Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - salaires

Fil des billets

La CGT : Ne laissons pas faire le MEDEF !

AAAgelchatpauv.jpg
Jeudi 13 décembre est un jour de mobilisation des salariès à l'appel de la CGT contre la précarité, la flexibilité et les bas salaires.
Des négociations interprofessionnelles sont en cours entre les organisations syndicales de salariés et les représentants des employeurs sur la « sécurisation de l’emploi » et les « retraites complémentaires ARRCO - AGIRC ».
L’objectif du patronat pour ces négociations : une régression sociale historique après le cadeau fiscal de 20 milliards que lui a accordé le gouvernement sans aucune contrepartie.
La CGT appelle les salariés à se mobiliser nombreux le 13 décembre pour dire au MEDEF et aux employeurs : « la précarité, la flexibilité, chômage, les bas salaires : ça suffit !!! ».
Le Medef utilise la crise pour imposer une véritable régression sociale en faisant un chantage permanent : les entreprises seraient au bord du gouffre, en grande difficulté, au point qu’il faudrait accepter une remise en cause des droits sociaux, plus de flexibilité pour les salariés, plus de facilité pour licencier pour les employeurs et tout cela au nom de la compétitivité…
Ce serait la fin du contrat de travail qui fixe les conditions d’emploi, de travail et de rémunération.
Le CDI serait encore trop rigide : le Medef veut généraliser les contrats de mission ou les contrats intermittents.
Les procédures de licenciement seraient trop contraignantes, il veut limiter les recours en justice et les montants des indemnités, réduire les délais de procédure. Bref, tout pour contourner le licenciement économique et ses obligations vis-à-vis du salarié.
D’après le Medef, les entreprises ne pourraient plus financer les régimes de retraites complémentaires ; la seule solution serait une baisse drastique des prestations pour 18 millions de salariés et 11 millions de retraités.
La perte du pouvoir d’achat pourrait s’élever à 6 %!
Les efforts sont décidément toujours demandés aux mêmes !
La CGT a décidé d’alerter les salariés, les retraités, les privés d’emplois et les appelle à intervenir ensemble en direction des employeurs et du Medef le jeudi 13 décembre 2012 pour faire entendre leurs revendications dans les négociations.
Nous contestons les 20 milliards d’euros supplémentaires « d’allègement du coût du travail » que vient d’obtenir le patronat. Ils s’ajoutent aux 172 milliards d’euros d’aides publiques dont bénéficient déjà les entreprises.
Les derniers chiffres du chômage, avec 5,2 millions demandeurs d’emploi toutes catégories confondus, démontrent l’inefficacité de ces logiques.
Le gouvernement, suite à l’interpellation de la CGT, s’est engagé à évaluer l’efficacité des aides publiques. Il faut maintenant obtenir les modalités. La CGT demande que les aides publiques servent à l’emploi, aux qualifications, à la recherche.
(communiqué de la CGT)

 

Les revendications de la CGT sur l'emploi plébiscitées

AABabouseobus.jpg
Si elle n’est certainement pas sans effet, la formidable offensive déclenchée par le patronat, à la faveur de la crise, pour imposer de nouveaux reculs sociaux, au nom de la compétitivité et du coût du travail, ne doit pas faire illusion.
Les résultats de plusieurs enquêtes d’opinion récentes montrent à la fois que la médecine préconisée par Mme Parisot et ses amis du Medef est largement désavouée, et que les propositions de mesures visant à permettre aux salariés et à la puissance publique de peser sur les choix des entreprises sont, elles, massivement soutenues.
Selon un sondage Ifop publié dans Sud-Ouest, sept Français sur disent ainsi opposés à une baisse du coût du travail, se traduisant par un allègement des cotisations patronales, qui serait compensée par une hausse de la CSG payée par les Français sur leurs salaires et leurs retraites.

Lire la suite...

 

Nous voulons vite un smic à 1?700 euros brut

AFdelviecher.jpg
Les attentes des milieux populaires concernent naturellement la question des salaires. Il s'agit pour répondre à l'urgence sociale et relancer la consommation populaire et la croissance d'autre chose que du simple "coup de pouce" évoqué par F. Hollande, mais d'une hausse.
Il s'agit du relèvement du SMIC à 1700 euros. Mais pas seulement, puisque le PCF et le Front de gauche proposent une revalorisation de tous les salaires dans le cadre d'une conférence sur les salaires et l'emploi que F. Hollande lui-même a évoquée.
Il faut aider les PME afin qu'elle soit en mesure d'appliquer ces hausses de salaires et les soutenir en obligeant les banques à les financer pour qu'elles participent au redressement de la production française.
Les banques doivent leur consentir un accès à taux zéro au crédit pour relancer l'emploi et les salaires.
Pascal Debay, membre de la commission exécutive de la CGT revient sur cet enjeu des salaires.

François Hollande a envisagé un coup de pouce pour le Smic. Quelles sont vos attentes ?en la matière??
Pascal Debay. Nous avons engagé une campagne pour l’augmentation des salaires depuis ?plus d’un an. Changement ?de président ou pas, la problématique de bas salaires continue de se poser, de façon dramatique, en particulier pour de nombreux salariés précaires.
La moitié des salariés à temps complet gagnent moins de 1?500?euros.
Notre revendication est de porter le Smic à 1?700?euros brut. Ce qu’on attend comme geste fort de M. Hollande, c’est une revalorisation dans les semaines, les mois qui viennent, qui permette d’atteindre ce seuil.

Lire la suite...

 

La CGT : Changer de politique, conquérir la justice sociale

Acgtjean.jpg
La CGT fait un bilan au vitriol du quinquennat de Nicolas Sarkozy, fustigeant son "échec total sur l'emploi et sur la politique industrielle" ou "la casse du système de protection sociale", à un mois du premier tour de l'élection présidentielle.
Le syndicat réaffirme enfin "ses dix exigences pour sortir de la crise", dont la revalorisation du Smic à 1.700 euros, la suppression des heures supplémentaires défiscalisées, la taxation de la spéculation et une réforme fiscale. Voici cette déclaration de la CGT.
Les salariés, retraités et privés d’emploi, comme l’ensemble des citoyens, femmes et hommes, sont appelés à participer à l’élection présidentielle les 22 avril et 6 mai prochains.
C’est un rendez-vous important pour l’expression démocratique. À ce titre, la CGT ne saurait être neutre, surtout au regard de la gravité de la situation.
Après des décennies de creusement des inégalités, la répartition des richesses doit désormais privilégier les revenus des salariés, des retraités, les minima sociaux et la protection sociale.
Elle doit être réorientée vers l’efficacité économique et sociale.

Lire la suite...

 

Allemagne : le modèle qui réduit l’espérance de vie

Angelnic.jpg
Les chiffres officiels montrent que les salariés les moins bien payés vivent deux ans de moins qu’il y a dix ans.
Une bonne partie de la presse allemande relevait hier matin «?une évolution à contre-courant?» concernant les personnes classées dans la catégorie des revenus faibles.
Alors que les statistiques ne connaissent qu’une seule tendance depuis des années, celle d’un allongement de la durée de la vie, une évolution négative apparaît pour la première fois chez celles qui sont au bas de l’échelle des salaires.

Lire la suite...

 

La CGT revendique le Smic à 1700 euros

augm.jpg
La Cgt revendiquait depuis 2008 un Smic mensuel brut de 1 600 €.
L’indice de prix qui sert à l’indexation du Smic, c’est l’indice Insee des prix, hors tabac, des ménages urbains dont le chef est ouvrier ou employé.
Cet indice a progressé de l’ordre de 4 % depuis 2008.
En tenant compte de ces évolutions, la CGT a décidé en juin dernier de porter cette revendication à 1700 euros bruts d’autant que les dépenses dites contraintes constituent une part de plus en plus importante du budget des ménages à revenu modeste et que le coût de ces dépenses augmente généralement plus vite que la moyenne des prix.

Lire la suite...

 

Intersyndicale: Communiqué CGT, CFDT, UNSA, FSU, Solidaires

IntersynManif.jpg
Le gouvernement a annoncé le 24 août des mesures censées réduire « le déficit de la France ». Les organisations syndicales CGT, CFDT, UNSA, FSU, Solidaires en dénoncent le caractère injuste et inéquitable. La facture est principalement supportée par les salariés et les consommateurs.
Le gouvernement ne remet pas en cause les niches fiscales dont on sait qu’elles n’ont aucune efficacité économique et sociale. La contribution des plus hauts revenus reste symbolique et n’est pas de nature à réduire les inégalités.
Pour relancer la croissance, en respectant les impératifs de développement durable, réduire les inégalités et maîtriser les déficits, une politique visant une autre répartition des richesses et favorisant le développement économique et social est incontournable.

Lire la suite...

 

Pouvoir d'achat : augmentez les salaires, baisser les prix!, par P. Le Hyaric (PCF)

pouvoir.JPG
Il faut décidément être hors de la vie réelle, celle que vit l’immense majorité de nos concitoyens pour parler comme le font les représentants de la grande oligarchie française.
Le PDG de la firme Total annonce sans frémir que le litre de carburant va atteindre deux euros. Son groupe a réalisé plus de dix milliards de profit. Il en demande plus ! L’État ne dit pas non puisque, du même coup, il prélèvera davantage de taxes.
La majorité de celles et de ceux qui se rendent aux pompes perçoivent le SMIC et très souvent en deçà du SMIC. Notre PDG, lui, gagne deux millions cinq cent mille euros par mois !

Lire la suite...

 

Combativité, unité, audace!, par P. Le Hyaric (PCF)

chimLE_POUSSEUR.jpg
Après le cycle des élections régionales, les forces politiques entament depuis la semaine dernière une nouvelle étape, les yeux fixés sur l’horizon de la présidentielle de 2012. Le Président de la République et le premier ministre aggravent encore le déni de démocratie.
« Pas question de changer de cap » ont-ils martelé en réaffirmant qu’ils feront voter contre vents et marées la dislocation de l’agencement des collectivités locales et régionales, le maintien de l’injuste bouclier fiscal, l’amplification de la suppression des emplois publics, le blocage des salaires et surtout la contre-réforme réactionnaire des retraites.
Pour faire bonne mesure, le prix du gaz augmente une nouvelle fois alors que tant de familles populaires ne parviennent déjà pas à régler leur facture d’énergie.
Cette surdité aggravée du pouvoir n’est pas un problème médical, c’est une grande question politique.

Lire la suite...

 

Belle journée de mobilisation : 800 000 manifestants, en France

CGT92350.jpg
« On est dans une bonne dynamique ». Dans la manifestation d’Île-de-France, les revendications sur les salaires, l’emploi et la retraite cimentent l’union des syndicalistes.
« On est dans une bonne dynamique », se réjouit Nadine Prigent, secrétaire confédérale de la CGT.
Hier, 60 000 manifestants ont battu le macadam parisien entre République et Nation, via la Bastille.
bastillefuite370.jpg
Deux jours après la défaite électorale de la droite aux régionales, « on n’attend pas un changement de ministre mais un changement de politique », commente Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU.
Salariés du secteur public et privé se mélangent, avec un très gros cortège de la CGT.

Lire la suite...

 

Les salariés refusent toujours de payer la crise

Colsal.jpg
Le contexte électoral n’a pas fait taire les conflits sociaux. À quelques jours de la mobilisation interprofessionnelle du 23 mars, le climat social est électrique sur les salaires dans beaucoup d’entreprises privées.
C’était déjà devenu vrai pour les précédents scrutins. Mais la tendance semble s’installer? : il n’y a plus de parenthèse électorale pour les luttes. À quelques jours de la mobilisation interprofessionnelle du 23 mars, le climat social est bouillonnant.
Enseignants, magistrats, personnels des hôpitaux, médecins, professionnels de la petite enfance et beaucoup de salariés d’entreprises du secteur privé manifestent ou se mettent en grève, témoignant d’un climat revendicatif qui n’est pas pour rien dans la sanction que vient de subir l’UMP lors du premier tour des élections régionales, dimanche.

Lire la suite...

 

Mobilisation interprofessionnelle le 23 mars : COMMUNIQUÉ COMMUN CFDT, CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNSA

sarkolouis.jpg
Lors du sommet social qui s’est tenu aujourd’hui, le président de la République s’est limité à annoncer une série de rendez-vous. Les organisations syndicales continuent de manifester leur profonde inquiétude sur l’emploi, le pouvoir d’achat et les retraites.
Le gouvernement n’a apporté aucune réponse concrète sur l’emploi, les salaires, le pouvoir d’achat, les conditions de travail et les politiques publiques.

Lire la suite...

 

Discours du Président N. Sarkozy : Une déclaration de la Cgt

cgt.jpg

A l’occasion de son intervention à Versailles devant les parlementaires, le Président de la République s’est une nouvelle fois exprimé sur la crise et les orientations économiques et sociales qu’il préconise.
Dans une première partie, inspirée de son discours de Genève à l’OIT, il a repris la critique de la mondialisation actuelle et des dérives du capitalisme financier. Il a prôné les vertus de la justice, de la régulation et de la protection des salariés.

Dans un second temps, il a justifié un programme de réformes au nom de la crise qui épouse largement les souhaits du MEDEF.
(lire la suite)

Lire la suite...

 

(1) La relance de Sarkozy n'aura pas lieu

plan_social250.jpg
Cela fait maintenant trois mois que Nicolas Sarkozy prétend combattre la crise, et même refonder le capitalisme, et cela fait trois mois que les conséquences de la crise s’aggravent de jour en jour, que les vagues de licenciement déferlent, que le pouvoir d’achat dégringole.

Les perspectives de croissance et de chômage pour 2009 sont alarmantes.

Des dizaines de milliers de milliers d’intérimaires jetés comme des kleenex ces derniers mois à la rue n’ont aucune perspective. Des dizaines de milliers de salariés de la filière automobile, cloués au chômage technique, viennent de passer les fêtes dans l’angoisse. Des milliers de PME sont en rupture de trésorerie.

Dans le secteur public, le gouvernement a fermé à double tour les portes de l’embauche. Alors que la crise démultiplie les besoins sociaux, l’hôpital public, l’éducation nationale et l’université, le secteur du logement et du bâtiment sont au point de rupture.

Les collectivités locales sont asphyxiées. Et partout, le pouvoir d’achat est berne, tirant toute la demande vers le bas.Le Plan de relance de Sarkozy est un plan qui remettra en selle la spéculation, mais qui fera un flop en matière d'emploi et de croissance. (lire l'analyse du PCF)

Lire la suite...

 

(2) Un Plan de relance du PCF qui s'inscrit dans la perspective d'en finir avec le capitalisme

tyranorex350.jpg
Le capitalisme a fait son temps, il doit disparaître.
On ne sortira pas de la crise en rafistolant les mécanismes d'exploitation de ce système fou qui tourne à fond la caisse pour la spéculation.Le Plan de relance avancé par le PCF définit 4 ensembles de mesures d'urgence qui s'attaquent à la logique financière du capitalisme et sont autant de pas vers son dépassement.
1) sécuriser l’emploi
2) relever fortement le pouvoir d’achat populaire
3) relancer l’investissement
4) contrôler et réorienter l’utilisation des 360 milliards du plan d’aide aux banques

La bataille pour savoir comment est utilisé l’argent du plan de relance et avec quels critères doit devenir une grande bataille publique.

Lire la suite...

 

Ce n'est pas la crise pour tout le monde !

chaumet350.jpg
Les injustices n'ont jamais été aussi profondes.
Lors de ses vœux télévisés, le Chef de l'État a prétendu que « l'année 2008 à été dure pour tous les Français. » C'est un mensonge! Si le plus grand nombre se sert aujourd'hui la ceinture, les possédants, eux, n'ont jamais été aussi riches. Et ils profitent de la crise pour s'enrichir. Il est temps de changer de politique. Et de miser sur une relance sociale. (lire la suite!)

Lire la suite...

 

Capitalisme en faillite : Qui doit payer l’addition ?

manif.jpg
L’économie mondiale vit l’une des plus graves crises de son histoire. Partout dans le monde, les bourses s’affolent, les faillites se multiplient, des milliards d’euros partent en fumée. Le capitalisme ne se moralise pas, il se combat . Il faut créer un pôle bancaire public et imposer une politique sélective du crédit, en le réservant avec des taux abaissés, pour la création d'emploi et les besoins sociaux. On doit fermer le robinet pour les spéculateurs. D'urgence, les salaires doivent être augmentés pour relancer la croissance. Le 7 octobre, les communistes clichois seront aux côtés des salariés en luttes pour les salaires et l'emploi.

Lire la suite...

 

Sarkozy Président de la baisse du pouvoir d'achat

charioteuro.jpg Selon le ministère de l’emploi, depuis un an le pouvoir d’achat des français a baissé de 0,4%. La hausse des prix a été plus importante que celle des salaires. L’aveu est de taille ! Les statistiques sont formelles. Un an après avoir été élu, Nicolas Sarkozy se révèle être, au mépris de ses promesses, le président de la baisse du pouvoir d’achat des français. Face à la flambée des prix, c’est désormais ce mot tabou des salaires, de leur revalorisation qui doit être mis sur la place publique. Parce qu’il y a désormais urgence, que l’argent existe, le PCF organise le 27 septembre une marche pour les salaires, les pensions et les allocations du MEDEF à l’Élysée.

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs