Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - retraite à 60 ans

Fil des billets

Pouvoir d'achat: François Hollande ne promet rien pour le Smic

Aholchang.jpg
Dieu merci, ces élections vont nous débarrasser de Sarkozy et de l'arrogance de sa bande du Fouquet's. Mais se pose dès maintenant la question-clé des contenus du changement.
François Hollande a indiqué mardi que s'il était élu le 6 mai prochain, il soumettrait aux partenaires sociaux la question d'une revalorisation du Smic dès juin.
Mais il évoque un simple coup de pouce et non une augmentation significative du SMIC et des retraites. Ça ne fait pas le compte!
Le candidat socialiste reste très timoré sur la question, très loin de la proposition du Front de gauche d'augmenter tout de suite le Smic à 1700 euros brut par mois.
Interrogé sur des propos du candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon assurant que l'augmentation du Smic faisait partie "des figures imposées" quand la gauche arrive au pouvoir, M. Hollande a affirmé : "Moi je ne suis pas dans les figures imposées, je suis dans une figure qui doit réussir et qui ne doit pas promettre ce qu'elle ne peut pas tenir."
François Hollande ne promet rien. "Il faudra voir ce qu'il est possible de faire", explique-t-il, "puisque le Smic n'a pas reçu de coup de pouce depuis au moins 3 ans. Il y aura deux choses:
- "la concertation avec les partenaires sociaux (...) sur l'ensemble des sujets sociaux de la rentrée et notamment le coup de pouce sur le Smic puisqu'il doit intervenir au mois de juin, la date a changé mais c'était au mois de juin jusque-là",
- "deuxièmement pour l'avenir, pas simplement pour 2012 mais pour les années du quinquennat, le Smic sera non seulement garanti au niveau des prix, donc indexé, et en même temps lié à la croissance (...) Chaque fois qu'il y aura plus de croissance il y aura un coup de pouce au Smic".
C'est le couplet du "on verra"... qu'entonne le champion de la gauche molle prisonnier du social-libéralisme et toujours tétanisé par les marchés financiers.
Avant de nous expliquer le moment venu que rien n'est possible et que l'austérité est inévitable ? Attention au marché de dupe ! Au PS, comme on l'a vu avec le gouvernement Jospin et le vote des parlementaires pour le Traité de Lisbonne pourtant refusé par le peuple français, la tendance à céder à la Droite, à la finance et aux patrons est permanente.
Mais les français ne veulent pas de changement en trompe l'oeil . Ils refusent l'austérité imposée par Sarkozy, ils ne l'accepteraient pas davantage avec Hollande.
Ils veulent le SMIC à 1700 euros brut tout de suite, le retour à la retraite à 60 ans à taux plein, la réorientation totale de l'Europe, et un gouvernement menant une véritable politique de gauche.
Ils veulent un gouvernement et une majorité de députés prêts à en découdre avec les marchés financiers pour sortir le pays de leurs griffes. Est-ce impossible ?
Non, pour cela il faut un score très élevé du Front de gauche et de son candidat J.L. Mélenchon à la Présidentielle et un nombre très importants de députés communistes et Front de Gauche à l'assemblée nationale, pour contraindre Hollande, une fois élu, à entendre les aspirations populaires et à s'engager sur la voie du changement à gauche.
Car si Hollande et son gouvernement ne s'attaquent pas demain à la domination des marchés financiers et restent accrochés au catéchisme libéral de l'Europe et du Traité de Lisbonne, ils iront droit dans le mur, comme ses amis Papandréou en Grèce et Zapatero en Espagne.
Faute de s'attaquer à la finance, le programme d'Hollande est incohérent.
On voit l'importance d'accélérer le rassemblement en cours autour de la dynamique du Front de Gauche. C'est la seule façon de faire bouger les lignes à gauche, de sorte qu'une fois notre peuple enfin débarrassé de Sarkozy, l'élection d'Hollande débouche non sur de nouvelles déceptions mais sur une transformation progressiste de notre société.

 

Hollande : fini le retour à la retraite de 60 ans.

AgeHol.jpg
Où est passé l'engagement du PS de rétablir la retraite à 60 ans ?
F. Hollande annonce la couleur: il n'attend pas d'être élu pour renier les engagements du PS et le contenu de son "programme". Pour lui le retour à la retraite à 60 ans, c'est niet.

Lire la suite...

 

Forfaiture : Pascal Terrasse, député PS, crache d’avance sur nos retraites !

Bosser62.jpg
Ni M. Aubry, ni F. Hollande, ni le PS ne se sont en réalité engagés fermement à rétablir la retraite à 60 ans à taux plein.
Dialogue clichois reproduit ce coup de gueule du socialiste Gérard Filoche portant sur le double langage de l'équipe de F. Hollande concernant les retraites.
« Il y a à la fois ce que les gens ont compris, ce que dit le PS, et ce qu’on fera. C’est trois choses différentes. » dit Pascal Terrasse, député socialiste, conseiller retraite de François Hollande qui prône le maintien de la retraite à 62 ans (avant de parler de 65 ans… ?).
De la politique comme cela ça me fait vomir ! Ce gars là avait des beaux propos lorsqu’il était au NPS… Envisager ainsi de manipuler le sort de dizaines de millions de salariés c’est purement dégueulasse. Forfaiture !
Lisez le texte enregistré de son intervention. Il se suffit par le mépris envers 8 millions de manifestants, envers 75% de l’opinion… envers le peuple, envers le droit, envers l’honnêteté, envers le socialisme.

Lire la suite...

 

Retraite : La mobilisation persiste (communiqué de la CGT)

CGT92bal12809H400.jpg
Fait exceptionnel dans l’histoire sociale du pays, pour la 7ème fois depuis le début septembre, une journée nationale de grèves et de manifestations unitaires s’est illustrée par 270 cortèges et près de 2 millions de manifestants.
C’est un cinglant démenti pour toux ceux qui annonçaient un simple « baroud d’honneur de salariés résignés ».
La puissance de cette journée est aussi lourde de sens au lendemain du vote solennel de la réforme des retraites par le Parlement.
La forte détermination des salariés, des retraités, des jeunes est aujourd’hui, en pleine période de congés scolaires, une réponse spectaculaire au gouvernement et au patronat qui appellent à ranger les banderoles ou à passer à autre chose.
Le président de la République doit enfin entendre le message lancé par une grande majorité de la population : il faut surseoir à la promulgation de la loi et ouvrir de vraies négociations avec les organisations syndicales.
Pour la CGT, il n’y a pas d’ambiguïté, la mobilisation doit et peut encore se poursuivre en définissant sur chaque lieu de travail les formes d’action les plus adaptées et unitaires pour être entendus.
La CGT se félicite de l’élan de sympathie et de solidarité financière qui s’exprime de France et d’ailleurs à l’égard des salariés en grève
La CGT appelle à préparer sans attendre la réussite du prochain rendez-vous interprofessionnel unitaire qui mobilisera toutes les générations le samedi 6 novembre en prenant toutes les dispositions dans chaque entreprise, chaque localité pour de nouveaux rassemblements de grande envergure.

Montreuil, le 28 octobre 2010

 

Retraites : On remet ça encore plus fort le 19 octobre !

Sarko250.jpg
Il n’y a bien que le pouvoir pour déceler un essoufflement de la mobilisation contre son projet de retraite.
La jeunesse sort dans la rue, grèves et blocages se multiplient pour arrêter le bras des casseurs du droit à la retraite à 60 ans. De plus en plus isolé et battu par la rue, il choisit le mensonge, la violence et le mépris.
Le pouvoir cache cependant mal une fébrilité qu’il tente de dissiper à coup de millions d’Euros dans une opération de communication animée par le trio infernal : Lagarde-Woerth et Châtel !
Les dirigeants syndicaux ont raison d’être satisfaits de la mobilisation du samedi 16 octobre marqué par un fort taux de participation et la montée en puissance des jeunes conscients d’être les principaux concernés par cette réforme injuste. Mardi 19, tous ensemble il nous faudra encore pousser très fort. Arrêts de travail massifs et manifestations qui battent les records des 2, 12 et 16 octobre sont un objectif réaliste.
Le droit à la retraite à 60 ans à taux plein et sans annuités supplémentaires est l’exigence centrale du peuple de France. Elle doit être entendue du pouvoir mais aussi par tous les partis politiques de gauche. Pas de problème avec le PCF qui y est favorable.
Où ça coince, c’est avec le Parti Socialiste qui fait bande à part et refuse lui aussi d’écouter les exigences exprimées.

Lire la suite...

 

Pierre Laurent (PCF) sur les Retraites : « Amplifier le mouvement jusqu’à la victoire »

Manifbast450.jpg
Trois millions de manifestants dans le pays ! Partout des grèves et des manifs géantes soutenues par 68 % des français.
Au soir de cette belle et formidable journée de mobilisation pour la retraite à 60 ans à taux plein, le nouveau numéro 1 du PCF, Pierre Laurent a fait la déclaration suivante...

"Nous vivons depuis ce matin une nouvelle journée de mobilisation exceptionnelle avec un élargissement notable du mouvement dans le secteur privé.
C’est à un véritable déferlement humain auquel nous avons à nouveau assisté sur tout le territoire national.
A la guerre sociale menée contre nos droits, nous avons répondu par une gigantesque mobilisation fraternelle et solidaire. La rue a parlé et elle est unanime.
Le gouvernement a perdu la bataille de l’opinion publique. %%% Il n’a plus le choix.
Nicolas Sarkozy et les siens misaient une fois encore sur le découragement des salariés et le passage en force à l’Assemblée nationale.
Ils doivent se rendre à l’évidence. Le rejet du projet gouvernement est plus que jamais clair, net, et massif.
Plus aucune catégorie de la population ne fait exception.
L’arrogance, le mépris, la mise au pas du Parlement, ça ne passe décidément pas !

Lire la suite...

 

Les compliments de DSK (PS) à Sarko

dsksarko2.jpg
La note d’information du FMI, sur l’économie française, rendue publique le 30 juillet 2010, est un véritable recueil de félicitations adressées à la politique du gouvernement. Loin des contingences électorales, le socialiste Strauss-Kahn n’a pas à se retenir et à cacher son accord total avec la politique de casse économique et sociale de Sarkozy.

C'est d'ailleurs le même type de politique anti sociale actuellement mise en œuvre en Europe par les socialistes grecs ou espagnols, eux aussi au service des marchés financiers.
Voilà qui en dit long sur ce qu’il y a à attendre d’une simple alternance en 2012 et sur les illusions qui cherchent à détourner les travailleurs des luttes présentes.
Voici des extraits de cette note rédigée sous la direction du dirigeant socialiste français.
« Les administrateurs (du FMI) ont estimé que les mesures de relance budgétaire de 2009-10 étaient bien conçues, notamment la suppression de la taxe professionnelle. Étant donné la forte hausse de la dette publique, il conviendra, au cours des années à venir, de donner la priorité à un rééquilibrage crédible et sensible des finances publiques.
Les administrateurs ont félicité les autorités de leur détermination à ramener le déficit budgétaire global à 3 % du PIB d'ici 2013. Ils ont salué les mesures de rééquilibrage déjà identifiées, notamment la poursuite de la limitation des dépenses de l'administration centrale et le gel en valeur nominale des transferts aux collectivités locales.
La réforme annoncée des retraites est un élément clé de la stratégie d'assainissement et met l'accent à juste titre sur le relèvement de l’âge de la retraite. Il convient aussi de poursuivre les efforts visant à mieux maîtriser les dépenses de santé. »
« Les administrateurs ont observé que la rentabilité des banques françaises s'était améliorée au sortir de la crise et ils se sont félicités de voir confirmée la solidité des banques par les résultats des tests de résistance effectués à l'échelle européenne. »
« Les administrateurs ont insisté sur l'importance de poursuivre l'application du programme de réformes structurelles afin de rehausser la compétitivité, de stimuler la création d'emplois et de promouvoir l'innovation. Outre les politiques d’activation engagées sur le marché du travail et les mesures de formation, la modération du salaire minimum devrait être poursuivie afin de rétablir progressivement une échelle des salaires incitative pour les jeunes et les travailleurs peu qualifiés. »
Pour le PCF , la politique économique du gouvernement mène la France dans le mur.
Elle est illégitime et continue de se soucier de l’enrichissement de la bande du Fouquet’s, de l’essor des grandes fortunes et des profits financiers et immobiliers.
Il est temps de rompre avec ces orientations en menant d’un même mouvement, bataille pour les salaires et le pouvoir d’achat, bataille pour l’emploi et les qualifications et bataille pour les retraites et les services publics.
Il s’agit de mobiliser tous les financements pour une véritable relance au service de l'emploi, de sa sécurisation et de la promotion de toutes les capacités humaines.
C'est sur cette base là, pour prolonger les luttes, que doit s'opérer le rassemblement et se préparer la candidature communiste de rassemblement pour les Présidentielles.

 

Fin de la retraite à 60 ans, la réforme ne doit pas passer !

Communiqué de Pierre Laurent

Demol380.jpg
"La vérité a fini par faire son chemin, le gouvernement a décidé de repousser l’âge légal de départ : ils ont osé, la fin de la retraite à 60 ans est programmée. La droite a délibérément menti aux français depuis des mois. Elle veut mettre en pièce une conquête majeure pour laquelle les salariés ont cotisé toute leur vie.
Alors que les banques et les marchés financiers, responsables de la crise financière que nous connaissons, sont portés à bout de bras à coups de centaines de milliards d’euros, la pression la plus abominable est mise sur les salariés, sur ceux qui espéraient pouvoir avoir du temps pour eux, pour leur famille et non plus sous l’autorité d’un employeur.
Nous ne laisserons pas faire cette injustice, cette expropriation du faible par le fort. L’heure est au rassemblement le plus large, de tous ceux pour qui la justice sociale a encore du sens.
J’appelle les forces politiques de gauche et écologiques à déployer par tous les moyens la mobilisation et à tout faire pour assurer le succès de la journée d’action et de grève organisée par les syndicats le 27 mai.
La réforme ne doit pas passer et le PCF se battra aux côtés des salariés pour la faire échouer."

 

Fin de la retraite à 60 ans : quand DSK dérive...

dsk2-sarko.jpg Sarkozy et DSK : bonnet blanc et blanc bonnet aux services de la haute finance
Dialogue clichois reproduit ci-dessous une déclaration de P. Laurent (PCF)

Dominique Strauss Kahn veut en finir avec la retraite à 60 ans. Pour le directeur du FMI, si « on vit 100 ans, on ne va pas continuer à avoir la retraite à 60 ans ».
Avec de telles déclarations, DSK met ses pas dans ceux des libéraux de tous poils qui n’ont qu’une obsession : en finir de près ou de loin avec les droits sociaux du plus grand nombre pour donner des gages aux marchés financiers.
Rappelons au dirigeant « socialiste » que le droit au départ à la retraite à 60 ans est d’abord et avant tout le résultat de luttes sociales intenses.
Identifier cette conquête sociale, à un « dogme » peut prêter à sourire de la part du principal représentant d’une institution qui n’a qu’une religion : l’austérité pour les peuples et le carnet de chèque pour les banques.
Les propos de Dominique Strauss Kahn sont-ils ceux d’un homme de gauche où sont-il les propos isolés d’un homme que la fonction de dirigeant du FMI fait inexorablement dériver ?
La question se pose.
Pierre Laurent, Coordinateur national du PCF

 

Fin de la retraite à 60 ans ? Non, à ce recul de civilisation !, disent les députés communistes.

Camp250.jpg
Depuis plusieurs jours, une succession de déclarations de dirigeants politiques affichent une « volonté de consensus » pour remettre en cause la retraite à 60 ans.
Le Président de la république Nicolas Sarkozy dans ses vœux aux Parlementaires s’est félicité d’un rapprochement de points de vue entre la majorité présidentielle et la gauche. François Fillon a assuré le service après-vente d’une telle déclaration.
Le Parti socialiste, sa première secrétaire, ses dirigeants les plus influents, François Hollande, Jean-Marie Le Guen et Manuel Valls actent chacun à leur façon du caractère inéluctable d’un premier recul à 61 ans ou 62 ans de l’âge légal.

Lire la suite...

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs