Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - rentrée scolaire

Fil des billets

Non à l’école de la jungle !

babecomoy.jpg
Le parti communiste poursuit son combat avec tous ceux qui luttent pour que l’école soit le lieu de la réussite de tous les élèves ! Syndicats, chefs d’établissements, lycéens… tous constatent une rentrée difficile. Tous, sauf Luc Chatel !
Les enseignants sont sommés de garantir la « sérénité » dans l’école, d’adhérer au projet de transformation de l’école en entreprise soumise à résultat.
Il n’est plus question de former des individus capables de réfléchir et d’agir ensemble, de faire des choix de vie et de participer aux choix citoyens qui engagent la société. Comment une école qui entretient la peur de l’autre, sépare et divise peut-elle préparer à la vie en société ?

Lire la suite...

 

Rentrée à la sauce Sarkozy : Plus d’élèves, moins de Profs !

Ecolresisberth.jpg
La rentrée scolaire 2011, marquée par 16 000 nouvelles suppressions de postes et un nombre d’élèves en hausse, s’annonce très difficile.
Dans les écoles, les collèges et les lycées, où environ 87 000 élèves de plus sont inscrits, les équipes éducatives vont devoir « gérer » la pénurie organisée par le Gouvernement.
8 300 élèves en plus et 8 967 enseignants en moins dans le primaire ; 79 536 élèves en plus pour 4 800 enseignants en moins dans le secondaire.
Soit 16 120 suppressions de postes supplémentaires en cette rentrée, ce qui porte, pour mémoire, à 65 520 le nombre de suppressions de postes programmées par les budgets successifs depuis 2007 dans l'Éducation nationale.
Plus d'élèves, moins de profs. Voilà ce qui résume à nouveau cette rentrée scolaire qui sera sans doute agitée -malgré l'autosatisfaction du ministre de l'Éducation Nationale.
La grève du 17 septembre est donc parfaitement justifiée.

Lire la suite...

 

ÉCONOMISER SUR L'ECOLE C'EST SACRIFIER L'AVENIR

Ecolavenir.jpg
C’est la rentrée ! De la maternelle au lycée, les suppressions de postes continuent : des classes, des options sont fermées. Celles qui restent sont surchargées.
Les enseignants ne sont plus formés et tous les personnels sont précarisés. Comment s’étonner, dans ces conditions, que l’école française soit toujours plus inégalitaire ?
C’est la crise, nous dit-on, il n’y a plus d’argent ! Pourtant, le gouvernement en a trouvé pour éponger la dette des banques ou faire la guerre impérialiste en Afghanistan et en Libye…
Le PCF appelle à se joindre aux enseignants en lutte pour la défense et la transformation de l’éducation nationale et à faire de la Journée d’action pour l’éducation nationale du 27 septembre 2011 un succès.
La rentrée scolaire coûte toujours plus cher : Jusqu’à 27% de hausse cette année si l’on prend en compte les activités éducatives et la cantine ! La hausse des prix et la baisse du pouvoir d’achat nous asphyxient, alors que les entreprises du CAC 40 enregistrent des profits records.
Le PCF appelle tous ceux qui résistent à la casse du service public d’éducation nationale par la droite et à l'instauration d’une école encore plus inégalitaire à se rassembler pour construire l’école dont nous avons besoin : une école qui transmette à tous les enfants les savoirs et l’autonomie de pensée nécessaires pour maîtriser leur vie. Ensemble, portons dans toutes les luttes sociales et électorales à venir le projet d’une nouvelle phase de démocratisation scolaire, pour une école de la réussite de tous.

Lire la suite...

 

P. Laurent: Les principes au coeur de toute réforme progressiste de l'Ecole

Plaurent290.jpg

Dès ce jeudi de rentrée, P. Laurent (PCF) a tenu une conférence de Presse devant l'IUFM du Boulevard des Batignolles pour traiter des enjeux auxquels se trouve confronté notre système éducatif : au delà de la nécessaire riposte à la casse de l'École Publique, il a invité parents, enseignants, lycéens et salariés à jeter les bases d'une véritable politique alternative. Dialogue clichois vous propose de prendre connaissance de son intervention.


Il est urgent de mettre un coup d’arrêt au démantèlement de l’École publique, urgent aussi de rassembler la communauté éducative autour d’une alternative à la politique gouvernementale. (...)
En tant que conseiller régional de l’Île-de-France, je veux d’abord dire quelques mots de l’état d’esprit de la majorité régionale en cette rentrée.
Les conditions dans lesquelles est mise en œuvre la réforme du lycée en classe de seconde sont selon nous inadmissibles : comme vous le savez, les décisions unilatérales du gouvernement, de surcroit dans des délais non conformes au code de l’éducation, conduisent aujourd’hui la région à faire face à une dépense de 20 millions d’euros, non inscrite au budget 2010.

Lire la suite...

 

Le PCF lance "un signal d'alarme sur les conditions de la rentrée scolaire"

GML350.jpg
Le PCF a lancé jeudi un "signal d'alarme sur les conditions de la rentrée scolaire" 2010 notamment en termes d'effectifs, et appelé la gauche à "engager un travail sur le projet éducatif qu'il faut opposer" au gouvernement.
Devant le site des Batignoles de l’IUFM de Paris (XVIIe arr.), Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a dénoncé, en ce jour de rentrée, la "situation dramatique en termes d'effectifs enseignants" avec 65.000 suppressions de postes entre 2007 et 2011 alors que "la natalité progresse à nouveau et que les effectifs scolaires sont stables".
Autre "grave problème, la formation des enseignants" avec "des étudiants mis dans des classes sans formation", ce qui "risque de provoquer des phénomènes de désertion de ces formations", a-t-il déploré.
Le numéro un communiste a donc demandé "l'arrêt immédiat des politiques de suppressions de postes dans le monde de l'Education et l'augmentation du nombre de postes aux concours".
M. Laurent souhaite aussi une "remise à niveau de l'effort budgétaire public national car contrairement à ce que dit le gouvernement, la part du PIB consacrée à l'Education n'a cessé de diminuer : 6,6% en 2008 contre 7,6% en 1995".
Le PCF a par ailleurs lancé "un appel à tous les acteurs du monde éducatif, aux forces syndicales, aux associations de parents d'élèves, d'étudiants et aux forces politiques progressistes" pour "engager un travail sur le projet éducatif qu'il faut opposer à ce gouvernement".

 

Rentrée scolaire : « le gouvernement a rompu avec l’idée de service public », interview de Stéphane Bonnery, chercheur en science de l'éducation

educnat.jpg
Le sociologue Stéphane Bonnéry revient sur les étapes du désengagement de l’État de l’éducation nationale. Pour lui, les réformes du système scolaire sont partie prenante d’une refonte globale des institutions.

Stéphane Bonnéry est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Paris-VIII et responsable du réseau école du PCF. Il a publié la Construction des difficultés et des inégalités scolaires (2007), aux Éditions la Dispute.

"Le système éducatif français ne cesse de subir des réformes, souvent contestées. À partir de quand peut-on parler d’un désengagement de l’État de l’éducation nationale ?

Stéphane Bonnéry. La question du désengagement de l’État ne date pas du retour de la droite au pouvoir. On peut remonter à plus loin. Longtemps, l’État a développé les systèmes éducatifs dans le seul but de stimuler l’économie.
Parce qu’elle avait besoin d’une main-d’œuvre plus formée. Autour des années 1980, on a assisté à un basculement : les États intervenaient, orchestraient, donnaient des règles, impulsaient ou contraignaient mais ne prenaient pas en charge le renforcement du système éducatif. Dans ce cadre, des projets aux intentions louables ont vu le jour.
Comme par exemple la création des ZEP (zones d’éducation prioritaire). Mais, rapidement, les dynamismes locaux ont été instrumentalisés pour décharger l’État de ses objectifs financiers nationaux. On a fait croire qu’une école différente pour les enfants des quartiers populaires serait une meilleure solution, au lieu de mettre les moyens pour faire la même école qu’ailleurs. La droite a profité de ces zones prioritaires pour opérer un désengagement net et brutal.
(lire la suite de l'entretien)

Lire la suite...

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs