Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - réorientation de la BCE

Fil des billets - Fil des commentaires

"Où trouver l’argent ? pas sur les marchés financiers!", par Denis Durand, économiste et syndicaliste.

acredselec.jpg
Le programme du Front de gauche n’est pas un catalogue de promesses sociales que l’on pourrait satisfaire par la vertu d’une simple redistribution des richesses.
La crise du capitalisme financiarisé est profonde, aussi notre stratégie économique est-elle d’amorcer un nouveau type de développement fondé sur l’économie des dépenses en ressources naturelles et en charges financières, pour pouvoir dépenser plus pour les salaires et l’emploi?: l’humain d’abord?!
Mais cela exige dès à présent de réaliser des investissements considérables pour pouvoir créer beaucoup d’emplois.
Où trouver l’argent?? Sur les marchés financiers?? Sûrement pas?!
C’est cela qui nous a conduits au chômage de masse et aux crises spéculatives de plus en plus destructrices.
Dans les banques, alors?? En effet, les banques disposent d’un pouvoir extraordinaire?: décider à qui ira l’argent de leurs crédits.
Mais depuis trente ans les politiques monétaires menées par les banques centrales ont incité les banques à financer les spéculations financières plutôt que l’emploi et la création de richesses réelles.
Changer ces politiques est un levier indispensable pour sortir des cercles vicieux du chômage et de l’austérité.
Bien sûr, pour changer les objectifs et le statut de la Banque centrale européenne, il faudra changer les traités européens.
C’est ce que prévoit le programme du Front de gauche.
Mais il appelle à commencer cette action dès aujourd’hui.

Lire la suite...

 

Pierre Laurent (PCF-PGE) : "L'avenir appartient à ceux qui défieront les marchés."

apilaur.jpg
Nous sommes là, à un moment clé de l'histoire de l'Europe. Jamais l'Union européenne n'a connu une telle crise. L'UE risque l'éclatement si ses dirigeants actuels s'obstinent à servir les insatiables marchés et les rapaces du capital.
Depuis 3 ans, la seule réponse des dirigeants capitalistes a été un plan de sauvetage des banques et des marchés financiers ainsi que des plans d'austérité drastiques. Ils ont appauvri les peuples et endetté les États.
Depuis 2008, les capitalistes sont prêts à tout pour sauver leurs intérêts, prêts à tout pour ne pas payer leur crise, prêts à tout... jusqu’à piétiner la démocratie et mettre les peuples à genoux ! Le résultat est que, mois après mois, ils enfoncent les travailleurs européens dans la crise et ce n'est plus supportable.

Lire la suite...

 

Denis Durand : "2012 se jouera cohérence contre cohérence"

Dendurfethuma.jpg
Dialogue Clichois publie l'intervention de l"économiste Denis Durand lors du dernier CN.

Personne ne peut plus nier que nous soyons en présence d’une crise du capitalisme.
Le vainqueur de la bataille politique en cours – 2012 et au-delà - sera celui qui convaincra les Français qu’il propose les meilleures solutions pour en sortir.%%% Mais les Français peuvent être ballotés entre deux réactions : se laisser pousser au désespoir par la crise, ou bien être tentés par des solutions magiques. Pourtant, ils savent par expérience que ces solutions ne marchent pas.
On est dans un monde et c’est ce monde qu’il faut changer de fond en comble, il n’y a pas moyen de faire autrement parce que la crise est trop profonde.
Donc, évidemment, on n’en sort pas par de simples mesures fiscales ou par la construction du « socialisme dans un seul pays », ce pays fût-il l’Europe. Ni en sortant de l’euro ou par une simple annulation de la dette.
On sort d’une crise systémique radicale en construisant un autre système, une autre civilisation à partir des réalités de la crise actuelle.

Lire la suite...

 

Face aux marchés financiers, pour de nouvelles solidarités

EuropeNOnCapital-j.jpg
La nouvelle court les rues de Lisbonne comme l’annonce d’un cataclysme. « Le FMI arrive... ».
Les recettes du Docteur DSK, pour rassurer les spéculateurs qui se pavanent sur les marchés financiers et qui étripent la Grèce, font peur.
Une autre menace inquiète le Portugal dont le premier ministre, démissionnaire et désavoué par le Parlement, vient de jeter l’éponge et de réclamer l’aide de l’Union européenne...

Lire la suite...

 

Débat Présidentielles (2) : L'illusion de la sortie de l’Europe et de l’Euro, par Denis Durand

Denisliber.jpg
En dialogue avec Jacques Nikonoff, André Gérin et Francis Arzalier (voir billet précédent) qui soutiennent l'idée d'une sortie de l'euro, Denis Durand, économiste marxiste précise son point de vue...
Depuis trente ans, les marchés financiers règnent sur le capitalisme mondialisé. La préparation de l’euro, au moment du traité de Maastricht, puis sa création en 1999 y ont contribué.
Taux d’intérêt élevés, « pacte de stabilité » budgétaire, phobie de l’inflation (ou plus exactement des hausses de salaires) afin de garantir un « euro fort » : tout dans sa conception visait à convaincre les gestionnaires de portefeuilles financiers que la zone euro était un endroit aussi favorable que Wall Street pour placer ses capitaux.

Lire la suite...

 

P. Le Hyaric : Des propositions pour une issue à la crise européenne

CamaradeH400.jpg
L’ampleur, la gravité, la durée de la crise qui frappe si durement les populations, particulièrement le monde du travail, la jeunesse et les plus fragiles, appelle l’ouverture d’un vrai débat démocratique sur les choix de politiques économique, budgétaire, monétaire, sociale en France et dans toute l’Europe.
Or, nous n’entendons sur les grands médias qu’un seul son de cloche ressassé toujours par les mêmes experts, les mêmes chroniqueurs, affichant peut-être des couleurs différentes mais pour une seule et même thèse selon laquelle il n’y aurait qu’une politique possible : celle du dogme de la soumission de l’action politique aux exigences de la rapacité des requins de la finance.
Selon eux, comme la pluie ou la neige, les marchés financiers auraient une existence naturelle, nécessaire pour l’efficacité économique.
Dés lors, ils considèrent que les marchés dictent leurs lois en lieu et place des élus. La phrase la plus prononcée dans les cercles dirigeants est : « les marchés vont-ils l’accepter ? » Quelle ineptie qui tourne le dos à l’intérêt général !

Lire la suite...

 

Un plan au secours de l'Europe ou des marchés ?

BandchaillotH400.jpg
Champagne! Les spéculateurs, les boursicoteurs et les marchés financiers exultent : la Bourse est en hausse de + 9,6% ! Du rarement vu.
Les perspectives de profits juteux sur le dos des peuples font de nouveau rêver.
On se frotte les mains autour de la corbeille de la Bourse. D. Strauss-Kahn et Ch. Lagarde, N. Sarkozy et A. Merkel, M. Aubry et F. Fillon, Papandréou et Zapatero, droite et socialistes dans un même élan, sont en train de leur sauver la mise et de les remettre en selle.
Pas sûr que l'électorat populaire des uns et des autres, les syndicalistes, les militants du service public apprécieront...
En écho à leurs camarades grecs du KKE qui lançaient un appel aux peuples d'Europe du haut de l'Acropole, le PCF a, à son tour, déployé une banderole au Palais de Chaillot.(voir photo)
Décidément, il est temps que syndicalistes et peuples d'Europe, en unissant leurs luttes contre les marchés financiers, contre la domination du dollar, contre le capitalisme financier mondialisé, décident de construire ensemble une autre Europe, au service des peuples.

Dialogue Clichois livre à la réflexion de chacun l'analyse de P. Ivorra, journaliste économique à l'Humanité.

Lire la suite...

 

Yves Dimicoli (PCF) : Il faut des réponses à la hauteur de la crise ?

chomeurebelles300.jpg
Ce qui est en cause aujourd’hui, c’est le type de réponse apportée à la crise financière et à la récession de 2009.
La Banque centrale européenne (BCE) et les États ont mobilisé des milliards d’euros. Cela n’a servi qu’à relancer les mêmes pratiques qui ont conduit à l’explosion.
Pourquoi? ? Parce que ces aides ont été données sans que soient changés les critères du crédit et sans aucune contrepartie de la part des banques. D’où la faible croissance des activités et des emplois, l’insuffisance des recettes publiques et la spéculation en prime.
Il ne suffit pas de dire, à gauche, qu’il faut un peu moins de cadeaux fiscaux aux riches et un plus de dépenses sociales.
Ça ne fait pas le compte face à l’ampleur des besoins. Nous proposons de mobiliser un autre type de crédit bancaire en le plaçant au service de l’emploi, de la formation, des salaires et des services publics.
Sans attendre, après la victoire de la gauche, on peut commencer à le faire au niveau régional en créant des fonds publics régionaux saisissables par les salariés et les élus au service de ces objectifs.
On peut continuer avec la création, au plan national, d’un pôle financier public et en exigeant, au plan européen, une réorientation de la politique de crédit de la BCE.
Yves Dimicoli, économiste

 

Reprise incertaine et fragile : on ne repart pas comme avant, on fait pire !

sallebourse350.jpg
La croissance américaine est donc apparemment de retour.
Au troisième trimestre de cette année, le PIB a, pour ?la première fois depuis décembre 2007, progressé de 3,5 %. Ce rebond confirme le début de reprise dans plusieurs pays capitalistes. ?Il ne permet cependant pas de penser que cela va se poursuivre durablement.

En France, les profits boursiers ont repris mais le chômage continue sa montée : 52.400 nouveaux demandeurs d'emplois en octobre (+ 2%).
Un premier enseignement peut être tiré ?de ces signes de reprise : ils ne sont pas le fruit d’une autorégulation du marché, celui-ci n’a pas trouvé en lui-même la force pour se redresser, ?ils sont la conséquence d’interventions publiques sans précédent, 787 milliards ?de dollars pour les seuls États-Unis !
En même temps, la plupart des économistes insistent sur la fragilité du phénomène.
?D’abord, parce que certains pays sont toujours au fond du trou. Ensuite, parce que, comme ?le notent les analystes de BNP Paribas à propos de la reprise américaine, cette amélioration ?est « en partie du fait de facteurs temporaires ».
(lire la suite de l'analyse et le rappel des propositions du Pcf pour inverser la logique folle du capitalisme financier)

Lire la suite...

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs