière, économique, sociale est également écologique.

Lire la suite...

 

ATTAC : À Copenhague, la grande braderie de l’Union européenne

copen.gif
Dialogue clichois publie un communiqué d'ATTAC
Alors que la COP15 s’approche de l’échéance, l’Union européenne revendique son rôle de leader du climat mais revoit ses promesses à la baisse.
Lors d’une conférence de presse tenue hier au Bella Center, l’Union européenne a douché les espoirs des plus optimistes, ou des plus crédules, quant aux positions qu’elle tiendra dans la dernière ligne droite de négociations à Copenhague.
Alors qu’elle était initialement favorable à la préservation d’un accord contraignant qui assignerait une seconde période d’engagements de réduction d’émissions aux pays industrialisés, l’UE se range de fait aujourd’hui derrière la position des États-Unis qui refusent un traité contraignant pour les pays riches.
(lire la suite du communiqué d'Attac)

Lire la suite...

 

Copenhague 2009: les défis de l'urgence climatique

copenlogo300.jpg
La négociation engagée au sein de l'ONU s'achèvera en décembre à Copenhague (du 11 au 13 décembre) et doit déboucher sur des engagements contraignants pour une réduction des gaz à effets de serre.
Le texte adopté remplacera le protocole de Kyoto aux résultats décevants et non ratifié par les Etats-Unis.
Les résultats du Protocole de Kyoto ne sont pas bons pour une raison essentielle : le mécanisme adopté fait confiance au marché pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
Ainsi s'est organisé un vaste marché (spéculatif d'ailleurs!) des droits à polluer.
Quelle illusion! C'est demander à un aveugle de vous aider à traverser la rue.
De par ses mécanismes de régulation (la rentabilité maximum), le capitalisme ne peut pas relever les défis de la révolution écologique.
Comment penser la vie des hommes et des femmes sur une planète dont les ressources naturelles sont si souvent confisquées par les grandes multinationales qu'il faut que les populations se battent pour y accéder ?
Pour le PCF, justice sociale et environnementale ont partie liée. Une délégation du PCF, conduite par P. Laurent et H. Bramy participera au rassemblement en marge de la conférence de Copenhague. Les effets dévastateurs du réchauffement
Selon le Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), le réchauffement pourrait atteindre jusqu'à 4° à la fin du siècle. Les principaux pays pollueurs doivent impérativement réduire leurs émissions de 25 à 40% d'ici 2020 pour contenir le réchauffement à moins de 2° en moyenne.
Et, donc, ralentir ses effets négatifs : désertification, famine, épidémies, inondations, hausse du niveau des océans, migrations de populations.... Le Forum Humanitaire Mondial chiffre l'impact du réchauffement à 300 000 décès par an et selon l'Observatoire International pour les Migrations le nombre de « migrants environnementaux » atteindra 200 millions d'ici à 2050.
(voir la suite des défis de Copenhague et les propositions des communistes français)

Lire la suite...

 

COPENHAGUE : Réchauffement climatique, développement durable, innovation, recherche, par Pascal LEDERER, physicien

rechauffement-climatique.jpg
Selon le GIEC (Groupe international d’experts sur le climat), il est très probable que le réchauffement climatique observé depuis la moitié du XXème siècle est dû aux activités humaines, en particulier à l’utilisation de combustibles fossiles (charbon, fuel, gaz) pour la production d’énergie, les transports, l’industrie, l’habitat.
Si les peuples n’imposent pas des mesures efficaces, le réchauffement climatique pourrait dépasser 4°C en 2050, provoquant des catastrophes climatiques, sociales, et économiques, des centaines de millions de victimes, morts ou réfugiés « climatiques ».
Sans compter la possibilité d’un dérapage encore plus violent du réchauffement que celui prévu par les modèles linéaires actuels.
(lire la suite de la réflexion de Pascal Lederer, membre de la commission recherche du Pcf)

Lire la suite...

 

De la science fiction..., un article de Fidel Castro

stonecastro400.jpg
(cliché : F. Castro et le cinéaste américain Oliver Stone)

Que je regrette de devoir critiquer Obama, alors que je sais qu’il y a d’autres possibles présidents de son pays pires que lui !
Je comprends qu’occuper ce poste aujourd’hui aux USA n’est pas une panacée.
Rien ne l’explique mieux peut-être que l’information donnée hier dans le journal Granma : 237 législateurs du Congrès sont millionnaires, soit 44%. S’il est vrai que ça ne veut pas dire pour autant que chacun d’eux est forcément un réactionnaire invétéré, il n’en reste pas moins qu’il est bien difficile qu’il pense comme n’importe lequel des nombreux millions d’Etasuniens qui n’ont pas d’assurance-maladie, qui sont au chômage ou qui doivent travailler dur pour gagner leur vie.
(lire la suite des réflexions de Fidel Castro sur les marges de manœuvre d'Obama)

Lire la suite...

 

Rapport Vergès sur le changement climatique : impacts et pistes d’adaptation

climatics380.jpg
Paul Vergès, le Président communiste de la Région de La Réunion, vient de rendre le 3èm rapport de l'ONERC (Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique ) qu'il préside.
Le but de cet observatoire est de collecter et diffuser les informations, études et recherches sur les risques liés au réchauffement climatique et aux phénomènes climatiques extrêmes.
L’observatoire recense les activités existantes dans les différents organismes opérationnels et de recherche et fonctionne en liaison avec le CNRS, Météo France, IRD, etc. au moyen d’un réseau de centralisation et de diffusion des informations, couvrant la Métropole et l’Outre-mer.
La loi prévoit également que l’ONERC est le point focal pour la France du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).
De nombreux pays en développement, proches de la France métropolitaine ou d’Outre mer, sont particulièrement vulnérables aux changements climatiques (Méditerranée, Océan indien, Caraïbes, Pacifique,…).
L’ONERC apporte son expertise aux projets de coopération régionaux sur les impacts, la vulnérabilité et l’adaptation, aux côtés du Ministère des affaires étrangères et des Régions françaises concernées.
(Voir dans suite pour prendre connaissance des grandes lignes ce 3em rapport de l'ONERC)

Lire la suite...

 

ECOLOGIE : UN ATELIER POUR PREPARER COPENHAGUE

HB250.jpg
Le 15 octobre le PCF organise à Paris un atelier consacré au rendez vous de Copenhague sur la lutte contre le réchauffement climatique. Cette réunion planétaire doit donner une suite aux engagements (non tenus!) de Kyoto.

Cet atelier intitulé Climat : est il déjà trop tard? est ouvert à toutes les forces populaires et aux militants de gauche désireux d'agir efficacement pour sauver la planète. Hervé Bramy, responsable des enjeux écologiques au PCF s'explique.
.''Copenhague, en deux mots ?''
Hervé Bramy : La réussite politique du sommet de Copenhague, en décembre, est déterminante pour l’avenir de la planète. Il est impératif que les Etats les plus pollueurs, notamment les USA, s’engagent sur des objectifs très contraignants pour la réduction des gaz à effet de serre.
Les enjeux financiers ne sont pas mineurs car il s’agit d’envisager un nouveau mode de développement et de consommation. Enfin, les Etats riches doivent aider les pays en développement par des aides financières et de transfert de technologies. Voilà l’enjeu !
Voir la suite de l'entretien.

Lire la suite...

 

Comment lutter sérieusement contre le réchauffement climatique...

terrefondue.jpg
Le développement humain, la satisfaction des besoins s'accompagnent d'un développement des besoins énergétiques. La "décroissance" évoquée par certains Verts est une idéologie réactionnaire totalement étrangère aux valeurs humanistes, une conception infantile ignorant la reproduction élargie des besoins dont témoignent l'odyssée humaine et l'essor des civilisation à travers l'histoire.
Davantage de trains, de transport en commun, la construction massive de logement sociaux de qualité, c'est davantage de d'électricité. Face à l'immensité des besoins insatisfaits, les indispensables économies d'énergie sont insuffisantes. Il faut assurer le développement énergétique sur d'autre base que le pétrole....Et parce que l'énergie c'est vitale, ce n'est pas une marchandise comme les autres : elle doit échapper aux griffes du secteur privé. Le service public doit permettre l'accès de tous, au meilleur coût avec des tarifs sociaux et réussir l'incontournable révolution énergétique.

Pour limiter l’ampleur du réchauffement, il faut diviser par 4 nos émissions de gaz à effet de serre en 2050, tout en répondant aux besoins croissants énergétiques. Impossible ? Non, mais pour réussir, pour sauver la Planète, il faut sortir du capitalisme...
Voici 11 mesures indispensables pour relever le défi écologique....

Lire la suite...

 

TAXE CARBONE: Inefficace pour l'écologie, injuste pour les citoyens

borloo-rocard-lagarde380.jpg
L'avenir de la planète est une chose trop sérieuse pour le laisser dans les mains du gouvernement Sarkozy.

On aurait pu penser que, pour lutter contre l'effet de serre et le réchauffement climatique, une mobilisation de moyens humains et financiers, dévoués à la recherche par exemple, serait décrétée.
Pas du tout! Michel Rocard, ancien Premier ministre socialiste, a rendu le rapport demandé par François Fillon et propose un nouvel impôt, « la taxe carbone», visant, selon ses mots « à dissuader les consommations énergétiques excessives ». En langage clair : 300 euros annuels supplémentaires pour le seul chauffage par ménage, 7 à 8 centimes d'augmentation de l'essence au litre, 15% d'augmentation prévisible du prix du gaz...

Un impôt inefficace pour l'environnement

Le réchauffement climatique dû à l’utilisation de combustibles fossiles pour l’énergie est un risque majeur. Il faut s'y attaquer. Mais déjà, les réponses des chefs d'État de l’Union européenne n'étaient pas à la hauteur de ce défi : les propositions de réduction des gaz à effets de serre, sous la présidence Française, sont bien en deçà des préconisations de l’ONU.
(lire la suite)

Lire la suite...

 

Européennes : le véritable vote écologique, c'est le vote Front de gauche

biennale_bob_5.jpg
Un État des lieux qui pose de graves problèmes
Le réchauffement climatique dû à l’utilisation de combustibles fossiles pour l’énergie est un risque majeur. Les réponses des chefs d'État de l’Union européenne ne sont pas à la hauteur des défis. Les propositions de réduction des gaz à effets de serre, sous la présidence Française, sont en deçà des préconisations de l’ONU.
La même politique en France conduit le gouvernement, obnubilé par la baisse de la dépense publique, à en rabaisser sur les objectifs pourtant trop peu ambitieux du Grenelle de l'environnement.
Le dumping social et l’absence d’investissement dans le fret ferroviaire conduit au tout camion particulièrement polluant. Des décisions écologiquement absurdes, comme la généralisation des biocarburants, mettent à mal les cultures vivrières et accélèrent la chute de la biodiversité.
Le productivisme agricole découlant de la Politique Agricole Commune abuse du recours aux pesticides et aux engrais, polluant les sols et menaçant le cycle de l’eau. La logique capitaliste pousse à faire de l’eau une marchandise tandis que les consommateurs et les collectivités locales n’ont pas les moyens financiers pour faire face aux exigences écologiques en matière d’assainissement.
Faute de véritables politiques de co-développement, le droit à l’accès à l’eau et à l’assainissement, malgré le fléau des maladies hydriques, n’est toujours pas réalisé pour des centaines de millions d’êtres humains, jugés insolvables par les forces du marché.
(lire la suite et les propositions du PCF)

Lire la suite...

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs